Fermer



Maladies cardio-neuro-vasculaires

Publié le 15/04/2010 - Dernière mise à jour le 28/10/2016

L’insuffisance cardiaque

L’insuffisance cardiaque (IC) est définie comme une anomalie structurelle ou fonctionnelle du cœur conduisant à un apport en oxygène insuffisant pour répondre aux besoins métaboliques des différents organes. C’est un syndrome complexe et hétérogène qui regroupe des étiologies, des mécanismes physiopathologiques et des expressions cliniques diversifiés. L’insuffisance cardiaque peut être une complication de différentes pathologies cardio-vasculaires : les cardiopathies ischémiques en premier lieu, mais aussi l’hypertension artérielle, les cardiomyopathies, les cardiopathies valvulaires, les maladies du rythme cardiaque telles la fibrillation auriculaire… L’insuffisance cardiaque chronique évolue en dents de scie avec des phases de décompensation qui représentent une cause fréquente d’hospitalisation des personnes âgées.

Cette pathologie est fréquente et de mauvais pronostic. Sa prévalence, estimée par la Société européenne de cardiologie entre 1 et 2 % dans les pays développés, augmente fortement avec l’âge à partir de 75 ans. Elle tend à augmenter du fait du vieillissement de la population. De plus, les améliorations thérapeutiques de l’insuffisance cardiaque elle-même et de ses causes permettent une survie plus longue des patients, augmentant la prévalence de la maladie. Toutefois, des études ont montré que la prise en charge thérapeutique pourrait encore être optimisée.

La validité des bases médico-administratives (PMSI, certificats de décès) n’a pas encore été évaluée concernant l’IC. En effet, sur les certificats de décès comme dans le PMSI, il peut y avoir codage de la pathologie à l’origine de l’IC, ou encore des causes immédiates de la décompensation aiguë, plutôt que de l’IC. Ainsi, l’exploitation de l’IC en tant que cause initiale de décès ou diagnostic principal d’hospitalisation conduit très probablement à une sous-estimation de la fréquence de cette pathologie

  •  

    En 2011, le CépiDC a recensé près de 69 972 décès ayant l’IC en cause initiale ou associée en France, dont une majorité de femmes (55,2 %). Les deux-tiers des personnes décédées étaient âgées de 85 ans ou plus. Cette proportion s’élevait à plus de 70 % chez les femmes et à 47,6 % chez les hommes. La part des décès prématurés (avant 65 ans) était faible (5,4 % des décès au total, et seulement 2,8 % chez les femmes). En 2011, le taux brut de mortalité global pour IC était plus élevé chez les femmes que chez les hommes. Après standardisation sur l’âge, le taux de mortalité global estimé était à l’inverse plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

    Nombre et taux de décès par IC selon le sexe et l'âge, 2011

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    Nombre de décès

    Moins de 25 ans

    116

    84

    200

    25-44 ans

    243

    120

    363

    45-64 ans

    2 361

    889

    3 250

    65-84 ans

    13 714

    10 184

    23 898

    85 ans et plus

    14 905

    27 356

    42 261

    Total tous âges

    31 339

    38 633

    69 972

    Taux brut*

    Moins de 25 ans

    1,1

    0,9

    1,0

    25-44 ans

    2,9

    1,4

    2,1

    45-64 ans

    28,2

    10,1

    18,9

    65-84 ans

    336,4

    194,7

    256,8

    85 ans et plus

    2 885,5

    2 275,2

    2 458,6

    Total tous âges

    99,4

    115,1

    107,5

    Taux standardisé**

    135,0

    87,3

    105,8

    *Taux pour 100 000 habitants.
    **Taux standardisés sur l’âge de la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.
    Sources : données de mortalité : Inserm-CépiDc, statistiques démographiques : Insee.

    Des évolutions notables ont été observées au cours des 20 dernières années. Ainsi, malgré le vieillissement de la population française, le nombre de décès pour lesquels la cause initiale notifiée est l’insuffisance cardiaque a diminué de 20 % entre 1990 et 2008, cette réduction étant plus marquée lorsque l’on considère les taux standardisés sur l’âge (-39 %). Les tendances récentes sont encore plus marquées aussi bien chez les hommes que chez les femmes, avec une diminution globale de la mortalité de -34,1 % entre 2000 et 2010. Cette tendance est similaire lorsque l’on compare les décès survenus avant 65 ans versus à 65 ans et plus.

    En savoir plus : Gabet A et al. Bull Epidemiol Hebd 2014;21-22.

    Evolution des taux* de décès par IC selon le sexe de 2000 à 2011

    Insuffisance cardiaque - Evolution des taux de décès par IC selon le sexe de 2000 à 2011

    *Taux pour 100 000 habitants, standardisés sur l’âge de la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.
    Sources : données de mortalité : Inserm-CépiDc, statistiques démographiques : Insee.
  •  

    Enfin, il existait des disparités régionales importantes. Le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, la Champagne-Ardenne, la Lorraine, la Franche-Comté ainsi que la Corse présentaient des taux standardisés de mortalité supérieurs à la moyenne nationale de plus de 10 %. A l’inverse, l’Ile-de-France affichait un taux de mortalité inférieur d’au moins 10 % par rapport à l’ensemble du territoire.

    En savoir plus : Gabet A et al. Bull Epidemiol Hebd 2014;26.

    Insuffisance cardiaque - Décès causes multiples 2008-2010 - Hommes/Femmes - Taux standardisés régionaux (Europe 2010)

    Insuffisance cardiaque - Décès prématurés causes multiples 2008-2010 - Hommes/Femmes - Taux standardisés régionaux (Europe 2010)

  •  

    En 2013, le nombre de patients hospitalisés pour IC en hospitalisation complète s’élevait à 165 231. La répartition hommes-femmes était équilibrée (49 % d’hommes, 51 % de femmes). Plus de 42 % des patients avaient 85 ans ou plus. Par ailleurs, 20 % des personnes hospitalisées en 2013 ont été ré-hospitalisées au moins une fois pour le même motif au cours de cette année, et le nombre moyen d’hospitalisations par personne était estimé à 1,3. Le taux de ré-hospitalisations pour insuffisance cardiaque a augmenté de plus de 30 % depuis 2002. La létalité hospitalière de l’insuffisance cardiaque est assez élevée (7,8 % en 2013) mais en baisse depuis 2002.

    En savoir plus :
    Pérel C et al. Bull Epidemio Hebd 2012;41
    Gabet A et al. European Journal of Heart Failure. 2015.

     

    Nombre et taux de patients hospitalisés en soins de courte durée MCO pour insuffisance cardiaque selon l'âge et le sexe, en 2013

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    Nombre de patients hospitalisés

    Moins de 25 ans

    197

    159

    356

    25-44 ans

    986

    583

    1 569

    45-64 ans

    10 603

    4 401

    15 004

    65-84 ans

    43 330

    34 411

    77 741

    85 ans et plus

    25 375

    45 186

    70 561

    Total tous âges

    80 491

    84 740

    165 231

    Taux brut*

    Moins de 25 ans

    1,9

    1,6

    1,8

    25-44 ans

    11,9

    6,9

    9,4

    45-64 ans

    126,5

    49,8

    87,2

    65-84 ans

    994,2

    630,3

    791,8

    85 ans et plus

    4 476,8

    3 509,9

    3 805,5

    Total tous âges

    253,1

    250,2

    251,6

    Taux standardisé**

    316,6

    197,6

    247,2

    *Taux pour 100 000 habitants.
    **Taux standardisés sur l’âge de la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010).
    Champ : France entière.
    Sources : Base nationale PMSI (ATIH), statistiques démographiques : Insee.

    L’étude des tendances met en évidence une augmentation du nombre de personnes hospitalisées pour insuffisance cardiaque entre 2002 et 2013. Toutefois, à structure d’âge égale, une légère réduction du taux standardisé est observée sur cette période, plus marquée chez les hommes que chez les femmes (-8,6 % vs -5,2 %).

    Evolution des taux* de patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque selon le sexe de 2002 à 2013

    Insuffisance cardiaque - Evolution des taux de patients hospitalisés pour selon le sexe de 2002 à 2013

    *Taux pour 100 000 standardisés sur l’âge selon la population européenne d’Eurostat (IARC, 2010)
    Champ : France entière
    Sources : Base nationale PMSI (ATIH), statistiques démographiques : Insee
  •  

    Les taux standardisés sur l’âge variaient d’une région à l’autre. Les régions ayant des taux supérieurs à la moyenne nationale de plus de 10 % se concentraient dans la moitié Nord de la France (Normandie, Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Alsace), ainsi qu’à la Réunion qui enregistrait le taux standardisé le plus élevé (329,6 pour 100 000 habitants). A l’inverse, les régions du Sud-Est présentaient des taux bien inférieurs à la moyenne nationale (écart de plus de 10 %), notamment en Languedoc-Roussillon (191,6 pour 100 000).

    Insuffisance cardiaque - Patients hospitalisés 2012 - taux standardisés régionaux - tous âges

Les enquêtes déclaratives "Handicap Santé Ménages" et "Handicap Santé Institution" permettent d’estimer la prévalence de l’insuffisance cardiaque en France en 2008/2009 et de décrire son retentissement fonctionnel. Selon ces enquêtes, la prévalence "déclarée" de l’insuffisance cardiaque a été estimée à 2,3 % dans la population adulte et à 1,8 % dans l’ensemble de la population française (soit environ 1 130 000 personnes, IC95 % : 1 039 000 – 1 224 000). Plus de la moitié des adultes avec insuffisance cardiaque, se sont déclarés en "mauvaise" ou "très mauvaise" santé (versus 9 % pour les personnes sans IC). De même, la moitié d’entre eux s’estimaient fortement limités "dans les activités habituelles de la vie quotidienne" (10 % pour les adultes sans IC). Aux âges actifs, il y avait un retentissement important sur la vie professionnelle avec une proportion d’actifs occupés réduite de moitié dans la population avec insuffisance cardiaque (25-59 ans : 39,0 %, versus 78,0 % pour les personnes sans IC).

En savoir plus : De Peretti C et al. Bull Epidemiol Hebd 2014;9-10.

Haut de page