Fermer



Matrices emplois-expositions

Publié le 15/06/2007 - Dernière mise à jour le 19/12/2012

Les programmes de réalisation de matrices d'exposition professionnelle

Une matrice emplois-expositions peut être sommairement écrite sous la forme du tableau suivant (tableau) : à des emplois en ligne correspondent des nuisances possibles, en colonne ; les cellules à l’intersection comprennent un ou plusieurs indices descriptifs ou quantitatifs des conditions d’exposition à cette nuisance dans cet emploi : intensité, fréquence, probabilité sont les trois critères généralement retenus.

Tableau - Exemple de matrice

 

Tous pétroliers

Benzène

White spirit

...

Métier 1 - Activité 1

X1, Y1, Z1

0

X’1, Y’1, Z’1

0

Mécanicien - garage

X2, Y2, Z2

X’2, Y’2, Z’2

0

X2, Y2, Z2

Mécanicien - fonderie

X3, Y3, Z3

0

X’3, Y’3, Z’3

0

Indices - intensité, probabilité

Métier i - activité j

Xj, Yj, Zj

X’j, Y’j, Z’j

X’’j, Y’’j, Z’’j

0

Les matrices emplois-expositions réalisées dans le cadre du programme Matgéné sont chacune spécifique d’une substance ou d’un groupe de substances, mais sont réalisées suivant une méthodologie commune, et répondent toutes à un certain nombre de critères :

  • afin de cerner au mieux la présence des expositions dues à un métier spécifique et celles dues au secteur dans lequel il s’exerce, les emplois sont définis comme le croisement d’un métier avec une branche d’activité (ex : mécanicien d’entretien en filature textile) ;
  • ces métiers et activités sont exprimés dans différentes nomenclatures nationales et internationales ;
  • afin de pouvoir être utilisée de façon la plus large possible, chaque matrice comprend l’ensemble des professions et branches d’activité considérées comme pouvant générer une exposition ;
  • les conditions de travail et d’exposition ayant beaucoup varié au cours des 50 dernières années, chaque emploi est détaillé en autant d’‘emplois-périodes’ homogènes qu’il est nécessaire pour prendre en compte de manière correcte ces évolutions ;
  • les professions et branches d’activité considérées comme non exposées ne sont pas présentées dans la matrice ;
  • chaque matrice réalisée est mise à disposition du public, accompagnée d’un document technique relatif à la nuisance évaluée et aux caractéristiques de cette MEE : définition des indices d’évaluation, des périodes de référence, etc.

Les nomenclatures utilisées : les nomenclatures de professions et d’activités susceptibles d’être utilisées pour l’élaboration des matrices sont diverses par leur origine (nationale, européenne, internationale) et leur ancienneté. Le programme Matgéné a opté pour les nomenclatures suivantes :

au niveau international :

  • pour les professions : la Classification internationale type des professions (CITP 1968) du Bureau international du travail (BIT) [1] ;
  • pour les secteurs d’activités : la Nomenclature d’activités de la communauté européenne (NACE 1996) [2] et la Classification internationale type des industries (CITI 1975) éditée par le Bureau de statistiques des Nations-Unies [3] ;

en France :

  • pour les professions : la Classification des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS 1994) [4] ;
  • pour les secteurs d’activités : la Nomenclature d’activités française (NAF 2000) [5].

Il est donc de réalisé deux versions de chaque matrice :

  • l’une permettant de travailler en nomenclatures internationales (CITP 1968 et NAF 2000, cette dernière étant française mais directement transposable en NACE 1996, qui est une version européenne) ;
  • l’autre basée sur les nomenclatures françaises (PCS1994 et NAF 2000).

L’application des matrices emplois-expositions MATGENE à une population sous-entend donc que celle-ci soit codée dans ces nomenclatures et afin d’aider à ce codage :

  • un document décrit de manière plus approfondie les différentes nomenclatures et les principes du codage :
    Fevotte J, Pilorget C, Luce D. Recommandations pour le codage des emplois dans le cadre d’études épidémiologiques. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2006. 31 p.
  • le Département santé travail de l’Institut de veille sanitaire a élaboré et mis en ligne des outils facilitant le codage et sa standardisation.
[1] Classification internationale type des professions, Bureau international du travail, Genève, 1968.
[2] Nomenclature statistique des activités économiques dans la communauté européenne, Bruxelles, 1996.
[3] Classification internationale type des industries, Bureau de statistiques des Nations-Unies, 1975.
[4] Nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), Insee, 1994.
[5] Nomenclature d’activités et de produits française, Insee, Paris, 1999.

Un rapport d’étape en 2005 et une présentation dans le BEH 46-47 de 2006 décrivent de manière plus approfondie la méthodologie :

Luce D, Févotte J et le groupe de travail Matgéné. Matrices emplois-expositions en population générale. État d’avancement - septembre 2005. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2006. 16 p.

Févotte J, Luce D, Arslan M, Dananché B, Delabre L, Ducamp S, Garras L, Orlowski E, Pilorget C, Thuret A, Goldberg M, Imbernon E. Surveillance des expositions d’origine professionnelle en population générale : le programme Matgéné. Bull Epidemiol Hebd 2006;46-47:362-5.

Le programme Matrices cultures-expositions aux produits phytosanitaires (Matphyto)

Dans les secteurs de l’agriculture, il existe une spécificité forte en matière de risques chimiques phytosanitaires : ceux-ci représentent plusieurs familles chimiques extrêmement diversifiées en termes de molécules, types de risque pour la santé, types d’utilisation en fonction des cultures et des époques. La plupart des études concernant les impacts à long terme des expositions professionnelles dans le milieu agricole se heurtent à la difficulté majeure de la connaissance de multiples expositions et de la reconstitution des expositions des personnes sur plusieurs années. La création de matrices spécifiques, non plus uniquement liées à un intitulé d’emploi dans le milieu agricole, mais plutôt au type de culture pratiqué est donc primordiale.

Le programme Matphyto est dédié spécifiquement à la réalisation de matrices cultures-expositions aux produits phytosanitaires. À chaque culture, ou groupe de cultures, sont associés les grands groupes de phytosanitaires (herbicides, insecticides, fongicides...), déclinés par grandes familles chimiques (phythormones de synthèse, organo-phosphorés...) et en un certain nombre de produits présentant un risque particulier (DDT ; 2,4D...). Pour chaque couple culture/produits phytosanitaires sont présentés trois indicateurs permettant de mieux caractériser les expositions : la probabilité d’utilisation (% estimé d’unités de production ayant utilisé la substance), la fréquence d’utilisation (nombre moyen de traitements sur une même surface agricole) et l’intensité d’utilisation (quantité moyenne appliquée à l’hectare). De plus, afin de prendre en compte les importantes évolutions de ces 50 dernières années, un historique est réalisé.

Il n’existe pas de recueil historique précis concernant l’usage rétrospectif des produits phytosanitaires. Il est donc nécessaire de recouper les différentes informations disponibles et de valider la synthèse faite par l’expertise de professionnels. Parmi les sources disponibles existe l’index phytosanitaire de l’Acta (Association de coordination technique agricole) qui liste depuis 1961 les substances actives disponibles sur le marché et leurs usages. L’Acta est la tête de réseau des Instituts techniques agricoles (chaque institut étant spécialisé dans une filière). Des professionnels de ces instituts peuvent, en outre, participer aux expertises des données des matrices. C’est également le cas d’autres organismes agricoles, comme les chambres d’agriculture, qui peuvent aussi fournir des données, au niveau départemental ou régional, sur l’usage des phytosanitaires. Au niveau administratif, il est possible de consulter les nombreuses données statistiques agricoles auprès d’Agreste (ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire), ou bien d’Eurostat (Commission européenne). Les Services régionaux de la protection des végétaux (SRPV) dépendants des Draf (Directions régionales de l’agriculture et de la forêt) assurent des missions de contrôle, d’expertise et d’appui technique en matière phytosanitaire. Ils peuvent fournir à la fois des données sur les usages et des capacités d’expertise. La MSA (Mutualité sociale agricole) est le régime de protection sociale du monde agricole et rural. Les médecins du travail agricole et les conseillers de prévention de la MSA sont également des partenaires privilégiés pour le programme Matphyto. Enfin des équipes Inserm mettent à disposition des données d’utilisation de pesticides recueillies lors d’études par questionnaires ou entretiens en face à face et expertisées par des professionnels aguerris.

C’est le recoupement de l’ensemble de ces informations recueillies et expertisées qui permet de réaliser les matrices Matphyto. Ces matrices sont en cours d’élaboration et seront mises à disposition au fur et à mesure de leur réalisation À terme, il sera possible de caractériser, de manière rétrospective et pour tout type de cultures, les expositions professionnelles aux produits phytosanitaires chez les travailleurs de l’agriculture.

Sumex 2 : réalisation d'une matrice emplois-expositions à partir des données de l'enquête Sumer 2003

Sumex 2 est un outil de repérage des expositions professionnelles actuelles à partir du secteur d’activité et/ou de la profession, basé sur les données de l’enquête Sumer 2003. Cette enquête a permis de recueillir auprès d’un échantillon d’environ 50 000 salariés français des informations sur les expositions professionnelles. Les données ont été utilisées pour construire une matrice emplois-expositions, à l’aide d’une méthode de segmentation qui permet d’obtenir des groupes homogènes vis-à-vis de l’exposition, définis par la profession (codée avec la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles PCS 2003 [1]) et le secteur d’activité (codé avec la nomenclature d’activités française NAF 2003 [2]).
Une matrice, spécifique de chaque nuisance, a été réalisée pour 71 agents chimiques, 18 familles de nuisances chimiques, 3 nuisances physiques (bruit, froid, chaleur) et 13 contraintes organisationnelles (concernant le temps de travail, le rythme de travail et les contacts avec le public). Pour toute combinaison de codes PCS et NAF, on dispose de la proportion d’exposés à chaque nuisance ou contrainte, ainsi que d’autres indices (durée, intensité) caractérisant l’exposition.
Il est prévu de mettre Sumex 2 en libre accès sur Internet, afin de permettre son utilisation notamment par les médecins du travail et les préventeurs. Un portail de consultation est en cours de développement.

[1] Nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), Insee, 2003.
[2] Nomenclature d’Activités Française (NAF), Insee, 2003.
Haut de page