Fermer



Points de situation

Publié le 14/11/2013

Point de situation sur la poliomyélite en France, suite à la circulation de poliovirus sauvages en Israël et en Syrie, au 12/11/2013

Contexte

En mai 2013, Israël signalait l’isolement d’un poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) dans des prélèvements d’eaux usées réalisés dans le Sud du pays. L’enquête menée alors par les autorités sanitaires israéliennes a permis d’établir que la réintroduction de ce poliovirus avait eu lieu dès février 2013 dans la zone de Beer Sheva, et que la souche était identique à celle ayant récemment circulé au Pakistan, et également retrouvée en décembre 2012 au Caire dans des prélèvements environnementaux. Cette souche a été retrouvée dans 91 prélèvements d’eaux usées collectés entre février et aout 2013 dans 27 sites du Sud et du Centre d’Israël. De plus, elle a été isolée dans les selles de 42 personnes asymptomatiques parmi près d’un millier de personnes prélevées dans ces mêmes régions, toutes exclusivement vaccinées par du vaccin polio injectable (VPI). Aucun cas de poliomyélite clinique n’a été rapporté.

En Israël, les derniers cas de poliomyélite autochtones avaient été recensés en 1988, et les derniers isolements de PVS issus de l’environnement dataient de 2002. Depuis 2005, seul le VPI est utilisé dans le calendrier vaccinal israélien (association VPI + vaccin polio oral (VPO) trivalent de 1990 à 2004, VPO antérieurement à 1990).

Les autorités sanitaires ont d’une part renforcé la surveillance clinique et environnementale, et d’autre part mis en place des activités de vaccination supplémentaire avec du VPO bivalent 1&3, ciblant les enfants de moins de 10 ans sur tout le territoire israélien.

Le 17 octobre 2013, l’OMS a rapporté 22 cas groupés de paralysie flasque aigue survenus en Syrie depuis le mois d’août dans la province de Deir Al Zour. Au 11 novembre 2013, l’OMS confirmait qu’un PVS1 avait été isolé chez 13 de ces 22 cas. Les premiers résultats de séquençage génétique montrent qu’il s’agit d’une souche proche de celles ayant circulé récemment au Pakistan, en Egypte et en Israël. En Syrie, le dernier cas de poliovirus sauvage autochtone avait été rapporté en 1995, et le dernier cas importé en 1999. La vaccination contre la polio est obligatoire en Syrie depuis 1964 et si la couverture vaccinale (VPO3) des nourrissons de 12 à 24 mois était supérieure à 95 % jusqu’en 2010, en 2012 elle a été estimée à 52 %. Des campagnes supplémentaires de vaccination ont immédiatement été mises en place en Syrie et dans les pays limitrophes et devraient être maintenues au moins pour les 6-8 mois à venir, en fonction de l’évolution de la situation.

Rappel du contexte mondial

Vingt-cinq ans après le lancement de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite, le nombre de pays endémiques est passé de 125 en 1988 à 3 en 2013 (Afghanistan, Nigéria et Pakistan). Depuis 1999, plus aucun poliovirus sauvage de type 2 (PVS2) n’a été isolé. L’objectif d’éradication a dû toutefois être repoussé en raison de l’exportation de cas depuis les pays endémiques, suivie dans certains cas de reprise de la transmission. Ainsi au cours des 6 derniers mois, trois pays de la Corne de l’Afrique ont signalé des foyers épidémiques : Ethiopie, Kenya et surtout Somalie avec 175 cas déclarés (souche différente de celle d’Israël). Trois cas récemment importés au Sud Soudan font craindre une reprise de transmission dans ce pays (souche non connue à ce jour). D’autre part, la survenue de foyers épidémiques liés à la circulation de virus dérivés du poliovirus vaccinal (VDPV) devenus virulents par mutation génétique souligne la nécessité de rester extrêmement vigilant et d’appliquer à ces foyers les mêmes recommandations internationales conçues à l’origine pour les PVS.

Au niveau européen 

L’élimination de la poliomyélite a été prononcée en juin 2002. Suite à la découverte de PVS1 dans les eaux usées d’Israël puis à la survenue de cas confirmés en Syrie, l’ECDC (European Center for Disease Prevention and Control) a évalué le risque d’importation de poliomyélite en Europe. Si ce risque a augmenté, il reste toutefois limité au vu des couvertures vaccinales élevées dans les pays européens. Une vigilance accrue est néanmoins nécessaire, et les recommandations de l’ECDC sont les suivantes :

  • les états européens doivent en priorité évaluer la couverture vaccinale vis à vis de la poliomyélite au niveau national et locorégional et identifier d’éventuels groupes de populations vulnérables, en particuliers non ou mal vaccinés. Les états ayant une couverture vaccinale inférieure à 90 % doivent mettre en place des mesures visant à son amélioration ;
  • les recommandations vaccinales doivent être rappelées pour tout voyageur se rendant dans les zones endémiques et ou une reprise de circulation de poliovirus sauvage est avérée ;
  • les pays limitrophes ou accueillant des réfugiés syriens doivent renforcer leurs systèmes de surveillance des entérovirus (humain et environnemental), et au niveau européen cette même surveillance doit être également renforcée ;
  • les états européens doivent convenir ensemble d’un plan opérationnel de mise à disposition de vaccins dans l’éventualité d’une reprise de transmission de PVS en Europe.

Contexte français

En France, le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé en 1995, tous deux concernant des adultes. Le dernier isolement de poliovirus sauvage chez un sujet n’ayant pas voyagé récemment remonte aussi à 1989. Une extrême vigilance reste toutefois nécessaire, en vérifiant et en mettant à jour le statut vaccinal de toute personne se rendant dans un  pays où circulent des PVS. De plus, le risque d’une possible réintroduction de poliovirus en France n’est pas exclu, en raison de la persistance de foyers épidémiques dans le monde. Si la couverture vaccinale vis-à-vis de la poliomyélite est très élevée dans les tranches d’âge les plus jeunes (entre 99 % à 2 ans et 90 % à 15 ans), elle reste sub-optimale chez l’adulte (66 % en moyenne). Les résultats d’une enquête de séroprévalence réalisée en 1998 en population générale, avaient montré une proportion de sujets âgés séronégatifs proche de 20 %, plus marquée pour le sérotype 3.

L’identification la plus précoce possible de la réintroduction éventuelle d’un PVS sur le territoire français est aujourd’hui assurée par la surveillance renforcée des entérovirus chez l’homme et dans l’environnement, en complément de la déclaration obligatoire des cas de poliomyélite (Plan d’action de la Commission nationale de certification de l’élimination de la poliomyélite). Depuis 2000, la surveillance en clinique humaine a permis d’identifier, en l’absence de signes d’appel cliniques, 11 poliovirus vaccinaux (3 de type 1, 5 de type 2 et 3 de type 3) ainsi qu’un VDPV 2, sans reprise de virulence, tous importés. Aucun PVS n’a été identifié.

Dans l’environnement, au cours de ces 13 dernières années, des poliovirus vaccinaux de type 2 ont été détectés à 5 reprises (2000, 2003, 2004, 2006 et 2007) et de type 1 à 2 reprises (2001 et 2009). Le dernier isolement d’un PVS remonte à 1996, il s’agissait d’un sérotype 3.

Au total :

  • le risque de réintroduction sur le territoire français d’un poliovirus sauvage à partir d’un pays où ce type de virus circule n’est pas nul ;
  • tout voyageur, non à jour de sa vaccination polio et se rendant dans un pays où circulent des poliovirus sauvages, a un risque d’être infecté, même faible ;
  • il est donc nécessaire de vérifier et mettre à jour les vaccinations selon les recommandations du calendrier vaccinal vis-à-vis de la poliomyélite :
    • primovaccination (obligatoire) : 1 dose à l’âge de 2 et 4 mois, et un rappel à 11 mois;
    • rappels (obligatoires) : à 6 ans puis entre 11 et 13 ans ;
    • rappels chez l’adulte : à 25, 45 et 65 ans, puis tous les 10 ans à partir de 65 ans.

Pour en savoir plus :

1) Wild polio virus: Israel, West Bank and Gaza – update. Site du ministère de la santé Israélien, consulté le 12/11/2013 http://www.nathnac.org/pro/clinical_updates/polio_il_ps_160913.htm  

2) OMS. Disease outbreak news: Report of suspected polio cases in the syrian arab republic 2013. Consulté le 12/11/2013 : http://www.who.int/csr/don/2013_10_19_polio/en/index.html.

3) ECDC. Wild-type poliovirus 1 transmission in Israel – what is the risk to the EU/EEA? Stockholm: ECDC; 2013. Consulté le 12/11/2013 : http://ecdc.europa.eu/en/publications/Publications/polio-risk-assessment-transmission-in-Israel.pdf  

4) World Health Organization Regional Office for the Eastern Mediterranean. Polio eradication initiative - syrian arab republic 2013 Consulté le 12/11/2013 : http://www.emro.who.int/polio/countries/syrian-arab-republic.html.

5) ECDC. Suspected outbreak of poliomyelitis in Syria: Risk of importation and spread of poliovirus in the EU. http://www.ecdc.europa.eu/en/publications/Publications/RRA%20poliomyelitis%20Syria%2021%2010%202013.pdf

6) OMS. WHO vaccine-preventable diseases: Monitoring system. 2013 global summary: Syrian arab republic 2013 Consulté le 12/11/2013 : http://apps.who.int/immunization_monitoring/globalsummary/estimates?c=SYR.

7) InVS. Situation épidémiologique de la poliomyélite en France. Dossier thématique poliomyélite : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-declaration-obligatoire/Poliomyelite

8) InVS. Couverture vaccinale vis-à-vis de la poliomyélite. http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Couverture-vaccinale/Donnees/Diphterie-tetanos-poliomyelite-coqueluche

9) Antona D, Guérin N. Eradication de la poliomyélite : où en est-on en 2010 ? Bull épidémiol hebd 2010 ;48 : 489-493. http://opac.invs.sante.fr/index.php?lvl=notice_display&id=439

10) Plan d’action d’élimination de la poliomyélite Bull épidémiol hebd 2000;46-47:201-11. http://opac.invs.sante.fr/index.php?lvl=notice_display&id=4818

11) Calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2013 selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique. Bull épidémiol hebd 2013;14-15:129-158. http://opac.invs.sante.fr/index.php?lvl=notice_display&id=11437

Haut de page