Fermer



Maladies neurodégénératives

Publié le 20/09/2016

Le programme de surveillance épidémiologique

Il existe encore peu d’informations en France permettant d’apprécier le poids des maladies neurodégénératives au niveau national, aussi bien en termes de fréquence (incidence, prévalence) que de recours aux soins.

Le programme de surveillance des maladies neurodégénératives mis en œuvre à Santé publique France a débuté en 2014, en collaboration avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) (Equipe « Epidémiologie du vieillissement et des maladies liées à l'âge » de l’U1018-CESP).

Ce programme repose essentiellement sur l’exploitation des bases de données médico-administratives du système national d’information interrégimes de l’Assurance maladie (Sniiram) qui couvre plus de 97 % de la population française, mais également sur celle des données de mortalité du CépiDc de l’Inserm ou de bases de données plus spécifiques telles que la Banque Nationale Alzheimer (BNA).

Il porte actuellement sur la maladie d’Alzheimer et autres démences, la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique. Les objectifs de ce programme sont :

  • d’estimer la fréquence (prévalence, incidence) de ces maladies. Cet objectif nécessite de développer et de valider des méthodes d’identification (algorithmes) des personnes atteintes de ces maladies au sein des bases de données médico-administratives ;
  • d'en étudier l’évolution temporelle et la distribution géographique en lien avec des expositions d’intérêt, telles que certaines expositions environnementales et professionnelles. Des études spécifiques sur l’association avec des expositions professionnelles sont réalisées, notamment sur l’étude de la maladie de Parkinson parmi les agriculteurs affiliés à la Mutualité sociale agricole. D’autres projets sont en cours de développement sur le volet environnemental ;
  • d’étudier les facteurs pronostiques de ces maladies (mortalité, morbidités associées, fréquence et motifs des hospitalisations). L’étude des facteurs pronostiques (en termes de recours à l’hospitalisation ou de mortalité) reposera sur la mise en place de cohortes de cas incidents, là encore à partir des données du Sniiram.

Par son programme de surveillance, Santé publique France contribue ainsi à plusieurs actions du plan gouvernemental 2014-2019. L’agence participe notamment à améliorer la qualité des données de la BNA en vue de son utilisation à des fins de surveillance épidémiologique (mesure 16 du plan).

Dossier Maladies neurodégénératives

Haut de page