Fermer



Infections invasives à méningocoques

Publié le 21/12/2012 - Dernière mise à jour le 25/04/2018

Données épidémiologiques

Méthodes

La surveillance des infections invasives à méningocoque (IIM) repose sur la déclaration obligatoire (DO). Les cas d’IIM sont signalés à l’Agence régionale de santé (ARS) qui évalue les mesures de prophylaxie nécessaires pour les contacts proches et organise leur mise en œuvre. Les critères de signalement et de notification des IIM ainsi que la fiche de DO sont disponibles sur le site de Santé publique France.

Les souches ou les prélèvements biologiques sont envoyés par les laboratoires au Centre national de référence (CNR) des méningocoques (Institut Pasteur). Le CNR confirme l’identification et l’antibiogramme et procède au typage antigénique et moléculaire de N. meningitidis. Le typage des souches par séquençage de l’ADN et MLST (multilocus sequence typing) caractérise les isolats par le sérogroupe, les régions variables 1 et 2 de la protéine PorA (P1), FetA et le complexe clonal (cc).

Les taux de notification correspondent aux taux d’incidence bruts. Les taux estimés d’incidence sont présentés pour la France métropolitaine (FM) uniquement et correspondent aux taux de notification corrigés pour la sous-notification en utilisant les estimations d’exhaustivité de la notification issues d’études de capture-recapture à 3 sources pour la FM (les analyses les plus récentes donnaient une estimation d’exhaustivité de 91 % en 2011, données InVS non publiées).

Les données démographiques sont issues des estimations localisées de population et pour le département de Mayotte des données du recensement (source : Insee). Les cas déclarés à Mayotte sont inclus dans l’analyse depuis 2010 et sont exclus des analyses historiques antérieures à 2010.

Bilans annuels

Diaporama

Haut de page