Fermer



BEH - Bulletin épidémiologique hebdomadaire

Publié le 20/09/2011

BEH n°33-34/2011 

20/09/2011

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Le numéro (pdf- 3,01 Mo)

 
  •  

    Claire Baudon (rougeole-invs@invs.sante.fr) et al.
    Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

    Résumé

    Alors qu’en 2006 et 2007, le nombre de cas annuels déclarés, inférieur à 50, pouvait laisser penser que la France était en phase de pré-élimination de la rougeole, une résurgence importante de la maladie est observée depuis janvier 2008. La surveillance de la rougeole est basée sur la déclaration obligatoire (DO). Les cas cliniques, confirmés épidémiologiquement ou biologiquement ont été inclus dans l’analyse en prenant en compte la dynamique de l’épidémie par vagues successives (octobre 2008-septembre 2009, octobre 2009-septembre 2010, octobre 2010-avril 2011). Entre janvier 2008 et avril 2011, plus de 18 000 cas ont été notifiés dont 1 776 au cours de la première vague, 3 420 au cours de la deuxième et 12 549 pour les sept premiers mois de la troisième. L’incidence la plus élevée a concerné les enfants de moins de 1 an, avec un cas sur 1 000 entre octobre 2010 et avril 2011. Les données de la DO, non exhaustives, montrent un bilan préliminaire de l’épidémie de près de 4 000 hospitalisations, dont 808 pneumonies et 26 encéphalites/myélites, et un total de 10 décès dont 9 chez des moins de 30 ans. La vague épidémique actuelle implique un variant du génotype D4 (MVs/Montaigu.FRA/43.08). La situation actuelle est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante (<90 % à 24 mois pour 1 dose) et hétérogène ayant conduit à la constitution progressive d’un réservoir important de sujets réceptifs. Elle souligne l’urgence du rattrapage vaccinal des enfants, adolescents et jeunes adultes afin d’atteindre les niveaux d’immunité nécessaires pour arrêter la circulation du virus et protéger les populations vulnérables ne pouvant bénéficier de cette vaccination (enfants de moins d’un an, immunodéprimés, femmes enceintes).

    Mots-clés : rougeole, surveillance, déclaration obligatoire, France
  •  

    Philippe Quénel et al.
    Cire Antilles-Guyane, Institut de veille sanitaire, Fort-de-France, France

    Résumé

    Au cours des dernières décennies, l’incidence de la dengue a progressé de façon spectaculaire dans les régions tropicales et subtropicales, notamment les Amériques et la Caraïbe. Dans les Départements français d’Amérique (DFA), le dispositif de surveillance épidémiologique de la dengue repose sur trois sources : 1) les réseaux de médecins généralistes sentinelles ; 2) les laboratoires de biologie médicale et 3) les structures hospitalières publiques qui fournissent des informations cliniques et paracliniques permettant de classer les malades hospitalisés selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. En Martinique et en Guadeloupe, la situation de la dengue est endémoépidémique, avec des variations saisonnières marquées. Au cours des 10 dernières années, cinq épidémies sont survenues dans ces deux îles. La durée habituelle de ces épidémies est de 5 à 6 mois et leur incidence, en termes de cas cliniques ayant recours au système de soins, varie entre 3 650 et 10 000 cas/100 000 personnes, avec un taux de sévérité compris entre 3 et 12 cas sévères/1 000 cas. Depuis le début des années 2000, une co-circulation d’un minimum de deux sérotypes est habituellement observée. En Guyane, la dengue est également endémo-épidémique mais sans réelles variations saisonnières. Les épidémies s’étalent généralement sur presque deux années selon une occurrence bimodale. Leurs caractéristiques (incidence et sévérité) ne sont pas différentes de celles observées aux Antilles. La co-circulation des sérotypes est également la règle en Guyane. L’épidémiologie de la dengue dans les trois DFA évolue vers une situation d’hyper-endémicité caractérisée par des périodes inter-épidémiques plus courtes avec un nombre résiduel de cas sporadiques plus important en période inter-épidémique et un nombre de cas hospitalisés en augmentation. Les efforts engagés visant à mieux prévenir et contrôler les épidémies de dengue dans les DFA doivent donc être renforcés.

    Mots-clés : dengue, épidémiologie, surveillance, départements français d’Amérique
  •  

    Elsa Delisle et al.
    Cire Aquitaine, Institut de veille sanitaire, Bordeaux, France
    Profet, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice ; École des hautes études en santé publique, Rennes, France
    Auteur correspondant : Christine Castor (christine.castor@ars.sante.fr) 1
    Cire Aquitaine, Institut de veille sanitaire, Bordeaux, France

    Résumé

    Introduction – En juillet 2010, une épidémie de gale touchant plusieurs colonies de vacances dans un camping des Landes était signalée aux autorités sanitaires. Des investigations ont été menées afin de vérifier le signalement et décrire l’épisode.
    Méthodes – Les cas de prurit ont été recensés auprès de toutes les personnes participant aux colonies de vacances du camping pendant l’été. À l’occasion de la visite du site, une enquête transversale descriptive a été réalisée auprès des personnes présentes, ainsi qu’une investigation environnementale. D’autres sources de données ont été consultées pour évaluer le contexte sanitaire local.
    Résultats – Au total, 62 cas de prurit ont été recensés, soit un taux d’attaque de 31 %. Pour près de la moitié des cas (48 %), les signes sont apparus dans les 24h suivant leur arrivée au camping. Les éruptions se caractérisaient par des papules réparties sur l’ensemble du corps, dont le dos, sans lésion interdigitale. Les cas n’avaient pas été en contact avant leurs séjours et ne partageaient aucune literie. L’enquête environnementale a mis en évidence la présence de nids de chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) dans les pins sous lesquels les colonies de vacances étaient installées.
    Conclusion – L’épidémie de gale a ainsi été infirmée et des mesures de gestion ont rapidement été instaurées afin de limiter l’exposition aux poils de chenilles sur le camping, à l’origine des cas de prurit. Cet épisode souligne la nécessité de vérifier les signaux avant toutes mesures de gestion.

    Mots-clés : investigation, cas groupés, chenilles processionnaires du pin, éruption prurigineuse, France
  •  

    Magid Herida (m.herida@invs.sante.fr)
    Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

    Résumé

    Le dispositif de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (MDO) repose sur des textes réglementaires. Cet article décrit les grandes lignes du dispositif de surveillance des MDO remanié en 2003 et les évolutions introduites depuis cette date : inscription de nouvelles maladies, circuit de déclaration, modifications de certaines fiches de déclaration. L’évaluation du dispositif en 2005 auprès de cliniciens et biologistes a conduit à des actions de sensibilisation par une meilleure rétro-information en direction des déclarants potentiels, afin d’optimiser le taux de déclaration.

    Mots-clés : maladies à déclaration obligatoire, surveillance 
 
  •  

    Philippe Quénel et al.
    Cire Antilles Guyane, Institut de veille sanitaire, Fort-de-France, France

    Over the last decades, the incidence of dengue has risen dramatically in the tropical and subtropical regions, in particular in the Americas and the Caribbean region. In the French overseas departments of the Americas (DFA), the epidemiological surveillance of dengue is based on three main sources of data: 1) GPs sentinel networks, 2) medical biology laboratories and, 3) public hospitals providing clinical and biological information allowing the classification of hospitalized cases in accordance with the WHO classification. In Martinique and Guadeloupe, dengue is endemo-epidemic with strong seasonal variations. During the last decade, these two islands experienced five epidemics. The mean duration of epidemics is between 5 and 6 months; the incidence of dengue-like syndromes clinically diagnosed fluctuates between 3,650 and 10,000 cases/100,000 persons and the severity ratio ranges between 3 and 12 /1,000 cases. Since the first decade of this century, co-circulation of at least 2 serotypes is the rule. In French Guiana, dengue is also endemo-epidemic however without marked seasonal variations. Usually, the epidemics last for nearly two years with a bimodal occurrence. The characteristics of epidemics (incidence and severity) are similar to those observed in the French West Indies. Co-circulation of serotypes is also the rule. In the DFA, the epidemiology of dengue is moving towards hyperendemicity with shorter inter epidemic periods, higher numbers of endemic cases and increasing numbers of hospitalized cases. Policies for the prevention and control of dengue epidemics in the DFA have to be strengthened.

    Key words : dengue, epidemiology, epidemiological surveillance, French overseas departments of the Americas
  •  

    Claire Baudon (rougeole-invs@invs.sante.fr) et al.
    Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

    Summary

    While less than 50 measles cases per year were reported during 2006 and 2007, leading the French health authorities to think the country was entering a preelimination period, data collected since January 2008 indicates the country is facing a major resurgence of the disease. The French measles surveillance system is based on mandatory reporting (DO). This paper describes the current outbreak, including clinical, epidemiological, and biological confirmed cases and analyses its three waves (October 2008-September 2009, October 2009-September 2010, and October 2010-April 2011). From January 2008 to April 2011, more than 18,000 cases were reported through the surveillance system, out of which 1,776 during the first wave, 3,420 during the second, and 12,549 within the seven first months of the third one. The highest incidence was observed in children below one year of age, with 1 per 1,000 infants reported with measles between October 2010 and April 2011 in this age group in France. Taking into account measles mandatory reporting is not exhaustive, since January 2008, the preliminary results showed almost 4,000 hospitalisations, including 808 pneumonia, 26 encephalitis and/or myelitis, and 10 deaths among which 9 people were under 30 years of age. The current outbreak involves a genotype D4 variant (MVs/Montaigu.FRA/43.08). This situation is the result of an insufficient and heterogeneous vaccination coverage (<90% at 24 months for the first dose), leading to the gradual increase of a large pool of susceptible individuals. It stresses the emergency in catching-up vaccination of children, adolescents and young adults to reach the immunity levels required for stopping the virus circulation and protecting vulnerable populations unable to benefit from this vaccination (infants under one year of age, immunodepressed patients, pregnant women).

    Key words : measles, surveillance, mandatory notification, France 
  •  

    Elsa Delisle et al.
    Cire Aquitaine, Institut de veille sanitaire, Bordeaux, France
    Profet, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice ; École des hautes études en santé publique, Rennes, France
    Auteur correspondant : Christine Castor (christine.castor@ars.sante.fr)
    Cire Aquitaine, Institut de veille sanitaire, Bordeaux, France 

    Summary

    Background – In July 2010, a scabies outbreak among people of several holiday camps in a campsite of the Landes district was notified to the local health authorities. Investigations were carried out to verify and confirm the outbreak and to describe it.
    Methods – We contacted all the people who attended the holiday camps during the summer in order to look for pruritus cases. We visited the site to conduct a cross-sectional descriptive study and an environmental investigation. The local health situation was assessed through other health data.
    Results – Sixty-two cases were identified (attack rate of 31%). Clinical signs appeared within 24 hours after arrival on the campsite for nearly half of the cases (48%). Rash was characterized by papules spread over the whole body, including the back, without any interdigital lesions. Cases had no contact with each other before holiday camps and did not share any bedding. The environmental investigation allowed to find nests of pine processionary caterpillars (Thaumetopoea pityocampa) in the pine woods where the camps were located.
    Conclusion – The hypothesis of a scabies outbreak was ruled out as pine processionary caterpillars were identified as the cause of the outbreak. Control measures were quickly implemented to minimize the exposure to caterpillars hair on the campsite. This episode shows the importance of the verification and confirmation of an outbreak before any control measures are implemented.

    Key words : investigation, cluster, pine processionary caterpillar, dermatitis, France 
  •  

    Virginie Rozée (virginie.rozee@ined.fr)
    Institut national d’études démographiques, Paris, France

    Summary

    The French mandatory notification system, based on statutory regulation, has been deeply modified in 2003. This paper outlines the procedure in place and highlights the changes introduced since 2003, such as the registration of new diseases, reporting system, or changes in some notification forms. An assessment of the whole system was performed in 2005 among clinicians and biologists. Consequently, better information and feed-back were emphasised in order to improve the notification rate.

    Key words : mandatory notification system, surveillance
Consulter tous les numéros Haut de page