Fermer



Publications et outils

Publié le 31/03/2016

Environnement et santé

Exposition environnementale aux composés organiques volatils des riverains d’un ancien site industriel, Val-d’Oise (95)

Évaluation des risques sanitaires et appui à la décision sanitaire

Auteur(s) : Legout C, Trouillet M
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1958-9719
ISBN : 979-10-289-0203-2
ISBN NET : 979-10-289-0204-9
Citation suggérée : Legout C, Trouillet M. Exposition environnementale aux composés organiques volatils des riverains d’un ancien site industriel, Val d’Oise (95). Evaluation des risques sanitaires et appui à la décision sanitaire. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016. 24 p.
Publication disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Dans une commune du Val d’Oise, des riverains habitants à proximité d’un ancien site industriel sont exposés depuis plusieurs années à la présence de benzène et autres hydrocarbures légers présents dans l’air intérieur de leur pavillon. L’Agence régionale de santé (ARS) a sollicité la Cellule de l’Institut de veille sanitaire (InVS) en régions (Cire) Ile-de-France-Champagne-Ardenne pour évaluer les expositions et les risques sanitaires associés, et apporter des éléments d’aide à la décision pour juger de l’opportunité d’une prise en charge sanitaire individuelle ou collective des riverains.
Le benzène a été retenu comme traceur de risque. Aux concentrations détectées dans les lieux de vie (moyenne = 12,7 μg/m3, maximale = 50,4 μg/m3), les effets d’une exposition chronique seraient une augmentation du risque d’hémopathies malignes.
Le sur-risque de survenue de cancer possiblement lié au benzène reste faible comparé au nombre d’hémopathies malignes normalement attendu en population générale. En revanche, les niveaux de risques sont clairement inacceptables au sens de la politique nationale des sites pollués, et justifient donc une réduction rapide des expositions.
Le suivi des expositions par le dosage de biomarqueurs du benzène se heurterait à des difficultés d’interprétation et à l’absence de laboratoires susceptibles de doser ces marqueurs aux doses environnementales. Si l’organisation d’un dépistage organisé des effets précoces du benzène (par numération formule sanguine) n’a pas été jugée pertinente, l’information des médecins exerçant sur la zone ainsi qu’une consultation toxicologique pour les personnes exposées ont été proposées à l’ARS.

Rapport  [pdf - 1,11 Mo]

Mots-clés :

benzène, pollution air intérieur, site pollué, EQRS

SUMMARY

Environmental exposure of residents to volatile organic compounds (VOCs) near a polluted site, Val-d’Oise district

Health risks assessment and decision-making elements

In a suburban town in greater Paris area, people living near a polluted site have been exposed for many years to benzene and others VOCs detected in the indoor air of their house. The regional Health Authority (ARS) asked the regional Epidemiological unit (the local team of the French Institute for Public Health Surveillance (InVS)) to assess exposure and risks associated, and give some decision-making information on the opportunity of medical care or collective healthcare of inhabitants.
Benzene was selected as the risk marker. For these levels of benzene detected in those homes (minimal concentration = 12.7 μg/m3, maximal concentration = 50.4 μg/m3) health effects of chronic exposure would be an increased risk of hematological malignancies.
Assuming a life-long exposure, the excess hematological malignancies represent a low-risk compared with the case expected in a non-exposed population. Nevertheless, this individual level of risk is clearly an “unacceptable risk” compared with the levels defined by the French legislation on polluted sites, and requires reducing exposure as soon as possible.
Exposure monitoring through the dosage of benzene biomarkers would be challenging in terms of interpretation and lack of laboratories suitable to dose these markers at environmental doses. Even though an organized screening of the early effects of benzene (using blood count) was not considered relevant, information to physicians practicing in the area and a toxicological consultation for people exposed were proposed to the Local Health Authority.

Haut de page