Fermer



Chaleur et santé

Publié le 30/06/2015

Températures élevées et risques pour la santé

La chaleur est-elle toujours un risque en France ?

La chaleur a un impact très rapide. L’état de santé peut se dégrader rapidement et nécessiter des soins urgents. Chaque année on observe pendant les épisodes de chaleur des recours aux soins pour des symptômes spécifiquement ou grande partie dus à l’exposition à la chaleur : hyperthermie, déshydratation et hyponatrémie (déficit de sodium dans le sang pouvant être dû à un apport insuffisant, à certains médicaments, à un dysfonctionnement rénal ou à une ingestion d'eau excessive. Elle peut causer des troubles neurologiques pouvant conduire, dans les cas les plus graves, à la perte de conscience ou au coma).

Les atteintes les plus graves conduisent au décès, ou à des séquelles très importantes. La vague de chaleur de 2003 a causé un excès de près de 15 000 décès en 15 jours, celle de 2006 près de 2 000 sur une période similaire. Le plan national canicule, quelle que soit son efficacité, ne permet pas d’éviter toute la surmortalité liée à la chaleur. L’adoption par tous de comportements simples et prudents, et d’attitudes solidaires est la pierre angulaire de la prévention. La  solidarité entre les générations est un élément crucial de la prévention.

Qui sont les personnes les plus à risque face à la chaleur ?

Tout le monde peut souffrir de la chaleur. Les personnes les plus à risques sont les personnes âgées, car elles cumulent plusieurs facteurs de risque, et les très jeunes enfants (<1 an). Les personnes ayant une activité physique pendant les périodes de chaleur sont également à risque, y compris si elles sont jeunes et en bonne santé : l’activité physique augmente la température du corps et le risque de déshydratation.

Plusieurs facteurs de risque peuvent intervenir lors des vagues de chaleur, par exemple :

  • Facteurs physiologiques :
    - le corps met en place des mécanismes pour se protéger contre la chaleur (transpiration, vasodilatation). Ces mécanismes fonctionnent moins bien chez les personnes âgées et chez les très jeunes enfants ;
    - certains traitements médicamenteux limitent la capacité du corps à se protéger et constituent un risque supplémentaire pour les personnes âgées ou souffrant de pathologies chroniques : diurétiques, bétabloquants, anticholinergiques, neuroleptiques, etc.
    - les très fortes chaleurs augmentent le risque de naissance prématurée.
  • Facteurs individuels ou sociaux :
    - les personnes en situation de handicap, les personnes âgées dépendantes et les très jeunes enfants sont également plus à risque car ils peuvent difficilement se soustraire seuls à la chaleur ;
    - les personnes sans abri sont très vulnérables, car ils ne peuvent pas se protéger facilement de la chaleur, avoir accès à l’eau, ils sont très isolés et en mauvaise santé ;
    - les sportifs de plein air sous-estiment le risque et peuvent s’exposer de façon inconsidérée ;
    - d’autres populations peuvent être à risque, par exemple les détenus car ils sont confinés dans un environnement qui peut être vétuste et mal isolé contre la chaleur.
  • Facteurs professionnels :
    - les travailleurs exposés à la chaleur à l’intérieur ou à l’extérieur sont également plus à risque. En plus des effets directs de la chaleur, la fatigue liée à la chaleur peut conduire à une baisse de la vigilance et à des accidents de travail.
Haut de page