Fermer



P

Publié le 12/09/2011 - Dernière mise à jour le 12/09/2011

Pesticides organophosphorés

Foire aux questions

Que sont les pesticides organophosphorés ?

Les pesticides organophosphorés sont des composés organiques contenant du phosphore.

Quelles sont les utilisations des pesticides organophosphorés ?

Le développement des organophosphorés (OP) en tant que pesticides date du début des années 1970 comme alternative des composés organochlorés comme le DDT, persistant dans l’environnement et l’organisme humain. Les OP se sont imposés rapidement par leur grande efficacité, notamment contre les insectes et le fait que ce sont des composés de synthèse qui se dégradent assez rapidement dans l’environnement ; cependant, ils ont des effets toxiques sur le système nerveux des vertébrés. Ils sont peu solubles dans l’eau, peu volatils et très solubles dans les graisses.
Aujourd’hui, de nombreux OP sont commercialisés sous forme de milliers de produits différents avec de multiples usages : contre les insectes, les rongeurs, les vers, comme herbicides, gaz de guerre, traitement chez l’homme (ex. : glaucome), additifs dans certains produits plastiques et de pétrole.
Néanmoins, ces produits sont principalement utilisés comme insecticides sur les plantes, les animaux et l’être humain (contre les poux, les mites, le paludisme). Ils sont utilisés en agriculture, horticulture, dans le domaine forestier, pour l’extermination de nuisibles, l’entretien paysager, dans le milieu industriel et domestique, dans la pratique vétérinaire. Ce sont des substances toxiques pour le système nerveux des insectes. Bien que les pesticides organophosphorés soient toujours utilisés pour lutter contre les insectes sur de nombreuses cultures vivrières, les utilisations domestiques sont éliminées progressivement.

Que deviennent les pesticides organophosphorés dans l'environnement ?

Les pesticides organophosphorés ont une toxicité aiguë (effets nocifs lors d'une forte exposition) plus élevée que celle des pesticides organochlorés mais ils se décomposent rapidement à la lumière du soleil et au contact de l'air et du sol, bien que l’on puisse en détecter de petites quantités dans les aliments et l'eau potable.

Comment puis-je être exposé aux pesticides organophosphorés ?

L'exposition aux pesticides organophosphorés peut se faire par l'ingestion, l'inhalation, ou le contact cutané. La population générale est exposée durant l’utilisation domestique ou le jardinage, que ce soit par inhalation ou à travers la peau. L’apport peut se faire également via l’alimentation. L’épandage est un mode d’intoxication fréquent, les particules transportées par l'air étant retrouvées à plus d’1 à 2 km du lieu d’épandage. Les ouvriers agricoles, les applicateurs de pesticides et les fabricants de ces pesticides peuvent avoir des niveaux élevés d'exposition. En milieu de travail, la voie cutanée est souvent la principale voie d’exposition.

Comment les pesticides organophosphorés pénètrent-t-il dans mon organisme et que deviennent-ils ?

Les OP ont une forte affinité pour les graisses et franchissent ainsi aisément toutes les barrières biologiques, cutanées, digestives et respiratoires. Suite à l’absorption, la plupart des OP sont rapidement transformés et éliminés dans l’urine (environ plus de 75 %) dans les 48h suivant l’exposition. La majorité des OP sont transformés en produits de dégradation appelés dialkylphosphates, qui sont éliminés et mesurables dans l’urine. Cependant, certains OP produisent des produits de dégradation, qui leur sont spécifiques.

Comment les pesticides organophosphorés peuvent-il affecter ma santé ?

Les pesticides organophosphorés agissent sur le système nerveux. Ils partagent tous le même mécanisme d’action principal qui consiste à bloquer la dégradation d'une substance, l’acétylcholine, au niveau des connections nerveuses. Ceci entraîne une accumulation de cette substance provoquant d’abord un effet stimulant, puis un effet inhibiteur sur la transmission de l'information par les cellules nerveuses.
Les OP utilisés comme insecticides sont responsables d’une mortalité élevée par intoxication. Les effets aigus des organophosphorés lors de surdosages, intentionnels ou non, ou lors d’expositions massives sont bien connus et consistent en un dysfonctionnement du système nerveux. Les symptômes peuvent inclure la nausée, des vomissements, une faiblesse, une paralysie, une hypersalivation, un ralentissement du rythme cardiaque et des convulsions. L’empoisonnement peut être mortel par asphyxie due à la faiblesse des muscles respiratoires.
L’intoxication chronique conduit à des atteintes neurologiques. Les pesticides organophosphorés peuvent entraîner une dégénérescence des nerfs périphériques. Des expositions chroniques à faibles doses ont été associées à des effets du comportement.
La plupart des pesticides organophosphorés n’ont pas d’effets cancérigènes, seul le dichlorvos est classé cancérigène possible (2B) par le Centre international de recherche sur le cancer.

Existe-t-il un dosage biologique pour savoir si je suis exposé aux pesticides organophosphorés ?

Les produits de transformation dans l'organisme des OP sont éliminés dans l’urine. En particulier, ceux appelés les dialkylphosphates sont les indicateurs les plus précoces de l’exposition à cette famille chimique et peuvent être présents dans l'urine après de faibles expositions aux OP.
Ces dosages ne sont pas faits en routine, c'est-à-dire qu'ils doivent être effectués dans un laboratoire spécialisé.
La présence d’une quantité mesurable de pesticides organophosphorés dans l’urine est un indicateur d’une exposition aux pesticides organophosphorés, mais ne signifie pas nécessairement qu’il en résultera des effets nocifs sur la santé.

Haut de page