Fermer



Surveillance des infections associées aux soins (IAS)

Publié le 21/07/2011 - Dernière mise à jour le 16/05/2018

Partenariats

Le surveillance des infections associées aux soins bénéficie de l'expertise de nombreux partenaires extérieurs :

  • Les établissements de santé (équipes opérationnelles d'hygiène hospitalière, laboratoires de microbiologie, services cliniques, etc.) mettent en œuvre la politique de lutte contre les infections nosocomiales définie localement par le Comité de lutte contre les infections nosocomiales (Clin) et contribuent quotidiennement au recueil de données de surveillance et d'alerte.
  • Les Centres d’appui pour la Prévention des Infections Associées aux Soins (CPias) : http://www.cpias.fr
    coordonnent en région, en lien avec les ARS, la prévention des infections associées aux soins dans tous les secteurs de soins (ES, EMS et ville). Leurs missions régionales comportent la réponse de proximité aux signalements des IAS, l’expertise dans leur domaine auprès des professionnels de santé, la coordination et l’animation de réseaux de professionnels… A partir de 2018, certains d’entre eux seront porteurs de missions nationales de surveillance et de prévention des IAS pilotées par Santé publique France.
  • Autorité sanitaire destinataire des fiches de signalement, l’Agence régionale de santé (ARS) analyse les fiches reçues, en collaboration avec le CPias, saisit ses partenaires extérieurs et coordonne leurs actions quand une expertise complémentaire est nécessaire.
  • Les Centres nationaux de référence (CNR) apportent une expertise microbiologique et peuvent être sollicités dans le cadre des réseaux de surveillance cités précédemment ou pour appuyer des investigations d’épidémies. Sont particulièrement concernés le CNR des staphylocoques, le CNR de la résistance aux antibiotiques, le CNR des hépatites B et C, le CNR Mycoses invasives et antifongiques.
  • Autres agences sanitaires, telles que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) , la Haute autorité de santé  (HAS) ou l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) qui peuvent intervenir et collaborer avec le Raisin dans le cadre de leurs missions respectives. Par exemple, contamination d’endoscopes défectueux, contamination de préparation en poudre pour nourrissons, etc.
  • Les Cellules d’intervention en région (Cire) de Santé publique France relaient l'action de l’agence dans les régions. Elles ne contribuent pas en première ligne aux activités de surveillance et d'alerte du Raisin, mais peuvent être ponctuellement sollicitées pour accompagner l'investigation dans un établissement de santé d'épisodes infectieux habituellement communautaires (infections respiratoires ou gastro-entérites virales, par exemple).
  • L’observatoire national de l’épidémiologie de la résistance bactérienne aux antibiotiques (Onerba) a pour objet de rassembler les informations disponibles concernant l’évolution des résistances bactériennes aux antibiotiques en France, les analyser, et les comparer à celles obtenues dans les pays étrangers.
  • Expertise sur certains thèmes spécifiques, comme celle apportée par le Groupe d’études sur le risque d’exposition des soignants aux agents infectieux (Geres) pour la surveillance des accidents exposant au sang (réseau AES-Raisin). 

Dossier Surveillance des infections associées aux soins (IAS)

Haut de page