Fermer



Publications et outils

Publié le 26/07/2011

Environnement et santé

Surveillance du saturnisme chez l'enfant 2005-2010

Point sur les enfants adoptés originaires d'Haïti. Juin 2011.

Auteur(s) : Lecoffre C
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
Citation suggérée : Lecoffre C. Surveillance du saturnisme chez l'enfant 2005-2010 - Point sur les enfants adoptés originaires d'Haïti. Juin 2011. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire; 2011. 7 p.
Publication non disponible au format papier

Le principal facteur de risque de saturnisme chez l’enfant en France est la peinture au plomb présente dans des logements anciens dégradés. Parmi les facteurs de risque qui doivent également inciter les médecins au dépistage du saturnisme, figure l’arrivée récente de l’enfant en France (exposition potentielle dans le pays d’origine). Le risque saturnin doit donc être évalué notamment chez les enfants adoptés, selon le pays d’origine et les conditions de vie antérieures.
En décembre 2010, 262 enfants haïtiens sont arrivés en France dans le cadre de procédures d’adoption internationale. Un taux de plomb sanguin (plombémie) élevé a été mesuré chez plusieurs enfants lors du bilan de santé réalisé à l’arrivée de l’enfant ; chez certains enfants, la plombémie dépassait 100 μg/L, seuil de déclaration obligatoire. La réception de plusieurs signalements de cas de saturnisme par différentes Agences régionales de santé (ARS) a amené la Direction générale de la santé (DGS) à recommander un dépistage exhaustif des enfants haïtiens récemment adoptés.
Ce document présente une synthèse des données concernant le dépistage du saturnisme chez les enfants adoptés, avec une attention particulière pour ceux venant d’Haïti.

synthèse  [pdf - 190,06 Ko]

Mots-clés :

saturnisme, haiti, saturnisme de l'enfant, plomb, plombémies
Haut de page