Fermer



Infections à pneumocoque

Publié le 13/07/2017

Enquêtes et études

En France

La surveillance des infections invasives (hors méningites) à pneumocoque de l'adulte (SIIPA) a été mise en place en partenariat entre le CNRP, les ORP, la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) et Santé publique France. Il s'agit d'une étude de cohorte descriptive prospective multicentrique dans les établissements hospitaliers de court séjour publics ou privés de plusieurs régions. Son objectif est de compléter les données issues des laboratoires avec des données cliniques et épidémiologiques, d’estimer l'incidence et l'évolution des pneumonies bactériémiques chez l'adulte en fonction des facteurs de risque et d'évaluer l'impact de la politique vaccinale. A la suite de la phase pilote menée dans des hôpitaux et cliniques des ORP Arc Alpin, Centre et Provence entre octobre 2012 et décembre 2013, cette surveillance a été étendue à des établissements hospitaliers de Bourgogne, Champagne-Ardenne et Alsace.

Pour en savoir plus

En Europe

Le projet européen SpIDnet (Streptococcus pneumoniae Invasive Disease network) a été mis en place en 2012 en réponse à l'appel d'offre de l’European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) pour évaluer l’impact de la vaccination anti-pneumococcique sur les infections invasives à pneumocoques en Europe.  Neuf Etats membres de l’Union Européenne, dont la France, sous la coordination de la société Epiconcept ont participé à la première phase du projet de 2012 à 2014. Son objectif était de mettre en place et d’animer une surveillance multicentrique des infections invasives à pneumocoques chez l’enfant afin d’évaluer l’impact de la vaccination avec les vaccins pneumococciques conjugués sur les infections invasives à pneumocoques en Europe. Les premiers résultats de cette surveillance coordonnée ont permis une analyse de l’efficacité des vaccins pneumococciques conjugués 10 et 13-valents, qui ont remplacé récemment le vaccin conjugué 7-valent en Europe et, une analyse de l’impact de l’utilisation de ces vaccins sur l’incidence des infections invasives à pneumocoques chez l’enfant. En 2014, le projet a été élargi à la surveillance chez l’adulte. En 2015, le projet a été étendu à 10 États membres de l'UE.

Santé publique France coordonne la participation française en fournissant les données combinées des réseaux de surveillance ACTIV, SIIPA et d’Epibac, CNRP et ORP.

Pour en savoir plus

Haut de page