Fermer



Environnement et santé

Publié le 15/11/2017

Surveillance des intoxications au monoxyde de carbone. Bulletin au 15 novembre 2017.

15/11/2017
Réseau de surveillance des intoxications au monoxyde de carbone

bandeau bulletin retro-information intoxication CO n°2

Faits marquants au 15 novembre 2017 :

Depuis le 1er septembre 2017 :

  • Le nombre de signalements est inférieur de 12 % à celui de la saison précédente, en raison notamment des températures clémentes observées jusqu’à la semaine dernière ;
  • Cinq personnes sont décédées d'une intoxication accidentelle.

Au cours des deux dernières semaines :

  • Deux personnes sont décédées, au cours de deux épisodes d’intoxication accidentelle domestique en lien respectivement avec un brasero et une chaudière.

Toute personne ayant connaissance d’une intoxication par le CO, suspectée ou avérée, à l’exclusion des intoxications par incendie, la signale à l’Agence Régionale de Santé (ARS) ou au Centre Antipoison (CAP) qui recueille les premières informations sur les personnes concernées et les circonstances de survenue pour déclenchement des enquêtes médico-environnementales par les services compétents. Les informations recueillies dans le cadre de ce bulletin concernent uniquement le signalement. Une fois, les informations relatives à l’enquête environnementale et médicale collectées et consolidées, des analyses épidémiologiques sont menées pour l’aide à l’action publique.

Les signalements d'intoxication

Depuis le 1er septembre 2017,

190 signalements ont été transmis au système de surveillance, impliquant 577 personnes dont 411 ont été prises en charge par un service d’urgence hospitalier et 80 dirigées vers un service de médecine hyperbare. Cinq personnes décédées par intoxication accidentelle oxycarbonée ont été déclarées au système de surveillance. Les sources déclarées au moment du signalement sont diverses : un groupe électrogène (2 décès), une chaudière (1 décès), un brasero (1 décès) et un véhicule en milieu professionnel (1 décès).

Au cours de la période de chauffe précédente, 216 signalements avaient été rapportés au système de surveillance (impliquant 739 personnes exposées dont 427 transportées vers un service d’urgence et une personne décédée).

Au cours des deux dernières semaines,

74 signalements impliquant 224 personnes dont 180 transportées vers un service d’urgence hospitalier ont été déclarés. Deux personnes sont décédées en lien avec des émanations de CO provenant d’un brasero (1 décès) ou d’une chaudière (1 décès). Au cours des mêmes semaines de l’année 2016, un nombre d’épisodes (73) équivalent, exposant 243 personnes dont 196 transportées vers un service d’urgence hospitalier, avait été déclaré.

Répartition hebdomadaire (depuis le 1er septembre 2016) du nombre de signalements d’intoxication par le CO, suspectée ou avérée, et du nombre de personnes exposées et transportées vers un service d’urgence hospitalier

Répartition hebdomadaire (depuis le 1er septembre 2016) du nombre de signalements d’intoxication par le CO, suspectée ou avérée, et du nombre de personnes exposées et transportées vers un service d’urgence hospitalier

Les intoxications par le CO en lien avec un groupe électrogène ou un brasero/barbecue

Depuis le 1er septembre 2017, 12 épisodes d’intoxication en lien avec l’utilisation inappropriée (c’est–à-dire en milieu clos) d’un groupe électrogène ont été signalés au système de surveillance (impliquant 38 personnes dont 2 décédées). Au cours de la même période de la précédente période de chauffe, un nombre équivalent épisodes (10) d’intoxication avaient été déclarés. Au cours des deux dernières semaines, cinq épisodes sont survenus exposant 16 personnes au CO.

Depuis le 1er septembre 2017, 15 épisodes d’intoxication par brasero ont été signalés au système de surveillance, exposant 59 personnes au CO dont une personne décédée. Au cours de la même période de la saison de chauffe précédente, un nombre équivalent épisodes (12) d’intoxication avait été déclaré. Au cours des deux dernières semaines, six épisodes sont survenus exposant 16 personnes au CO.

Les intoxications au CO au sein d’un établissement recevant le public (ERP)

Depuis le 1er septembre 2017, cinq épisodes d’intoxication sont survenus au sein d’un ERP (impliquant 43 personnes). Les lieux de survenue sont variés : établissements scolaires en lien avec une chaudière (2 épisodes), patinoire en lien avec une surfaceuse (1 épisode), restaurant en lien avec un piano cuisson (1 épisode) ou commerce en lien avec une chaudière (1 épisode).

En région

Depuis le 1er septembre 2017, les régions Grand-Est (34 épisodes), Hauts-de-France (31 épisodes), Ile-de-France (24 épisodes), Auvergne-Rhône-Alpes (21 épisodes) et Bretagne (19 épisodes) sont les plus concernées.

Principaux déclarants

  • les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) : 49 % des signalements ;
  • les services d’urgence hospitaliers : 16 % des signalements ;
  • les services de médecine hyperbare : 9 % des signalements.

De la surveillance à la prévention

La direction générale de la santé (DGS) et Santé publique France rappellent les conseils destinés à éviter la survenue d’intoxication au CO.

Faire vérifier et entretenir les conduits de fumées (par ramonage mécanique)

Faire vérifier et entretenir chaudières, chauffe-bains, inserts, poêles

Ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (groupe électrogène, braseros, barbecues) :    

Ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.

Santé publique France propose différents outils pour prévenir les intoxications par groupe électrogène

Dépliant / Affiche / Roman photo

Dossier presse sonore

Les dangers du monoxyde de carbone (CO)

Spot radio

Infographie

spot_radio_intox_co_140317

affiche_co1

Haut de page