Fermer



Généralités et chiffres clés

Publié le 01/10/2007 - Dernière mise à jour le 10/11/2014

Le diabète - Généralités

Définition du diabète sucré

Le diabète sucré est une affection métabolique caractérisée par une hyperglycémie chronique (taux de glucose dans le sang trop élevé) liée à une déficience soit de la sécrétion de l’insuline, soit de l’action de l’insuline, soit des deux. Il existe différents types de diabète.

Le diabète de type 2 est la forme la plus fréquente du diabète (plus de 92 % des cas de diabète traité de l'adulte). Il est caractérisé par une résistance à l'insuline et une carence relative de sécrétion d'insuline, l'une ou l'autre de ces deux caractéristiques pouvant dominer à un degré variable. Cette forme de diabète survient essentiellement chez les adultes d’âge mûr mais peut également survenir à un âge plus jeune, voire même pendant l’adolescence.
Le diabète de type 1, beaucoup moins fréquent (environ 6 % des cas de diabète traité de l'adulte), est principalement causé par la destruction des cellules bêta du pancréas, d’où l’incapacité de la personne atteinte à sécréter de l’insuline. Pour cette raison, les injections d’insuline sont vitales chez ces personnes. Cette forme de diabète survient essentiellement chez les enfants et les jeunes adultes.

Il existe d’autres formes de diabète sucré, comme le diabète gestationnel (correspondant à une intolérance au glucose chez les femmes enceintes) ou des cas de diabète résultant de conditions spécifiques ou génétiques.

Diagnostic du diabète

Le diagnostic du diabète de type 2 consiste en un acte médical simple. Il est porté lorsque deux glycémies veineuses réalisées à jeun (au moins 8 heures de jeûne) à des temps variables sont supérieures à 1,26 g/l (7 mmol/l). En présence de symptômes (soif importante, mictions fréquentes, amaigrissement inexpliqué, somnolence), une seule mesure est nécessaire pour le diagnostiquer.

Un dépistage opportuniste ciblé est recommandé tous les trois ans chez les personnes âgées de plus de 45 ans, ayant au moins un autre marqueur de risque du diabète de type 2 [1] :

  • origine non caucasienne et/ou migrant ;
  • marqueur du syndrome métabolique (excès pondéral, hypertension artérielle, dyslipidémie) ;
  • antécédent de diabète familial au premier degré, ou de diabète temporairement induit, ou, chez les femmes, de diabète gestationnel ou de naissance d’enfant pesant plus de 4 kg.

Une nouvelle méthode de diagnostic du diabète, tenant compte du niveau d’hémoglobine glyquée (HbA1c), a été proposée en 2009 par un comité international d’experts [2].

Complications du diabète et prise en charge médicale

Le diabète déséquilibré peut engendrer à court terme des complications métaboliques, telles que le coma acido-cétosique, le coma hyperosmolaire et l’hypoglycémie (taux de glucose dans le sang trop bas). A long terme, le diabète peut être responsable de complications macro-vasculaires (atteinte des vaisseaux sanguins irriguant le cœur et le cerveau pouvant conduire à un infarctus du myocarde ou à un accident vasculaire cérébral) et micro-vasculaires (atteinte du système nerveux périphérique, des reins et de la rétine pouvant conduire à l’amputation d’un membre inférieur, à la dialyse et à la cécité). Le diabète peut donc parfois retentir gravement sur la qualité de vie des personnes atteintes. Toutefois, il a été démontré qu’un bon contrôle de la maladie par une adaptation du mode de vie (alimentation, activité physique) et une bonne prise en charge médicale et éventuellement pharmacologique, peut permettre d’éviter ou de réduire considérablement les risques de complications. Un dépistage précoce des complications du diabète peut également permettre de freiner leur progression lorsque le dépistage est suivi d’un traitement (par exemple : angioplastie, pontage coronarien, laser ophtalmologique, soins des pieds, médicaments protecteurs des reins…).
Des recommandations de bonnes pratiques concernant la prise en charge du diabète de type 2 [3;4] ont été publiées et actualisées par la Haute autorité de santé et l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Le diabète de type 2 peut être traité par une prise en charge diététique et une activité physique adaptée, par comprimés et/ou par injections d’insuline.
Sur demande du médecin, le diabète permet de bénéficier d’une prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie des frais médicaux occasionnés dans le cadre de cette affection de longue durée (ALD). Pour assurer une bonne prise en charge médicale dans ce cadre, des guides ont été publiés en 2006 par la Haute autorité de santé puis actualisés en 2007 [5-7], s’adressant d’une part aux personnes diabétiques (type 1 et type 2) et d’autre part aux professionnels de santé concernés.

En France, les études Entred ont montré que les complications du diabète sont encore parfois ignorées par le patient et l'équipe médicale. Cependant la prise en charge thérapeutique du diabète progresse beaucoup même si elle peut encore être améliorée.

Une maladie de plus en plus fréquente

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé le nombre de personnes diabétiques dans le monde à 135 millions en 1995 et prévoit que cet effectif atteindra 299 millions en 2025 [8]. Le vieillissement de la population, l’augmentation de l’obésité et le manque d’activité physique sont des éléments favorisant le développement du diabète.
En France, la prévalence du diabète traité est estimée en 2013 à 4,7 % de la population. La fréquence du diabète ne cesse d’augmenter depuis les premières estimations établies en 2000 à partir des données de l’Assurance maladie. Toutefois, cette progression enregistre un ralentissement : le taux de croissance annuel est ainsi passé de 5,1 % sur la période 2006-2009 à 2,4 % sur la période 2009-2013 [9]. La prévalence du diabète est plus élevée chez les personnes de niveau socio-économique moins favorisé ainsi que chez les personnes originaires du Maghreb [10]. De plus, la prévalence du diabète augmente davantage dans les départements économiquement les moins favorisés [11]. Elle est plus élevée dans les départements et territoires d’outre-mer, ce qui serait lié à la fois à un risque génétique élevé, à des conditions socio-économiques défavorables et au passage d’un mode de vie « traditionnel » à un mode « occidental » qui favorise le développement du diabète, et à une fréquence élevée de l’obésité [12].
En l’absence de prévention et de prise en charge adéquate, le diabète pourrait avoir des conséquences encore plus importantes d’ici quelques années en termes de santé publique et d’économie de la santé. Il est donc important de surveiller sa fréquence, son évolution, ses caractéristiques, ainsi que la qualité de la prise en charge médicale des personnes diabétiques, y compris dans les départements d’outre-mer. L’impact du niveau socio-économique sur l’apparition du diabète et sur sa prise en charge constitue un autre axe important du programme de surveillance épidémiologique du diabète.

Références
[1] Agence nationale d'accréditation et d'évaluation de santé (Anaes). Principes de dépistage du diabète de type 2. Février 2003.
[2] The international expert committee. International expert committee report on the role of the A1C assay in the diagnosis of diabetes. Diabetes Care 2009 : 32(7): 1327-1334.
[3] Agence nationale d'accréditation et d'évaluation de santé (Anaes). Stratégie de prise en charge du patient diabétique de type 2 à l'exclusion de la prise en charge des complications. Diabetes Metab 1999 : 25.
[4] Haute autorité de santé (HAS).ALD n°8 – Guide médecin sur le diabète de type 2. Juillet 2007.
[5] Haute autorité de santé (HAS).ALD n°8 – Guide patient : vivre avec un diabète de type 1 chez l’enfant et l’adolescent. Avril 2007.
[6] Haute autorité de santé (HAS).ALD n°8 – Guide médecin sur le diabète de type 1 chez l’enfant et l’adolescent. Juillet 2007.
[7] Haute autorité de santé (HAS) ALD n°8 – Guide patient : vivre avec un diabète de type 2. Avril 2007.
[8] International Diabetes Federation . Diabetes atlas, third edition. Delice Gan Eds. Brussels. 2006.
[9] Mandereau-Bruno L, Denis P , Fagot-Campagna A, Fosse S. Prévalence du diabète traité pharmacologiquement et disparités territoriales en France en 2012. Bull Epidémiol Hebd. 2014;30-31.
[10] Fosse S, Fagot-Campagna A. Prévalence du diabète et recours aux soins en fonction du niveau socio-économique et du pays d'origine en France métropolitaine. Enquête décennale santé 2002-2003 et enquêtes santé et protection sociale 2002 et 2004. Novembre 2011.
[11] Ricci P, Blotière PO, Weill A, Simon D, Tuppin P, Ricordeau P, Allemand H. Diabète traité en France : quelles évolutions entre 2000 et 2009. Bull Epidemiol Hebd 2010;42-43:425-31
[12] Papoz L. Le diabète de type 2 dans les Dom-Tom : un effet pervers de la modernité. Bull Epidémiol Hebd 2002 ; 20-21 : 89-90.

Dossier Généralités et chiffres clés

Haut de page