Fermer



France métropolitaine

Publié le 15/10/2018

Chikungunya, dengue et zika - Données de la surveillance renforcée en France métropolitaine en 2018

Du 1er mai au 30 novembre chaque année, Santé publique France coordonne la surveillance renforcée saisonnière du chikungunya et de la dengue dans les départements métropolitains colonisés par le moustique vecteur, Aedes  albopictus, en lien avec les ARS concernées. Depuis 2016, le plan anti-dissémination des arboviroses inclut également la surveillance renforcée du virus Zika (voir dispositif de surveillance et partenaires + carte ci-après).

Du 1er mai au 12 octobre 2018 :

  • 151 cas importés de dengue ;
  • 4 cas importés de chikungunya ;
  • 0 cas importés de flavivirus.

Sur l’Ile de la Réunion, près de 6 604 cas de dengue (biologiquement confirmés ou probables) ont été signalés entre le début de l’année et le 2 octobre 2018. En lien avec cette épidémie, entre le 1er mai et le 5 octobre, 24 cas confirmés de dengue identifiés dans des départements de niveau 1 revenaient d’un séjour sur l’Ile de la Réunion.

En France métropolitaine, 2 cas autochtones de dengue ont été confirmés par le CNR des arbovirus :

Il s’agit de 2 événements indépendants : ces deux cas autochtones ne présentent pas de lien épidémiologique entre eux et les virus sont de sérotypes différents. Des investigations épidémiologiques ont été mises en place afin d’identifier d’éventuels autres cas et de renforcer les mesures de prévention et de surveillance. Les professionnels de santé des deux communes où ont été identifiés les cas ont également été sensibilisés au repérage et signalement d’autres personnes avec une suspicion de dengue. Les opérateurs de démoustication ont immédiatement mis en œuvre des investigations entomologiques et entrepris des actions ciblées de démoustication. Ces actions s’accompagnent systématiquement d’une campagne d’information préalable des riverains.

En raison de l’identification de ces deux cas autochtones, les départements des Alpes-Maritimes et de l’Hérault ont été placés en niveau 2 du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole.

Des transmissions circonscrites de dengue se sont déjà produites à plusieurs reprises en 2010, 2013, 2014 et 2015 sur le pourtour méditerranéen français affectant de 1 à 7 personnes.

Ils se répartissent ainsi :

Nombre de cas confirmés de chikungunya, de dengue, de zika et d'infections à flavivirus*, par région impliquées dans la surveillance renforcée (cas comptabilisés uniquement pour les départements avec implantation d'Aedes albopictus), du 1er mai au 12 octobre 2018

Régions

Cas confirmés importés

Cas confirmés autochtones

Dengue

Chikungunya

Zika

Flavivirus

Co-infection

Dengue

Chikungunya

Zika

Grand-Est

8

0

0

0

0

0

0

0

Nouvelle-Aquitaine

11

0

0

0

0

0

0

0

Auvergne-Rhône-Alpes

25

0

0

0

0

0

0

0

Bourgogne-Franche-Comté

0

0

0

0

0

0

0

0

Centre-Val-de-Loire

0

0

0

0

0

0

0

0

Corse

0

0

0

0

0

0

0

0

Ile-de-France

24

0

0

0

0

0

0

0

Occitanie

27

2

0

0

0

1

0

0

Hauts-de-France

0

0

0

0

0

0

0

0

Pays de la Loire

7

0

0

0

0

0

0

0

Provence-Alpes-Côte d'Azur

49

2

0

0

0

1

0

0

Total

151

4

0

0

0

2

0

0

* Impossible de déterminer si infection à West Nile ou dengue.
Liste des départements avec implantation d’Aedes albopictus : Ain, Aisne, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Hautes-Alpes, Ardèche, Ariège, Aude, Aveyron, Bouches-du-Rhône, Corrèze, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Dordogne, Drôme, Gard, Haute-Garonne, Gers, Gironde, Hérault, Indre, Isère, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Maine et Loire, Pyrénées-Atlantiques, Hautes Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Haut-Rhin Rhône, Saône-et-Loire, Savoie, Tarn, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse, Vendée, Hauts de Seine, Val-de-Marne.

Département et année d'implantation du vecteur Aedes albopictus en France métropolitaine

carte_implantation_moustique_tigre

Haut de page