Fermer



Points épidémiologiques

Publié le 26/01/2018

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 25 janvier 2018.

26/01/2018

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Point au 25 janvier 2018 (pdf- 1,57 Mo)

A la Une - Épidémie de Salmonellose à Salmonella enterica sérotype Agona chez des nourrissons en France

Le Centre national de référence (CNR) des Salmonella (Institut Pasteur, Paris) a identifié, fin novembre 2017, un nombre inhabituel de jeunes enfants présentant une salmonellose à Salmonella sérotype Agona. L'identification de 8 cas en 8 jours a déclenché l’alerte et les investigations épidémiologiques dès le 1er décembre auprès des parents des bébés concernés.
L’investigation épidémiologique est menée par Santé publique France en lien avec le CNR, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et la Direction générale de la Santé (DGS). Elle a permis d’identifier à ce jour 37 nourrissons (16 garçons et 21 filles, médiane d’âge 4 mois (min : 2,5 semaines, max : 9 mois)) présentant une salmonellose à Salmonella sérotype Agona, survenue entre mi-août et le 2 décembre 2017. Ces cas résident dans 10 régions différentes (dont 4 en Bourgogne Franche-Comté). Toutes ces souches appartiennent à un même clone épidémique.
A ce jour, les familles de 36 nourrissons ont pu être interrogées. Parmi ces 36 nourrissons, 35 ont consommé, dans les 3 jours précédant la date de début de leurs symptômes, des laits de marque : Pepti Junior de Picot (n=26 nourrissons), Milumel Bio 1 sans huile de palme (n=5), Picot Riz (n=2), Picot SL (n=1), et Picot anti-colique (n=1) ; ces 5 laits sont élaborés sur un même site de production. Une maman d’un nourrisson rapporte un allaitement maternel exclusif.
Les parents qui utiliseraient une boîte de lait infantile en poudre concernée par cette mesure de retrait-rappel doivent changer immédiatement de lait. La Société Française de Pédiatrie (SFP) a formulé des recommandations de substitutions possibles en ce sens qui sont disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.
Pour les médecins, un enfant qui présenterait un épisode de gastroentérite aigue après avoir consommé des produits fabriqués par Lactalis et faisant l’objet du rappel, la prescription d’une coproculture est recommandée. Si la coproculture est positive pour Salmonella, la souche devra être envoyée au CNR Salmonella à l’Institut Pasteur pour typage, en spécifiant que cette demande est faite dans le cadre de l’alerte S. Agona et laits en poudre (cette souche présente des caractéristiques biochimiques spécifiques reconnaissables par les biologistes des laboratoires : elle ne produit ni H2S ni gaz sur milieu Kligler-Hajna, ce qui est inhabituel pour les Salmonella non-typhiques).
A ce jour, aucun nouveau cas de salmonellose à S. Agona chez un nourrisson avec début des symptômes après le 02/12/2017 (date des premières mesures de retrait et rappel) n’a été identifié par le CNR.

Consulter tous les numéros Haut de page