Fermer



Activités internationales

Publié le 29/01/2015 - Dernière mise à jour le 27/01/2016

Collaborations internationales

Le Québec

Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Depuis 2007, l’Institut de veille sanitaire collabore avec l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). En 2011, cette collaboration est formalisée par une convention tripartite de 3 ans qui sera renouvelée en avril 2014. Parmi les axes de travail retenus jusqu’en 2018, on peut citer les inégalités sociales de santé, l’adaptation aux changements climatiques, l’évaluation d’impact des instituts de santé publique et l’utilisation des données médico-administratives à des fins de surveillance. 

Cette collaboration est facilitée par la contribution de la Commission permanente de coopération franco-québecoise.

Observatoire franco-québecois de la santé et de la solidarité (OFQSS)

L’Observatoire franco-québecois de la santé et de la solidarité (OFQSS) a été mis en place en 2001 afin de communiquer et de valoriser le résultat des réflexions  menées conjointement par la France et le Québec autour des thématiques sanitaires et de solidarité. Cette collaboration se traduit par la réalisation d’une veille réglementaire, la facilitation du travail en partenariat ainsi que la promotion des collaborations existantes dans ces domaines. Un site internet dédié a été créé et regroupe l’ensemble des activités issues de l’OFQSS. Celles-ci sont notamment possibles grâce à un co-financement de la Commission permanente de coopération franco-québecoise.

Le secrétariat de l’Observatoire est assuré conjointement par la délégation aux affaires européennes et internationales du ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits aux femmes côté français et par la Direction des affaires intergouvernementales et de la coopération internationale du Ministère de la santé et des services sociaux du Québec du côté canadien. L’InVS fait partie du comité directeur de l’OFQSS.

L'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail (IRSST)

Des échanges ont lieu depuis 2013 entre l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) de Québec et le département santé travail de l’InVS. Bien qu’à ce jour aucune collaboration formelle ne soit mise en place, une réelle volonté d’échanges avec cet institut a été identifiée en particulier sur la thématique de l’évaluation des expositions professionnelles.

En octobre 2014, Daniel Drolet, chercheur dans cet institut a été invité à l’InVS où il a fait une conférence sur ses travaux en évaluation des expositions professionnelles.

Le Centre hospitalier de l'Université de Montréal

Une convention a été signée en 2014, pour une durée de 5 ans, avec le Centre hospitalier de l’Université de Montréal et l’Université de Bordeaux pour adapter à la situation canadienne un outil de codage des professions et des activités mis en place par l’unité évaluation des expositions professionnelles du département santé travail (DST) de l’Institut de veille sanitaire. L’application de Codage assisté des professions et des secteurs d’activité (CAPS),développé pour harmoniser le recueil et le codage des données dans les études  des risques professionnels ainsi que le moteur de recherche de CAPS ont été fournis à l’équipe canadienne et un travail de fond a été entamé et finalisé entre le DST et cette équipe pour adapter l’outil aux besoins canadiens.

Le Maroc

De 2000 à 2004, l’InVS a appuyé la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies du ministère de la Santé du Maroc pour la régionalisation des activités de surveillance au Maroc et la formation à l’épidémiologie d’intervention de ses personnels.

En 2010, en collaboration avec l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement de Bordeaux (Isped), une formation sur le même sujet était organisée dans le cadre d’un jumelage visant le renforcement des capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques de l’Institut national d’hygiène du Maroc

La Bolivie

L’InVS intervient également de manière ponctuelle, dans le cadre de collaborations bilatérales. En novembre 2013, l’Institut de veille sanitaire  et l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (Isped) ont animé en Bolivie une semaine de formation sur l’épidémiologie d’intervention, la surveillance et le contrôle des épidémies pour les personnels du ministère de la santé.

L'Association internationale des Instituts de santé publique

L’Institut de veille sanitaire est membre de l’Association internationale des instituts de santé publique (IANPHI) depuis 2008. Crée en 2006, elle résulte de la volonté des instituts de santé publique de Finlande, du Brésil et des Pays-Bas d’échanger sur le fonctionnement des instituts nationaux, de se soutenir mutuellement dans la mise en place de structures de santé publique et d’accompagner les changements (organisationnels, structurels, etc.) que peuvent connaitre de telles structures, dans les pays en voie de développement notamment. Des missions sur le terrain sont régulièrement organisées, des référentiels sont développés et mis à la disposition des membres de l’association. Un outil d’évaluation des instituts de santé publique, auquel l’InVS a contribué, sera ainsi testé par plusieurs instituts en 2015. 

Depuis le 1er janvier 2014, l’InVS participe aux activités du secrétariat de l’association, en partenariat avec l’Institut de santé publique du Mexique, le Centre de santé mondiale de l’Université d’Emory (Atlanta) et l’Institut de santé publique de Finlande. Cela consiste notamment à contribuer à l’organisation de la réunion annuelle de l’association, qui permet de partager et d’échanger sur nos enjeux et opportunités respectives mais également de renforcer le réseau des directeurs d’instituts du monde entier et de disposer d’un réseau solide, mobilisable en cas de crise.

IANPHI regroupe aujourd’hui les directeurs de plus de 90 instituts de santé publique.

La réunion annuelle 2015 s'est tenu à l’Institut de veille sanitaire.   

Actualités

Sécurité sanitaire

Les relations de l’InVS avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inscrivent dans le cadre de l’accord-cadre entre la France et l’OMS renouvelé en décembre 2013, plus particulièrement dans le domaine de la sécurité sanitaire. Dans ce cadre, l’InVS met régulièrement à disposition du Bureau de Lyon de l’OMS pour la préparation et la réponse des pays aux épidémies, un épidémiologiste pour aider à la mise en œuvre du Règlement sanitaire international.

L’Institut de veille sanitaire est par ailleurs membre du réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) et de son comité de pilotage. Coordonné par l’OMS, le GOARN est un dispositif technique de collaboration entre des institutions et des réseaux qui mettent leurs ressources humaines et techniques en commun pour identifier et confirmer rapidement les épidémies de portée internationale et y répondre dans les meilleurs délais. Ce réseau constitue un cadre opérationnel réunissant les compétences et le savoir-faire grâce auxquels la communauté internationale peut, à tout moment, être avertie d’une menace d’épidémie et être prête à y répondre.

Santé environnement

Les collaborations avec l’OMS-EURO sont historiquement étroites dans le domaine de la pollution atmosphérique, du changement climatique, et plus récemment dans le domaine des troubles de la reproduction et des perturbateurs endocriniens.

Elles peuvent prendre la forme de :

  • contribution à des rapports de l’OMS (contribution aux valeurs guides OMS sur l’air intérieur),
  • mise à disposition de données (via des projets comme la révision de l’évidence sur l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique (REVIHAAP)), 
  • participation de l’OMS à des projets dans lesquels l’InVS est partenaire ou coordonnateur comme le réseau d’experts dédié aux troubles de la reproduction et à l’exposition des perturbateurs endocriniens (HURGENT), 
  • présentation lors de conférences organisées ("Identification of risks of endocrine-disrupting chemicals: Overview of existing practices and steps ahead", juillet 2014, organisé par le Centre européen de l’environnement et de la santé de l’OMS, Bonn).
Haut de page