Fermer



C

Publié le 12/09/2011 - Dernière mise à jour le 12/09/2011

Cadmium (Cd)

Foire aux questions

Qu'est-ce que le cadmium ?

Le cadmium est un élément naturel de la croûte terrestre présent dans certains minerais (notamment de zinc, cuivre et plomb) sous forme d’impuretés. On le retrouve dans les sols, les roches, le charbon et des engrais minéraux. Le cadmium est un métal blanc argenté, mou et malléable, largement utilisé depuis le XIXème siècle en raison de ses propriétés physiques proches de celles du zinc.

Quelles sont les utilisations du cadmium ?

Il a été abondamment utilisé pour protéger l’acier contre la corrosion. On se sert du cadmium dans de nombreux alliages, pour la fabrication de piles et batteries, de câbles, de roulements à bille, de colorants et comme stabilisant pour les matières plastiques. Le cadmium est présent dans les minerais de zinc, de plomb et de cuivre et il est souvent associé au plomb et au zinc lors de pollutions d’origine industrielle.

Que devient le cadmium dans l'environnement ?

C'est un contaminant qui se retrouve dans les différents compartiments de l’environnement, mais en particulier dans le sol, du fait de l’érosion, des activités industrielles humaines (sous produits de l’industrie des métaux non ferreux) et des pratiques agricoles (engrais phosphatés, épandage de boues d’épuration) ; ces dernières contribuent largement à l’enrichissement du sol en cadmium et donc à la contamination des terres agricoles. Il se retrouve dans les effluents de nombreux processus de combustion tels que l’incinération des déchets.
Le cadmium pénètre facilement dans les végétaux par leurs racines et il entre ainsi dans la chaîne alimentaire.
Dans l'air, le cadmium associé à des particules peut voyager sur de longues distances avant de retomber au sol. Dans les eaux douces de surface ou souterraines, en dehors des zones polluées, la concentration de cadmium est généralement faible (inférieure à 1 microgramme par litre). La pollution des eaux destinées à la consommation humaine peut résulter de celles des sols et des eaux naturelles, mais aussi du relargage du métal par les canalisations galvanisées (recouvertes de zinc pour protéger de la corrosion ; or le zinc peut contenir des impuretés de cadmium) et les soudures.

Comment puis-je être exposé au cadmium ?

Pour la population générale, la principale source de cadmium est l'alimentation car il est bien assimilé par les végétaux et il se concentre dans les abats et les produits de la mer, on le retrouve en particulier dans les légumes, les céréales et certains aliments d’origine animale comme les abats, les coquillages, les crustacés et les poissons.
La pollution industrielle et le tabagisme peuvent sensiblement augmenter les doses de cadmium absorbées.
En milieu professionnel, les principales sources de contamination sont l’exposition aux vapeurs et aux fumées.

Comment le cadmium pénètre-t-il dans mon organisme et que devient-il ?

Le cadmium est absorbé par les voies digestive et respiratoire. L’absorption à travers la peau est toujours très faible.
Le taux d'absorption du cadmium ingéré n'atteint que quelques pourcents (entre 1 et 10 %). La voie digestive constitue néanmoins la principale voie d’entrée du cadmium présent dans l’environnement hors exposition professionnelle. Elle joue également un rôle notable chez les travailleurs exposés à des poussières. Le cadmium fixé sur les protéines des aliments est plus difficilement absorbé. Les régimes carencés en protéines, en calcium, en fer, en cuivre ou en zinc facilitent l’absorption digestive du cadmium ; les régimes riches en fibres la diminuent.
C’est dans le rein que se concentre principalement le cadmium (environ 50 % de la charge corporelle en cadmium se trouve dans le rein). Les autres tissus contenant une part importante de la quantité totale de cadmium de l’organisme sont le foie et le muscle. Le passage du cadmium à travers le placenta est faible.
Le cadmium absorbé s'élimine par les voies urinaire, intestinale, par les phanères. Bien que faible, l'excrétion du cadmium se fait surtout par voie urinaire et elle est très lente. C’est un toxique qui s'accumule dans l'organisme au cours du temps ; la moitié de la dose ingérée est éliminée au bout de 20 à 30 ans.

Comment le cadmium peut-il affecter ma santé ?

Le cadmium est toxique surtout pour les reins, mais il peut aussi causer une déminéralisation osseuse.
Dans les cas d’intoxication sévères, les lésions produites peuvent conduire à une insuffisance rénale.
Habituellement, pour la population générale, les concentrations de cadmium dans les reins induisant des altérations rénales ne peuvent être atteintes qu’après des expositions au cadmium importantes et cumulées sur plusieurs dizaines d’années.
Le Centre international de recherche sur le cancer a classé, sur la base d’études de médecine du travail, le cadmium et ses composés dans la catégorie cancérigène chez l'homme (groupe I). Des données plus récentes sur l’exposition de l’homme au cadmium au sein de la population générale ont été associées à un risque accru de cancer tel que le cancer du poumon, de l’utérus, de la vessie, du sein et de la prostate.

Existe-t-il un dosage biologique pour savoir si je suis exposé au cadmium ?

Le cadmium est dosé habituellement dans l’urine car, chez l’adulte, sa concentration urinaire est corrélée à la charge rénale (en l’absence d’altération rénale importante) et donc traduit bien l’exposition cumulée au cours du temps.
Le cadmium dosé dans le sang reflète surtout l'exposition récente.
Ces dosages ne sont pas faits en routine, c'est-à-dire qu'ils doivent être effectués dans un laboratoire spécialisé.
La présence d’une quantité mesurable de cadmium dans le sang ou l’urine est un indicateur d’une exposition au cadmium, mais ne signifie pas qu’il en résultera nécessairement des effets nocifs sur la santé.
En Europe, le groupe d'experts scientifiques CSTEE de la commission européenne considère que le seuil en deçà duquel la concentration urinaire de cadmium doit être maintenue pour protéger la fonction rénale est de 2 microgrammes par gramme de créatinine ; ce seuil est de 2,5 microgrammes par gramme de créatinine pour les experts du JECFA (Comité d’experts internationaux sur les additifs alimentaires).

Haut de page