Fermer



Veille et alerte

Publié le 06/02/2017

Veille prospective

image_veille_prospective

Les crises sanitaires vécues ces dernières années montrent qu’il est nécessaire d’anticiper des situations potentiellement porteuses de risques. Différents organismes de santé publique pratiquent des travaux de prospective leur permettant d’identifier les futurs changements de leur environnement, afin de se préparer à y faire face. Santé publique France a réalisé, en 2015, un exercice de veille prospective. Cette démarche d’anticipation à visée stratégique tente de rendre l’avenir moins imprévisible afin de faciliter l’action du décideur et lui permettre d’adopter la meilleure stratégie. L’objectif est de révéler ce qui est significatif et porteur de tendances dites lourdes, mais aussi de discerner des « signaux faibles », difficilement perceptibles car noyés dans la multitude d’événements. Ces signaux faibles peuvent être annonciateurs de ruptures dans les tendances lourdes.

De la veille sanitaire à la veille prospective

Santé publique France assure, entre autres missions, l’activité de veille sanitaire. Elle comprend la collecte, l’analyse et l’interprétation en continu des signaux pouvant représenter un risque pour la santé de la population dans une perspective d’anticipation, d’alerte et d’action précoce. Les signaux sont analysés, interprétés et mènent à une alerte s’il y a risque pour la santé. Ceci implique un fonctionnement réactif, les nouvelles menaces étant la plupart du temps traitées à leur émergence. Cependant, chaque signal est analysé pour lui-même et vite remplacé par le suivant. Si on souhaite faire émerger des modifications plus profondes pouvant avoir des conséquences sanitaires, il faut prendre du recul, tenir compte du contexte général et enrichir la veille sanitaire d’une dimension prospective. Un tel exercice permet de replacer les signaux sanitaires analysés au quotidien dans un contexte évolutif plus large qui contribue à leur développement, diffusion, contrôle et prévention.

Exercice de veille prospective de 2014-2015

Santé publique France a mené un exercice de prospective en 2014-2015 avec l’aide de Futuribles, expert du domaine. L’agence a défini collectivement des scenarios reflétant des évolutions possibles de différents sujets de santé publique à court, moyen et long termes, en se focalisant sur l’horizon 2024. Ces scénarios, principalement fondés sur l’identification de tendances « lourdes » et de signaux « faibles », reposent sur une analyse des changements présents et passés du contexte social, économique, (géo)politique, climatique, médical, scientifique, et de l’état de santé de la population. La démarche retenue permet de moduler et de réorienter régulièrement (tous les cinq ans) les scénarios élaborés à partir de l’analyse des changements conjoncturels. Elle bénéficie d’un regard pluridisciplinaire puisqu’elle associe sociologie, économie, démographie, sciences politiques, épidémiologie etc. Le groupe de travail dévolu à l’exercice était constitué de 30 personnes issues de toutes les directions de l’agence et représentant différentes disciplines (biologie, épidémiologie, documentation, anthropologie, sociologie, administration). Ce groupe a, par ailleurs, sollicité des experts dans des domaines qu’il ne couvrait pas.

Différentes étapes ont été nécessaires jusqu’à l’obtention de cinq scénarios de futurs possibles.

  • Définition du sujet d’étude et choix de l’horizon souhaité. Les équipes impliquées ont identifié les facteurs déterminants pour la santé et les maladies, sur une période de 10 ans à venir (horizon 2024) ;
  • Identification de variables clefs à partir des facteurs déterminants pour la santé retenus lors de la première étape. Ces variables, au nombre de 22, ont été classées en trois groupes :
    - les facteurs déclencheurs d’événements de santé : « consommation tabagique », « alimentation, alcool, mode de vie sédentarisé », « risques psychosociaux au travail, pression économique et sociale, précarité, évolution du monde du travail », « conjoncture économique », « vieillissement de la population », « exposition des travailleurs et des consommateurs », « conflits et tensions géopolitiques dans le monde » ;
    - les facteurs de diffusion d’événements de santé : « urbanisation en France et dans le monde », « comportements à risques », « confiance en l'expertise », « proximité homme-animal et leurs effets sanitaires », « liens familiaux et sociaux », « mobilité des biens et des personnes (commerce, migration, tourisme) », « évolution des thérapeutiques, des pratiques de soins et de la résistance aux antibiotiques » ;
    - les facteurs de réponses d’événements de santé (pouvant accroître ou diminuer ces événements) : « adaptations aux conséquences sanitaires des événements climatiques extrêmes », « Big data », « organisation du système des agences sanitaires », « inégalités territoriales », « perception des risques en santé », « prévention », « solidarités ».
  • Pour chaque variable, quatre questions ont été débattues :
    - quelle est son évolution passée et présente ?
    - quelle est son évolution tendancielle ?
    - quelle rupture pourrait perturber cette évolution ?
    - quelles implications en matière de maladies et de santé publique ?
    Ce travail a donné lieu à la rédaction de fiches dites « variables » comprenant des hypothèses d’évolution future (exclusives les unes des autres) dont une dite « tendancielle », c’est-à-dire prolongeant l’évolution observée, les autres dites « en rupture » c’est-à-dire proposant un « accident » qui infléchit le cours de situations inscrites dans la durée.
  • Élaboration de 17 microscénarios réunissant les hypothèses affectées à l’évolution des variables, dans chacun des trois groupes ;
  • Identification et rédaction de cinq scénarios de futur possible dits « macroscénarios » ;
  • Identification des enjeux et des besoins (pour la santé publique en général et Santé publique France en particulier) liés aux scénarios ;
  • Élaboration d’une liste de recommandations pour mener un travail de veille prospective pérenne.

Les 17 microscénarios obtenus :

  • facteurs déclencheurs : « stagnation économique et inégalités sociales à l’origine d’événements de santé (scénario tendanciel) », « conjoncture de crise économique et de désengagement de l’État », « innovation technologique », « grande catastrophe », « État acteur et protecteur qui fait tout son possible pour éviter le déclenchement de nouvelles maladies ou événements de santé défavorables », « désengagement de l’État comme facteur déclencheur d’événements de santé, pour les plus précaires », « social et solidaire : la transition écologique comme facteur déclencheur d’événements de santé ? » ;
  • facteurs de diffusion : « concentration urbaine, déplacements des biens et personnes non contrôlés et atomisation sociale (scénario tendanciel) », « force publique acteur de santé et qui limite la diffusion des risques », « dérégulation », « scénario crise », « écologique », « numérique » ;
  • facteurs de réponses : « L’État gère la crise (scénario tendanciel) », « ultralibéralisme, retrait de l'État », « la santé au cœur des politiques publiques », « crises énergétique et économique graves ».

Les cinq macroscénarios obtenus :

  • « Inégalités et morcellement de plus en plus contrasté et difficile à gérer » (tendanciel) » ;
  • « Transition écologique et promotion de la santé » ;
  • « Développement technologie contrôlé… dans la mesure du possible » ;
  • « Explosion technologique mondialisée » ;
  • « Catastrophes et désorganisation ».

L’ensemble des variables, microscénarios et macroscénarios comportaient une première partie contenant les hypothèses prospectives sur les déterminants puis une seconde partie exposant les conséquences attendues sur la santé individuelle et la santé publique.

Les enjeux de santé publique identifiés par l’exercice :

  • surveiller les inégalités sociales et territoriales de santé (en particulier les maladies liées à la pauvreté telles que cancer, maladies respiratoires, maladies cardiovasculaires et de la nutrition) et l'accès aux soins. Identifier les populations vulnérables ;
  • faire face à la fréquence et au développement de maladies, de troubles de santé et de déterminants de santé dont le poids économique et social est important (maladies neurodégénératives, cancer, nutrition, événements climatiques extrêmes...) ;
  • considérer les responsabilités individuelle (citoyen responsable de sa santé) et collective (vaccination, prévention…) face à la santé ;
  • exploiter le « Big data » à des fins de santé ;
  • s'approprier le développement des nouvelles technologies et en être acteur ;
  • anticiper et détecter les émergences (dimensions environnementale, infectieuse, comportementale...) : nanomatériaux, risques infectieux nouveaux, nouveaux comportements, etc. ;
  • combiner les différentes échelles d’analyse : niveau planétaire, Europe, France, région, ville, individu ;
  • intégrer la dimension éthique dans les travaux de Santé publique France, tant pour l’approche individuelle que collective.

Les conclusions de ce travail permettent d’éclairer les choix de programmation de Santé publique France, en particulier pour la veille et la surveillance. Décrire les futurs possibles et les éléments orientant vers un scénario plutôt qu’un autre peut aider aux choix les plus favorables pour la santé.

Publications en lien avec l'exercice de veille prospective

Eilstein D et Pozuelos J. La santé à l’ère et l’aune du big data. Futuribles n° 412, mai-juin 2016 p. 35-51.

Eilstein D, Xerri B, Viso AC, Therre H, Gorza M, Fuchs D, Pozuelos J, et al. Au nom du Groupe de travail Veille prospective La veille prospective, une démarche de préparation aux futures menaces de la santé publique : exercice mené à l’Institut de veille sanitaire en 2014 n° 3, mai-juin 2016 - p. 309-319.

Les articles Risque, prospective et développement durable et Technologies vertes : quel impact sanitaire à l’horizon 2030 ? rendent compte de ce projet mené par le R31 ou en sont issus.

Eilstein D, Pozuelos J, Fuchs D, Gorza M, Therre H, Xerri B et al. Risques pour la santé : évolution et conséquences pour la veille sanitaire à l’horizon 2024. Exercice de veille prospective InVS, 2014. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2015. 60 p.

Eilstein D, Pozuelos J, Fuchs D, Gorza M, Therre H, Xerri B et al. Risques pour la santé : évolution et conséquences pour la veille sanitaire à l’horizon 2024. Exercice de veille prospective InVS, 2014 » InVS, 2014. Synthèse. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2015. 4 p.

La revue de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelle), Hygiène et sécurité au travail, a publié deux articles sur le sujet : Comment anticiper l’impact sanitaire des technologies vertes à l’horizon 2030 ? (HST n°236 - Juillet/Août/Septembre 2014 et Technologies vertes : quel impact sanitaire à l'horizon 2030 ? HST n°241 - Octobre/Novembre/Décembre 2015.

Desenclos JC, Viso AC. La sécurité et la veille sanitaire. In : Fassin D, Haury B, eds. Santé publique : états des savoirs. Paris : La Découverte, 2010:341-50.

En savoir plus sur la veille prospective

L’atelier veille prospective du réseau R31 a publié en mai 2015 sous la forme d’une archive ouverte pluridisciplinaire (HAL) les résultats d’une étude combinant veille et prospective et portant sur « l’impact sanitaire sur la population dû au développement de technologies vertes » (99 p.) réalisé en 2014.

Haut de page