Fermer



Matrices emplois-expositions

Publié le 19/12/2012

Contexte, enjeux, dispositif de surveillance

Les déterminants professionnels ont un impact important sur la santé des populations ; la fraction de mortalité totale attribuable à des facteurs professionnels a par exemple été estimée en Finlande à 3,7% [1]. Le coût des maladies liées au travail représenterait de 2,6 à 3,8% du PNB d’un pays industrialisé selon le Comité économique et social des communautés européennes.
Pour que la surveillance épidémiologique puisse permettre de repérer les situations professionnelles à risque, de quantifier le poids du travail sur la santé des populations et d’ainsi aider aux choix de politiques de prévention et de réparation adaptées, il faut qu’elle dispose d’outils permettant d’évaluer les expositions professionnelles pour les mettre en relation avec des données de santé, et ce à l’échelle populationnelle.
Parmi les risques professionnels, certains sont occasionnés par des expositions à effets différés, avec parfois des latences longues (cancers, etc.) ; il est donc crucial d’être capable de prendre en compte des données d’exposition en rétrospectif sur de longues périodes (donc remonter aux premiers emplois qu’ont pu exercer des retraités âgés). Par ailleurs la surveillance à l’échelle de la population exige de s’intéresser à l’ensemble des emplois susceptibles d’avoir été exercés. Enfin, certaines pathologies d’origine professionnelle peuvent être induites par le cumul et l’interaction de plusieurs facteurs d’exposition, tandis que de nombreuses nuisances professionnelles peuvent être retrouvées dans des emplois ou secteurs très différents. Les outils nécessaires à une bonne surveillance épidémiologique des risques professionnels doivent donc être exhaustifs, rétrospectifs, et suffisamment précis pour permettre de différencier les contributions spécifiques des différents facteurs.
Le département santé travail de l’InVS a donc mis en place un programme de réalisation de matrices permettant de lier l’expertise approfondie de situations professionnelles-type à l’exposition à diverses nuisances (programme Matgéné de matrices emplois-expositions) ou de cultures et pratiques agricoles type à l’utilisation de produits phytosanitaires (programme Matphyto de matrices cultures-expositions). Ces outils, appliqués à des populations choisies, permettent d’estimer la fréquence et la répartition des expositions, et selon les cas de les mettre en relation avec des données de santé individuelles ou collectives.
Par ailleurs, la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail a demandé au département santé travail de réaliser une matrice d’exposition des salariés aux composés chimiques (programme Sumex) à partir des résultats 2002-2003 de l’enquête transversale périodique réalisée avec l’aide de médecins du travail volontaires en France.
Selon les programmes et le type de nuisances, activités, périodes, les méthodologies, les sources de données et les partenaires sont différents et sont présentés dans les descriptifs des programmes ci dessous.

[1] Epidemiologic estimate of the proportion of fatalities related to occupational factors in Finland.Nurminen M, Karjalainen A. Scand J Work Environ Health. 2001 Jun;27(3):161-213.

Haut de page