Fermer



Charbon

Publié le 15/07/2004 - Dernière mise à jour le 12/09/2018

Données épidémiologiques

Depuis la réinscription du charbon sur la liste des maladies à déclaration obligatoire en octobre 2001, 7 cas humains ont été déclarés.

Deux cas de charbon cutané survenus chez des personnes contaminées lors d’un voyage hors de France ont été déclarés en 2003 et 2011. Les pays de contamination de ces 2 personnes étaient l’Algérie et la Turquie. Dans un cas, le patient avait eu connaissance a posteriori du statut charbonneux d’un bovin qu’il avait manipulé.

En 2008, 3 cas de charbon cutané sont survenus en Moselle chez des personnes ayant manipulé un même bovin charbonneux.

En 2012, un cas humain a été diagnostiqué en France chez un usager de drogue intraveineux après l’injection d’héroïne contaminée par des spores de charbon. Ce cas est survenu dans un contexte d’épidémie internationale, avec des cas diagnostiqués en Allemagne et au Royaume Uni. Ce patient a été le seul cas identifié en France durant cette épidémie.

En 2016, un cas de charbon cutané a été diagnostiqué chez une personne ayant été en contact avec des bovins dans le contexte d’un foyer de charbon animal dans l’Est de la France.

Les 7 cas déclarés en France depuis 2001 ont connu une évolution clinique favorable. 

Aucun cas n’a été diagnostiqué en France depuis 2016.

Des foyers de charbon animal surviennent chaque année durant l’été en France, principalement dans des troupeaux de bovins. Les personnes en contact avec les animaux charbonneux font l’objet d’une évaluation de risque individuelle conduite par Santé publique France en lien avec les ARS concernées  prenant en compte la nature de leur exposition à ces animaux, sa durée et son ancienneté. Lorsqu’une exposition à risque est identifiée, ces personnes sont dirigées vers un médecin qui décide si nécessaire d’une prise en charge médicale.

Haut de page