Fermer



Hépatite B

Publié le 16/05/2014 - Dernière mise à jour le 20/06/2017

Indicateurs régionaux de surveillance de l’hépatite B

Points essentiels

Ces indicateurs régionaux mettent en évidence des disparités régionales en termes d’activité de dépistage de taux de positivité et de prévalence de l’hépatite B.

Les Départements d’outre-mer (DOM) de Mayotte, Guyane et de Guadeloupe, ainsi que l’Ile-de-France en métropole sont les régions les plus concernées par l’hépatite B

  • l’activité de dépistage de l’antigène (Ag) HBs est plus importante dans les DOM qu’en France métropolitaine.
  • les taux de positivité de l’Ag HBs les plus élevés sont, dans les DOM, à Mayotte et en Guyane. En France métropolitaine, c’est en Ile-de-France que le taux de positivité de l’AgHBs est le plus important.
  • le nombre de personnes bénéficiant d’une ALD 6 pour une hépatite chronique B rapporté à la population est le plus élevé en Ile-de-France et dans les DOM.

Ces disparités sont le reflet des caractéristiques épidémiologiques régionales spécifiques, qui peuvent nécessiter des enquêtes dédiées, notamment dans les DOM.

Ces indicateurs pourraient permettre de mieux adapter les politiques régionales de lutte contre l’hépatite B.

Sources de données

Activité de dépistage

  • les remboursements des actes de biologie de l’Assurance Maladie
  • l’enquête triennale LaboHep 2013, réalisée auprès des laboratoires publics et privés
  • la surveillance de l’activité de dépistage des Consultations de dépistage anonyme et gratuit (CDAG)

Prise en charge

  • les affections de longue durée (ALD) n°6 pour hépatite B chronique

Prévalence en population

  • la surveillance épidémiologique des donneurs de sang
  • le Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) pour les patients hospitalisés avec un diagnostic d’hépatite B chronique

Journée nationale de lutte contre les hépatites B et C

Synthèse des données de surveillance du dépistage et du diagnostic des hépatites B et C, et couverture vaccinale contre l’hépatite B

14 bulletins régionaux (Hauts-de-France, Ile-de-France, Normandie, Bretagne, Pays de la Loire, Centre/Val-de-Loire, Grand Est, Bourgogne/Franche-Comté, Auvergne/Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine, Paca-Corse, Occitanie, Réunion-Mayotte, Antilles-Guyane)

  • Remboursements des actes de biologie de l’Assurance Maladie en 2013-2015 relatifs au dépistage de l’Antigène (Ag) HBs réalisés en ambulatoire ou lors d’une hospitalisation dans un établissement de santé privé à but lucratif. Les données nationales couvrent tous les régimes. Les données régionales concernent uniquement les remboursements par le régime général (incluant les sections locales mutualistes).. L’interprétation du nombre de tests remboursés rapporté à la population de la région doit être prudente. En effet, la répartition des régimes (Régime général vs les autres régimes d’assurance maladie) diffère selon les régions (SNIIR-AM). Données : Assurance Maladie SNIIRAM (Système national d’information inter-régimes), exploitation Santé publique France.
  • Enquête LaboHep 2013 sur l’activité de dépistage (nombre de tests réalisés) et le taux de positivité de l’Ag HBs en 2013, estimés à partir d’un échantillon aléatoire de 1 504 laboratoires (publics et privés). Le taux de positivité est défini par le rapport entre le nombre de tests trouvés positifs sur l’activité de dépistage. Les nombres de tests positifs ne reflètent pas les nombres de personnes nouvellement diagnostiquées positives, une même personne pouvant être comptabilisée dans plusieurs laboratoires. Données : Santé publique France.
  • CDAG : activité de dépistage et taux de positivité de l’AgHBs entre 2013 et 2015. Le taux de positivité est défini par le rapport entre le nombre de tests trouvés positifs et le nombre total de tests réalisés. Sont pris en compte les CDAG ayant participé sur les trois années 2013 à 2015. Données : Santé publique France.
  • Affections de longue durée (ALD) : nombre de personnes bénéficiant de l’ALD 6 pour une hépatite chronique B (code B180, B181) au 31 décembre d’une année donnée. Les analyses sont réalisées à partir des données du Sniiram (DCIR, Datamart consommation inter-régime), elles portent uniquement sur  les bénéficiaires du régime général et des sections locales mutualistes (incluant la sécurité sociale des étudiants et des fonctionnaires). Les données ne permettent pas distinguer les initiations dans les différents DOM.  Données : Sniiram (DCIR), exploitation Sante publique France.
  • Nouveaux donneurs de sang : taux de prévalence de l’hépatite B sur la période 2013-2015, par établissement français du sang (EFS). La prévalence est définie par le rapport entre le nombre total de nouveaux donneurs de sang trouvés positifs et le nombre total de nouveaux donneurs de sang sur la même année.  Données : EFS, Institut national de la transfusion sanguine (INTS), Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA).
  • PMSI (Programme de médicalisation des systèmes d'information ; Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) : nombre de séjours parmi les patients âgés de 18 ans et plus, hospitalisés en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) ou en hospitalisation à domicile (HAD), en 2011 avec un diagnostic (principal, relié ou associé) d’hépatite B chronique avec ou sans agent delta (codes CIM10: B180 et B181).
    La prévalence hospitalière est définie par le rapport entre le nombre de patients hospitalisés dans l’année avec un diagnostic d’hépatite B chronique et le nombre total de patients hospitalisés.
    La mortalité hospitalière est définie par le rapport entre le nombre de décès et le nombre de patients hospitalisés avec un diagnostic d’hépatite B chronique. Dans le cadre des données du PMSI, les causes de décès ne sont pas recueillies. La mortalité hospitalière observée ne peut donc pas être directement imputée aux infections par le VHB. Elle est seulement associée au diagnostic (principal, relié ou associé) porté lors de l’hospitalisation.
  •  

    En 2015, 3,2 millions de tests pour la recherche de l’Ag HBs ont été réalisés en France dans le secteur privé (données tous régimes). Les données historiques montrent une augmentation relativement régulière de l’activité de dépistage comprise entre 2 et 7% sur les 10 dernières années (Figure 20). Sur les trois dernières années, l’activité de dépistage de l’Ag HBs est passée de  45 / 1 000 habitants en 2013 à 49 / 1 000 habitants en 2015.

    Les données régionales concernent uniquement le régime général (incluant les sections locales mutualistes). Dans ces régimes, l’activité de dépistage France entière pour 2015 est estimée à 44 tests pour 1 000 habitants. L’activité est plus importante dans les DOM (66 / 1 000 habitants) et notamment en Guadeloupe (83 / 1 000 habitants) qu’en France métropolitaine (43 / 1 000 habitants). En métropole, c’est en Ile-de-France où l’activité de dépistage est la plus élevée; elle a particulièrement augmenté dans cette région sur les trois dernières années passant de 53 à 64 / 1000 habitants. Elle a légèrement augmenté ou est restée globalement stable dans les autres régions. Rapportée à la population Française, l’activité de dépistage de l’Ag HBs est estimée à 49 tests pour 1 000 habitants.

    Figure 1 : Activité de dépistage de l’Ag HBs (tests/ 1 000 habitants), France, 2015 (Sniiram)

    Figure 1 : Activité de dépistage de l’Ag HBs (tests/ 1 000 habitants), France, 2015 (Sniiram)

    Source : Sniiram, exploitation Santé publique France, Carte Geofla-IGN

    Tableau1 : Activité de dépistage de l’Ag HBs, 2013-2015 (Sniiram)

    Région

    Nombre de tests Ag HBs remboursés

    Nombre de tests Ag HBs remboursé / 1000 habitants*

    2013

    2014

    2015

    2013

    2014

    2015

    Bourgogne - France-Comté

    75 534

    80 838

    83 157

    27

    29

    29

     Bourgogne

    43 808

    46 625

    46 625

    27

    28

    28

     Franche-Comté

    31 726

    34 213

    36 532

    27

    29

    31

    Bretagne

    86 899

    93 203

    95 824

    27

    28

    29

    Centre - Val de Loire

    85 563

    91 831

    92 532

    33

    36

    36

    Corse

    12 652

    13 028

    13 118

    40

    40

    40

    Ile-de-France

    639 313

    702 933

    769 316

    53

    59

    64

    Occitanie

    229 407

    242 525

    242 660

    40

    42

    42

     Languedoc Roussillon

    121 575

    127 567

    128 306

    45

    46

    46

     Midi Pyrénées

    107 832

    114 958

    114 354

    37

    39

    38

    Hauts de France

    231 171

    237 592

    240 171

    39

    40

    40

     Nord pas de Calais

    167 581

    170 382

    171 843

    41

    42

    42

     Picardie

    63 590

    67 210

    68 328

    33

    35

    35

    Normandie

    116 580

    122 724

    122 687

    35

    37

    37

     Basse Normandie

    48 458

    50 870

    50 359

    33

    34

    34

     Haute Normandie

    68 122

    71 854

    72 328

    37

    39

    39

    PACA

    279 166

    289 561

    289 990

    56

    58

    58

    Pays de le Loire

    105 863

    112 443

    117 257

    29

    30

    32

    France Métropolitaine

    2 514 399

    2 687 452

    2 778 199

    40

    42

    43

    Guadeloupe

    32 657

    33 021

    33 033

    81

    82

    83

    Martinique

    24 773

    25 292

    25 089

    64

    66

    66

    Guyane

    16 447

    17 692

    19 304

    67

    71

    76

    Réunion

    59 345

    59 241

    56 429

    71

    71

    67

    Mayotte

    3 284

    3 548

    3 940

    15

    16

    17

    DOM

    136 506

    138 794

    137 795

    65

    66

    66

    France entière 1

    2 650 905

    2 826 246

    2 915 994

    40

    43

    44

    France entière 2

    2 927 100

    3 118 761

    3 220 719

    45

    47

    49

    * Source : Sniiram, Exploitation SpFrance    * Estimation de population, données Insee 2013, 2014, 2015 (1er janvier 2016)
    1 Données régionales : uniquement régime général (incluant les sections locales mutualistes)
    2 Données tous régimes, France entière
  •  

    Figure 1 : nombre de tests Ag HBs pour 1000 habitants (France, LaboHep 2013)

    Figure 1 : Activité sérologique globale de dépistage de l’Ag HBs (nombre de tests / 1 000 habitants, LaboHep 2013, France)

    Figure 2 : nombre de tests Ag HBs confirmés positifs pour 100 000 habitants (France, LaboHep 2013)

    Figure 2 : Nombre de tests Ag HBs confirmés positifs pour 100 000 habitants par région (France, LaboHep 2013)

    Source : InVS, enquête LaboHep

    Figures 1 et 2

    A partir d’un échantillon aléatoire de 1 504 laboratoires tirés au sort, on estime qu’en 2013 en France :

    • 3,8 millions sérologies de dépistage de l’hépatite B (antigène (Ag) HBs) ont été réalisées (+ 11 % depuis 2010) majoritairement (71 %) dans le secteur privé.
    • le nombre de sérologies de dépistage par habitant est plus élevé dans les Département/Régions d’Outre-Mer (DROM) (89 ‰) qu’en France métropolitaine (57 ‰).
    • cette nouvelle édition de l’enquête LaboHep confirme qu’en France, l’activité de dépistage de l’antigène HBs est élevée et augmente depuis 2010. Cette enquête 2013 met en évidence des disparités régionales marquées, en particulier, entre les DROM et la France Métropolitaine. Comme en 2010, les hommes et les femmes âgés de 20 à 39 ans représentent la moitié des personnes dépistées positives pour l’Ag HBs en France.
  •  

    Dans les 224 CDAG ayant participé en continu à la surveillance de l’activité de dépistage de 2013 à 2015,  près de 460 000 tests de dépistage de l’Ag HBs ont été réalisés sur ces 3 ans (Tableau 2). Le pourcentage global de positivité est estimé à 0,91%. Il est plus élevé dans les DOM (1,66%) qu’en France métropolitaine (0,87%). C’est à Mayotte (2,31%) et en Guyane (2,28%) que ces pourcentages sont les plus élevés, ce qui est cohérent avec la situation épidémiologique dans ces départements. En métropole, les pourcentages de positivité des Ag HBs les plus élevés sont observés en régions Ile-de-France (1,16%) et PACA (1,06%). La comparaison des pourcentages de positivité entre régions doit rester prudente. Les différences peuvent être liées à un recrutement spécifique des CDAG.

    Figure 2 : Pourcentage de positivité des dépistages VHB dans les CDAG ayant participé en continu à la surveillance, France, 2013-2015.

    Figure 2 : Pourcentage de positivité des dépistages VHB dans les CDAG ayant participé en continu à la surveillance, France, 2013-2015.

    Tableau 2 : Activité de dépistage et pourcentage de positivité de l'antigène (Ag) HBs, dans les CDAG ayant participé en continu à la surveillance, France, 2013-2015

    Région

    Nombre de tests AgHBs positif (a)

    Nombre de tests AgHBs positif (b)

    Taux de positivité (%) (a/b)

    Nombre de CDAG*

    Grand Est

    165

    26 705

    0,62

    17

    Alsace

    106

    14 021

    0,76

    3

    Champagne-Ardennes

    42

    8 340

    0,50

    7

    Lorraine

    17

    4 344

    0,39

    7

    Nouvelle Aquitaine

    307

    49 087

    0,63

    23

    Aquitaine

    78

    24 974

    0,31

    7

    Limousin

    33

    5 506

    0,60

    4

    Poitou-Charentes

    196

    18 607

    1,05

    12

    Auvergne-Rhônes-Alpes

    567

    71 773

    0,79

    34

    Auvergne

    61

    11 907

    0,51

    7

    Rhônes Alpes

    506

    59 866

    0,85

    27

    Bourgogne-Franche-Comté

    102

    14 902

    0,68

    10

    Bourgogne

    73

    7 642

    0,96

    7

    Franche-Comté

    29

    7 260

    0,40

    3

    Bretagne

    105

    14 025

    0,75

    6

    Centre

    54

    5 314

    1,02

    10

    Corse

    17

    2 819

    0,60

    3

    Ile-de-France

    1 365

    117 348

    1,16

    34

    Occitanie

    242

    27 428

    0,88

    15

    Languedoc Roussillon

    153

    20 208

    0,76

    7

    Midi Pyrénées

    89

    7 220

    1,23

    8

    Hauts de France

    289

    34 146

    0,85

    24

    Nord Pas de Calais

    224

    27 129

    0,83

    15

    Picardie

    65

    7 017

    0,93

    9

    Normandie

    188

    25 419

    0,74

    14

    Basse Normandie

    66

    9 409

    0,70

    3

    Haute Normandie

    122

    16 010

    0,76

    11

    Pays de la Loire

    86

    16 953

    0,51

    6

    PACA

    291

    27 460

    1,06

    21

    Total France Métropolitaine

    3 778

    433 379

    0,87

    217

    Guadeloupe

    10

    2 104

    0,48

    1

    Martinique

    11

    1 618

    0,68

    1

    Guyane

    269

    11 786

    2,28

    3

    Réunion

    10

    4 409

    0,23

    1

    Mayotte

    108

    4 676

    2,31

    1

    Total DOM

    408

    24 593

    1,66

    7

    Total

    4 186

    457 972

    0,91

    224

    * CDAG ayant participé en continu sur la période 2013-2015
    Source : Santé publique France
    1 CDAG ayant participé les trois années 

Patients en ALD

Les données du Sniiram (incluant le régime général dont sections locales mutualistes) montrent une augmentation du nombre de personnes en ALD 6 pour une hépatite chronique B de 18 500 personnes en 2013, 19 650 (+6%) en 2014 et 20 350 (+4%) personnes en 2015. En 2015, 66% des personnes en ALD pour hépatite chronique B étaient des hommes. Les classes d’âges les plus représentées étaient, pour les hommes, les 40-49 ans (26%) et les 50-59 ans (23%). Pour les femmes, il s’agissait des 30-39 ans (24%) et les 40-49 ans (24%).

Rapporté à la population, le nombre de personnes en ALD pour hépatite chronique B est en France de 31/100 000 habitants, en France métropolitaine de 30/100 000 habitants.  Pour les DOM, le nombre de personnes en ALD n’est disponible que de façon agrégée (37 / 100 000 habitants) sans précision par département.

C’est en Ile de France (Figure 36) où le nombre de personnes en ALD pour hépatite chronique B rapporté à la population est le plus élevée (71/100 000 habitants) et notamment dans le département de la Seine Saint-Denis (106/100 000 habitants) puis en région PACA (30/100 000 habitants) et dans le Grand Est (27 / 100 000 habitants).

Figure 3 – Nombre de personnes en ALD au 31 décembre 2015 pour une hépatite B chronique par région, ALD pour 100 000 habitants (Sniiram)

Figure 3 – Nombre de personnes en ALD au 31 décembre 2015 pour une hépatite B chronique par région, ALD pour 100 000 habitants (Sniiram)

Source : Sniiram, régime général dont sections locales mutualistes, Insee ; estimation de population au 1er janvier. France entière. Exploitation : Santé publique France. Carte Geofla-IGN  
  •  

    En France, sur un total de 1 033 700 nouveaux donneurs de sang sur la période 2013-2015,  692 ont été confirmés positifs pour le VHB (Ag HBs ou ADN). Dans la mesure où les candidats au don connaissant leur infection par le VHB s’auto-excluent ou sont écartés du don lors de l’entretien médical pré-don, le taux de prévalence est un taux de personnes avec Ag HBs positif (ou ADN positif) ne connaissant pas leur infection. Le taux de prévalence est de 6,7 pour 10 000 nouveaux donneurs en France. Il est élevé en Guadeloupe (21,1) et Martinique (15) et en Île-de-France (13,2). Il n’y a pas de données disponibles pour la Guyane et Mayotte. L’évolution par classe d’âge sur une période de plus de 20 ans (Figure 28) montre une diminution de la prévalence du VHB dans toutes les classes d’âge en lien avec un renforcement de la sélection des donneurs de sang, l’évolution de l’épidémiologie et une amélioration de la connaissance du statut virologique. Les baisses sont les plus fortes chez les 18 à 29 ans (-81%) puis chez les 40 à 49 ans (-70%).

    Figure 4 – Prévalence du VHB (Ag HBs ou ADN VHB) chez les nouveaux donneurs de sang, France, 2013-2015

    Figure 4 – Prévalence du VHB (Ag HBs ou ADN VHB) chez les nouveaux donneurs de sang, France, 2013-2015

    Source : Santé publique France, INTS, EFS, CTSA
  •  

     

    Nombre de patients hospitalisés en 2011

    Régions

    avec un diagnostic d'hépatite B chronique

    Nombre total*

    Prévalence hospitalière (%)

    avec un diagnostic d'hépatite B chronique et décédés en 2011 en cours d’hospitalisation

    Mortalité hospitalière (%)

     

    (n)

    (N)

    (n/N)

    (n')

    (n'/n)

    Alsace

    336

    338 620

    0,10

    19

    5,7

    Aquitaine

    419

    630 952

    0,07

    39

    9,3

    Auvergne

    77

    241 267

    0,03

    10

    13,0

    Bourgogne

    148

    301 120

    0,05

    16

    10,8

    Basse Normandie

    73

    268 904

    0,03

    15

    20,5

    Bretagne

    191

    562 921

    0,03

    16

    8,4

    Centre

    256

    425 826

    0,06

    14

    5,5

    Champagne

    124

    251 406

    0,05

    13

    10,5

    Corse

    21

    58 770

    0,04

    2

    9,5

    Franche-comté

    124

    196 912

    0,06

    11

    8,9

    Haute Normandie

    189

    309 057

    0,06

    14

    7,4

    Ile-de-France

    4 129

    2 076 553

    0,20

    272

    6,6

    Languedoc

    285

    510 452

    0,06

    33

    11,6

    Limousin

    53

    152 359

    0,03

    6

    11,3

    Lorraine

    317

    428 645

    0,07

    41

    12,9

    Midi-Pyrénées

    345

    538 792

    0,06

    22

    6,4

    Nord-Pas de Calais

    235

    793 704

    0,03

    20

    8,5

    PACA

    686

    1 006 288

    0,07

    72

    10,5

    Pays de Loire

    178

    656 247

    0,03

    22

    12,4

    Picardie

    171

    314 588

    0,05

    14

    8,2

    Poitou

    193

    318 437

    0,06

    13

    6,7

    Rhône-Alpes

    1 141

    1 100 575

    0,10

    64

    5,6

    France métropolitaine

    9 691

    11 482 395

    0,08

    748

    7,7

    Guadeloupe

    81

    68 884

    0,12

    8

    9,9

    Martinique

    92

    59 257

    0,16

    7

    7,6

    Guyane

    91

    29 905

    0,30

    6

    6,6

    Réunion

    92

    133 422

    0,07

    7

    7,6

    DOM

    356

    291 468

    0,12

    28

    7,9

    France métro. et DOM

    10 047

    11 773 863

    0,09

    776

    7,7

    *Source ATIH ; Exploitation InVS
    • Prévalence hospitalière de l’hépatite B chronique estimée à 0,09 %
    • Prévalence plus élevée dans les DOM* (0,12 %), notamment en Guyane (0,30 %), qu’en France métropolitaine (0,08 %)
    • en métropole, prévalence hospitalière plus élevée dans la région Ile-de-France (0,20 %).
    • taux de mortalité hospitalière parmi les patients hospitalisés avec un diagnostic d’hépatite B chronique estimé à 7,7 %

    *DOM : pour Mayotte, données indisponibles

Haut de page