Fermer



BEH - Bulletin épidémiologique hebdomadaire

Publié le 26/06/2012

BEH n°26/2012

26/06/2012

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Le numéro (pdf- 339,11 Ko)

 
  •  

    Denise Antona (d.antona@invs.sante.fr)
    Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

    Introduction – Toxi-infection aiguë grave, souvent mortelle, le tétanos peut être prévenu par la vaccination. Les cas notifiés en France entre 2008 et 2011 sont présentés ici.
    Méthodes – En France, seuls les cas de tétanos généralisés sont à déclaration obligatoire (DO) et doivent être notifiés par les médecins aux Agences régionales de santé.
    Résultats – Au cours de ces quatre années, un total de 36 cas de tétanos a été déclaré parmi lesquels 11 sont décédés, soit une létalité de 31 %. La distribution des cas est la suivante : 3 en 2008, 9 en 2009, 15 en 2010 et 9 en 2011, correspondant respectivement à une incidence des cas déclarés de 0,05, 0,14, 0,23 et 0,14 cas par million d’habitants. Les cas concernent principalement des personnes âgées (86 % ont 70 ans ou plus) et des femmes (75 %). L’incidence annuelle par sexe est, respectivement : de 0,09 cas par million pour les femmes et 0 pour les hommes en 2008, de 0,24 et 0,03 en 2009, de 0,27 et 0,19 en 2010, et de 0,21 et 0,06 en 2011. En ce qui concerne la porte d’entrée, il s’agissait de blessures (66,7 % des cas), ou de plaies chroniques (25 %). Dans 8,3 % des cas, la porte d’entrée n’a pas été identifiée. Tous les cas étaient non ou mal vaccinés.
    Discussion – Tous ces cas et décès auraient pu être évités par une meilleure application du calendrier de vaccination antitétanique et, en cas de plaie, par la vaccination et l’administration d’immunoglobulines spécifiques humaines selon le protocole recommandé.

    Mots-clés : Tétanos, surveillance, déclaration obligatoire, France
  •  

    Baptiste du Reau de la Gaignonnière (batoux2000@yahoo.fr) et al.
    Dispensaire de Jacaranda, Centre hospitalier de Mayotte, Mamoudzou, Mayotte, France

    Introduction – À Mayotte, le suivi des patients tuberculeux et le dépistage autour des cas n’étaient pas structurés jusqu’en 2008. Conformément aux directives nationales, un centre de lutte antituberculeuse (Clat) a été créé en 2009.
    Méthodes – Cette étude rétrospective sur deux années concerne deux populations suivies par le Clat : les patients tuberculeux, chez lesquels ont été étudiés le profil épidémiologique et le suivi thérapeutique ; et leurs sujets-contacts, chez lesquels ont été évalués le dépistage, le traitement et le suivi.
    Résultats – L’incidence de la tuberculose était de 16,6 cas pour 100 000 habitants en 2009 et 10,3 en 2010. Elle touche une population jeune, précaire et migrante. Le taux de succès à l’issue du traitement était de 82,5 % chez les patients bacillifères. Aucun patient n’a été perdu de vue. Les enquêtes autour des cas ont identifié 8,3 sujets-contacts par cas index. Parmi eux, 39 % présentaient une infection tuberculeuse latente.
    Conclusion – L’ouverture du Clat a permis une nette amélioration du suivi des patients tuberculeux. Les enquêtes autour des cas ne semblent pas être parfaitement exhaustives et, dans ce domaine, quelques points restent à améliorer. Le Clat doit renforcer ses actions vis-à-vis de la population migrante, particulièrement affectée par la tuberculose.

    Mots-clés : Tuberculose, lutte antituberculeuse, Mayotte, Océan Indien
  •  

    Dans le BEH du 10 avril 2012, n°14-15 « Le Calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2012 selon l’avis du Haut Conseil de la santé publique ».

    À la page 179, au point 3.5 « Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimés ou aspléniques »

 
  •  

    Denise Antona (d.antona@invs.sante.fr)
    Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

    Introduction – Tetanus is an acute severe disease induced by an exotoxin, often lethal, and vaccine-preventable. Cases reported in France between 2008 and 2011 are presented in the present article.
    Methods – In France, only generalized tetanus cases are notifiable and must be reported by physicians to the regional health authority (ARS).
    Results – During the last four years, 36 cases were notified, among which 11 died (case fatality ratio: 31%). The case distribution was as follows: 3 in 2008, 9 in 2009, 15 in 2010, and 9 in 2011, representing an incidence of notified cases of 0.05, 0.14, 0.23, and 0.14 cases per million inhabitants respectively. Cases occurred mainly in elderly people (86% were 70 years old or more) and in women (75%). Yearly incidence by gender was respectively 0.09 cases per million in women and 0 in men in 2008, 0.24 and 0.03 in 2009, 0.27 and 0.19 in 2010, 0.21, and 0.06 in 2011. As far as the context of occurrence is concerned, injuries were identified in 66.7% of the cases, chronic wounds in 25%, but remained unknown in 8.3% of the cases. All the cases were incompletely or not vaccinated.
    Discussion – All those cases and deaths could have been avoided had the tetanus vaccination schedule been correctly applied, and in case of injury, through vaccination (together with immunoglobulin if needed), following current national recommendations.

    Key words : Tetanus, surveillance, mandatory notification, France
  •  

    Baptiste du Reau de la Gaignonnière (batoux2000@yahoo.fr) et al.
    Dispensaire de Jacaranda, Centre hospitalier de Mayotte, Mamoudzou, Mayotte, France

    Introduction – In Mayotte Island, tuberculosis (TB) control and monitoring was not structured until 2008. Following national guidelines, a TB treatment centre (CLAT) was set up in 2009.
    Methods – A two years retrospective study was set up on two types of populations monitored within the centre: TB patients, (followed for their epidemiologic profile and therapeutic course), and household contacts (managed for TB screening, treatment and monitoring).
    Results – TB incidence was 16.6 cases per 100,000 inhabitants in 2009 and 10.3 in 2010. Most patients were young migrants living in poverty conditions. The success rate after treatment was 82.5% in smear-positive patients. No patient was lost to follow-up during the two year study period. Household contacts evaluation showed an average of 8.3 contacts per patient to be monitored. Among them, 39% showed a latent tuberculosis infection.
    Conclusion – The creation of the TB treatment centre contributed to efficiently improve TB control. Nonetheless, contacts identification and follow up are not totally exhaustive, and these points need to be improved. The TB treatment centre must reinforce its activities in the migrant population, who is particularly affected by TB.

    Key words : Tuberculosis, TB control, Mayotte, Indian Ocean
Consulter tous les numéros Haut de page