Fermer



Environnement et santé

Publié le 23/11/2016

Surveillance des intoxications au monoxyde de carbone. Bulletin au 22 novembre 2016.

23/11/2016
Réseau de surveillance des intoxications au monoxyde de carbone

bandeau bulletin retro-information intoxication CO n°3

Faits marquants au 22 novembre 2016

Au cours des deux dernières semaines :

  • Une personne est décédée à cause du fonctionnement d’un alambic dans un garage.
  • Le recours d’un barbecue pour se chauffer dans un logement a été à l’origine d’un épisode d’intoxication accidentelle domestique .

Toute personne ayant connaissance d’une intoxication au CO, suspectée ou avérée, à l’exclusion des intoxications par incendie, la signale à l’Agence Régionale de Santé (ARS) ou au Centre Antipoison et de Toxicovigilance (CAPTV) qui recueille les premières informations sur les personnes concernées et les circonstances de survenue pour déclenchement des enquêtes médico-environnementales par les services compétents.

Depuis le 1er septembre 2016,

232 signalements ont été transmis au système de surveillance, exposant 718 personnes dont :

  • 425 ont été prises en charge par un service d’urgence hospitalier,
  • 77 dirigées vers un service de médecine hyperbare.

Au cours de la même période de la saison de chauffe précédente, 216 signalements avaient été rapportés, exposant 765 personnes au CO dont 407 transportées vers un service d’urgence hospitalier.

Depuis le 1er septembre, deux personnes sont décédées d’une intoxication au CO.

Au cours des deux dernières semaines,

Une personne est décédée dans les Hauts-de-France lors d’une intoxication due à l’utilisation d’un Alambic dans un garage.

61 signalements, exposant 58 personnes dont 45 transportées vers un service d’urgence hospitalier, ont été rapportés. Au cours des mêmes semaines de l’année 2015, 48 épisodes avaient exposé 135 personnes parmi lesquelles 94 avaient été transportées vers un service d’urgence hospitalier.

Les signalements d'intoxication

Répartition hebdomadaire (depuis le 1er septembre 2015) du nombre de signalements d’intoxication  par le CO, suspectée ou avérée, et du nombre de personnes exposées et transportées vers un service d’urgence hospitalier

Répartition hebdomadaire (depuis le 1er septembre 2015) du nombre de signalements d’intoxication  au  CO, suspectée ou avérée, et du nombre de personnes exposées et transportées vers un service d’urgence hospitalier

Les intoxications au CO en lien avec un groupe électrogène ou un brasero/barbecue

Depuis le 1er septembre 2016, neuf épisodes d’intoxication en lien avec l’utilisation inappropriée d’un groupe électrogène, c’est–à-dire en milieu clos, exposant 23 personnes, ont été signalés au système de surveillance. Entre le 1er septembre et le 20 novembre 2015, un nombre équivalent d’épisodes avaient été déclarés.
Au cours des deux dernières semaines, deux épisodes, en lien avec l’utilisation inadaptée d’un groupe électrogène, ont exposé huit personnes.
Depuis le 1er septembre 2016, huit épisodes d’intoxication par brasero ont été signalés au système de surveillance, exposant 23 personnes au CO. Entre le 1er septembre et le 20 novembre 2015, treize épisodes avaient été déclarés.
Au cours des deux dernières semaines, deux épisodes, en lien avec un barbecue, ont exposé onze personnes. Pour un des épisodes, la notion de recours à l’appareil pour se chauffer a été mentionnée. 

Les intoxications au CO au sein d’un établissement recevant le public (ERP)

Depuis le 1er septembre 2016, six  épisodes d’intoxication impliquant 111 personnes sont survenus au sein d’un ERP. Un épisode est survenu au cours des deux dernières semaines, dans un lycée situé dans les Hauts-de-France, 14 personnes ont été exposées au CO par l’intermédiaire d’une chaufferie à bois.

En région

Depuis le 1er septembre, quatre grandes régions concentrent près de la moitié des signalements au CO :

  • Hauts-de-France (49),
  • Ile-de-France (47),
  • Pays-de-la-Loire (19),
  • Auvergne-Rhône-Alpes (21).

Par rapport à la même période de la saison précédente, le nombre d’épisodes d’intoxication est plus élevé en Ile-de-France (47 versus 25) et en Pays-de-la-Loire  (19 versus 5). En revanche, le nombre d’épisodes d’intoxication est plus faible en Occitanie (9 versus 16) et en Auvergne-Rhône-Alpes (21 versus 33).

Principaux déclarants

Depuis le 1er septembre 2016, les principaux déclarants ont été :

  • les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) : 47 % des signalements ;
  • les services d’urgence hospitaliers : 13 % des signalements ;
  • les services de médecine hyperbare : 10 % des signalements.

De la surveillance à la prévention

La direction générale de la santé (DGS) et Santé publique France rappellent les conseils destinés à éviter la survenue d’intoxication au CO.

Faire vérifier et entretenir les conduits de fumées par ramonage mécanique

Faire vérifier et entretenir chaudières, chauffe-bains, inserts, poêles

Ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (braseros, barbecues) :  tout comme les groupes électrogènes, ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.

Brasero attention danger

L’Association pour la prévention de la pollution  atmosphérique (APPA)  et l’agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France proposent une affiche destinée à prévenir les intoxications oxycarbonées par brasero.
http://www.appanpc.fr/Pages/page.php

Haut de page