Fermer



Points épidémiologiques

Publié le 08/01/2018

Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 4 janvier 2018.

08/01/2018

A la Une - Le cancer en France métropolitaine : projections d’incidence et de mortalité par cancer en 2017

Le réseau des registres des cancers Francim, le service de biostatistique des Hospices civils de Lyon, Santé publique France et l’Institut national du cancer publient les projections d’incidence et de mortalité par cancer en France métropolitaine pour 19 localisations cancéreuses.

L’objectif principal des projections d’incidence et de mortalité par cancer est d’estimer à très court-terme, les nombres attendus de nouveaux cas de cancer et de décès par cancer en France. Ces projections 2017 ont été produites à partir des données d’incidence observées jusqu’en 2013 dans les départements couverts par un registre des cancers du réseau Francim (17 % de la population métropolitaine pour cette dernière année d’enregistrement soit 11 millions de personnes) ainsi que des données de mortalité du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (Inserm-CépiDc) sur la période 1975-2013. Dix-neuf localisations tumorales solides ont été analysées. Pour chaque localisation cancéreuse, des hypothèses d’évolution ont été définies, pour la période 2013-2017.

En 2017, l’étude estime à 400 000 nouveaux cas de cancer : près de 54 % chez l’homme (214 000) et 46 % chez la femme (186 000). Chez l’homme, les nouveaux cas de cancer restent majoritairement représentés par : le cancer de la prostate (48 400 nouveaux cas estimés en 2013, pas de projection possible pour 2017) ; le cancer du poumon (32 300 nouveaux cas en 2017) et le cancer du côlon-rectum (24 000 nouveaux cas).

Chez la femme, le cancer du sein, reste de loin le plus fréquent (59 000 nouveaux cas) devant le cancer du côlon-rectum (20 800 nouveaux cas) et le cancer du poumon (16 800 nouveaux cas).
L’estimation du nombre de décès par cancer s’élève à 150 000 : 56 % chez l’homme (84 000 décès) et 44 % chez la femme (66 000 décès).

Chez l’homme, les cancers du poumon (20 800 décès), du côlon-rectum (9 300 décès) et de la prostate (8 200 décès) sont responsables du plus grand nombre de décès. Le cancer du foie, pour lequel des projections de mortalité sont publiées pour la première fois, représente la 4e cause de décès par cancer chez l’homme (6 100 décès).

Chez la femme, deux cancers sont à l’origine du tiers des décès par cancer : le cancer du sein (11 900 décès) et le cancer du poumon (10 200 décès). Les cancers du côlon-rectum (8 400 décès) et de l’ovaire (3 100 décès) arrivent respectivement en troisième et quatrième positions. Les projections 2017 montrent que la mortalité par cancer du poumon chez la femme se rapproche de plus en plus de la mortalité par cancer du sein.

Consulter tous les numéros Haut de page