Fermer



Publications et outils

Publié le 30/08/2010

Environnement et santé

Dépistage du saturnisme chez l'enfant en France de 2005 à 2007

Auteur(s) : Lecoffre C, Provini C, Bretin P
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1958-9719
ISBN NET : 978-2-11-099265-9
Citation suggérée : Lecoffre C, Provini C, Bretin P. Dépistage du saturnisme chez l’enfant en France de 2005 à 2007. Saint-Maurice (Fra) : Institut de veille sanitaire, septembre 2010, 61 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Ce rapport dresse un bilan de l’activité de dépistage du saturnisme infantile en France sur la période 2005-2007, à partir des donnés du système national de surveillance des plombémies chez l’enfant.

Après une forte progression du dépistage entre 2002 et 2004, on constate un certain tassement sur la période étudiée : 9 033 enfants ont bénéficié d’une première plombémie en 2005, 7 874 en 2006 et 7 468 en 2007. La probabilité moyenne pour un enfant de bénéficier d’une plombémie avant l’âge de 7 ans est de l’ordre de 0,8 %.

Le dépistage reste concentré sur Ile-de-France (64 %) et le Nord-Pas-de-Calais (10 %). Les médecins de protection maternelle et infantile demeurent les principaux prescripteurs (46 %), mais la part des médecins libéraux augmente (28 % en 2005-2007 contre 19 % en 2003-2004).

Parmi les enfants primodépistés, la proportion ayant une plombémie ≥100 µg/L continue à décroître : elle était de 4,4 % en 2005, de 4,2 % en 2006 et de 3,7 % en 2007. En 2005, 497 nouveaux cas de saturnisme ont été enregistrés, 435 en 2006 et 333 en 2007. Les principaux facteurs de risque qui ont conduit à les dépister sont l’habitat antérieur à 1949 (74,5 %), l’habitat dégradé (66,2 %) et la présence de peintures au plomb dans l’habitat (36,7 %).

En 2007, le système de surveillance a recensé 538 enfants ayant pour la première fois une plombémie ≥80 µg/L et 1 290 enfants ayant une plombémie ≥50 µg/L.

Le suivi des enfants intoxiqués pourrait être amélioré puisqu’aucune plombémie de contrôle n’est enregistrée pour un quart des cas de saturnisme identifiés au primodépistage en 2005 et que le délai de contrôle de certains enfants intoxiqués dépasse celui recommandé par de la conférence de consensus de 2003.

Télécharger le rapport  [pdf - 724,90 Ko]

Mots-clés :

saturnisme, dépistage, enfants, plomb

RÉSUMÉ :

Lead poisoning screening in children, in France from 2005 to 2007

 

 

This report provides an overview of screening of children lead poisoning in France for the period 2005-2007, based on data from the national surveillance system.

After a high increase of children screening for lead poisoning between 2002 and 2004, a slowdown is observed during the studied period: 9,033 children had a blood lead test for the first time in 2005, 7,874 in 2006 and 7,468 in 2007. The mean probability for a child to have a blood lead test before being 7 years old is about 0.8%.

The screening activity is mainly concentrated in the Greater Paris area (64%) and the North of France (10%). The main prescribers of blood lead tests are still physicians from mother and child healthcare centres (46%). However, private practitioners prescribe more and more tests (28% in 2005-2007 compared to 19% in 2003-2004).

Among children tested for the first time, the rate of children with a blood lead level ≥100 μg/L is still decreasing: it was 4.4% in 2005, 4.2% in 2006 and 3.7% in 2007. In 2005, 497 new cases of lead poisoning were recorded, 435 in 2006 and 333 in 2007. The most frequently mentioned risk factors which have lead to identify these cases, are housing built before 1949 (74.5%), deteriorated housing (66.2%), and old lead painting in housing (36.7%).

In 2007, according to the French surveillance system, 538 children had, for the first time, a blood lead level ≥80 μg/L and 1,290 children, a blood lead level ≥50 µg/L.

Children’s follow-up could be improved; as no follow-up test is recorded for 25% of children first-tested in 2005, and whose blood lead level was ≥100 μg/L, and the deadlines for follow-up tests recommended by the French experts in 2003 are not respected for some children whose first blood lead level was ≥100 µg/L.

Haut de page