Fermer



Actualités

Publié le 07/10/2015

Intoxications liées à la consommation de champignons au cours de la saison 2015. Point de situation au 05/10/2015. Données consolidées au 05/10/2015.

Organisation de la surveillance des intoxications par des champignons

Depuis 2010, l’InVS réalise une surveillance saisonnière  (de juillet à décembre) des intoxications par des champignons  à partir des cas enregistrés par les Centres antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) et du réseau OSCOUR® (réseau de surveillance coordonnées des passages aux urgences, couvrant actuellement environ 90 % des services d’urgences hospitalières).

Les poussées de champignons sont liées aux conditions météorologiques (essentiellement le degré d’humidité). La surveillance saisonnière couvre 90 % des cas d’intoxication par des champignons enregistrés par les CAPTV chaque année..

Nombre de cas d'intoxication et de décès depuis le début de la surveillance

721 cas d’intoxication1 par des champignons ont été enregistrés par les CAPTV entre le lundi 29/06/15 et le dimanche 04/10/15 (de la semaine 27 à la semaine 40). Un pic a été observé en semaine 36 après 5 semaines consécutives d’augmentation du nombre de cas d’intoxication par des champignons. Après une baisse du nombre de cas en semaine 37 (n=79) on constate une nouvelle augmentation du nombre de cas d'intoxication par des champignons enregistrés par le réseau des CAPTV pour les semaines 38 (n=100) et 39 (n=120) avec un total cumulé de 220 cas. Cette augmentation est probablement en lien avec les fortes précipitions au cours de ces deux semaines, qui ont favorisé la pousse des champignons et donc leur cueillette. A partir de la semaine 40, une nouvelle baisse du nombre de cas d’intoxication (n=108) est constatée (voir figure 1). Le réseau OSCOUR® a enregistré 358 passages aux urgences pour intoxication par des champignons pendant la même période, avec des variations temporelles similaires à celle observées pour les intoxications enregistrées par les CAPTV.

En comparaison de l’année 2014 (n=501) et pour la même période de surveillance on constate une nette augmentation de (+44 %) du nombre de cas d’intoxication (n=721) enregistrés par les CAPTV en 2015.

Depuis le début de la surveillance saisonnière pour l’année 2015, un décès, 4 cas graves d’origine accidentelle et 2 cas graves d’origine volontaire ont été enregistrés par les CAPTV. Environ trois décès et plus d’une vingtaine de cas graves sont observés par les CAPTV chaque année

1 On parle de cas d’intoxication lorsqu’une personne présente un ou plusieurs symptômes.

Figure 1 - Nombre de cas d’intoxication et de passages aux urgences associés à la consommation de champignons enregistrés par les CAPTV et le réseau OSCOUR® pendant la période de surveillance (semaines 27 à 52), France, 2014-2015. Sources : InVS-DSE/Dcar, CAPTV

Nombre de cas d’intoxication et de passages aux urgences associés à la consommation de champignons enregistrés par les CAPTV et le réseau Oscour® pendant la période de surveillance (semaines 27 à 52), France, 2014-2015. Sources : InVS-DSE/Dcar, CAPTV

En termes de répartition géographie ces cas ont été observés principalement en Aquitaine (11,7 %), Midi-Pyrénées (11,4 %), Pays-de-la Loire (8,7 %) et Ile-de-France (8,6 %).

La recrudescence de survenue de cas d'intoxication par des champignons au cours des semaines les plus récentes est à mettre en parallèle avec probablement la reprise des précipitations qui favorise la pousse des champignons et donc leur cueillette.

L’InVS poursuit la surveillance nationale hebdomadaire des intoxications par champignons jusqu’au 31 décembre 2015.

Haut de page