Fermer



Publications et outils

Publié le 21/11/2017

Environnement et santé

Évaluation de différentes méthodes de détection d’agrégats de cas de gastro-entérites aiguës médicalisées d’origine hydrique

Auteur(s) : Goria S, Mouly D, Rambaud L, Guillet A, Beaudeau P, Galey C.
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0391-6
Citation suggérée : Goria S, Mouly D, Rambaud L, Guillet A, Beaudeau P, Galey C. Évaluation de différentes méthodes de détection d’agrégats de cas de gastro-entérites aiguës médicalisées. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 52 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Santé publique France mène depuis plusieurs années des travaux reposant sur l’utilisation des données de remboursements de l’Assurance maladie pour améliorer la détection des épidémies de gastro-entérites aiguës médicalisées liées à la consommation d’eau du robinet.
Ce travail s’intègre dans le projet de mise en place d’un système de détection automatisée France entière des agrégats de cas de gastro-entérites aiguës médicalisées (GEAm) d’origine hydrique.
L’intérêt de santé publique pour la recherche automatisée d’agrégats de cas de GEAm réside dans sa portée en prévention du risque à travers l’identification des unités de distribution d’eau (UDI) suspectées d’en être à l’origine. L’identification de ces UDI permettra de déterminer les facteurs de risque et les circonstances à l’origine de cet agrégat.
L’objectif de cette étude était d’évaluer et de comparer les performances de deux méthodes de détection des épidémies de GEA à partir des données de l’Assurance maladie pour identifier les UDI concernées. Les méthodes évaluées sont la statistique de balayage spatio-temporel de Kulldorff et la méthode de comparaison géographique des taux d’incidence.
L’étude de simulation s’est inspirée de la méthode de Noufaily. Trois départements ont été utilisés comme support pour l’analyse : le Puy-de-Dôme, l’Isère et la Gironde. Mille simulations ont été réalisées par département. Les données de l’Assurance maladie ont été utilisées comme données de référence pour la simulation de la ligne de base de la gastro-entérite aigüe.
Ensuite, les méthodes de détection ont été appliquées aux données simulées. La sensibilité et la proportion de fausses alertes ont été utilisées pour comparer les performances des deux méthodes de détection.
Ce travail a permis de choisir une méthode de détection : la statistique de balayage spatio-temporel de Kulldorff. Les résultats de cette étude suggèrent une bonne capacité de détection, quelle que soit la période de l’année pour les épidémies impliquant au moins 10 cas de GEAm attribuables à l’eau. La capacité de détection est très faible en dessous de 5 cas de GEAm attribuables à l’eau.
La méthode retenue sera appliquée sur des données réelles dans le cadre d’une étude pilote et d’un groupe de travail « connexion entre la détection d’agrégats de cas de GEAm et les enquêtes de terrain ». L’identification d’une méthode efficace pour la détection des épidémies d’origine hydrique et l’étude pilote pour tester l’application de la surveillance sur le terrain, incluant la connexion avec les enquêtes environnementales par les ARS, permet d’envisager une surveillance rétrospective des épidémies de GEA hydrique sur l’ensemble du territoire à partir des données de l’Assurance maladie.

Rapport  [pdf - 2,84 Mo]

Mots-clés :

détection d'agrégats, gastro-entérite aiguë médicalisée, épidémie d'origine hydrique, statistique de balayage spatio-temporel, assurance maladie

SUMMARY

Santé publique France has been working for several years on the use of health insurance reimbursement data to improve the detection of medicalized acute gastroenteritis (mAGE) outbreaks related to the consumption of tap water.
This work is part of the project to set up an automated detection system in France of aggregates of cases of medicalized acute waterborne gastroenteritis.
The public health interest in the automated search for aggregates of mAGE cases lies in its risk prevention scope through the identification of distribution zones (DZ) suspected of being responsible for them. The identification of these DZ will help to determine the risk factors and the circumstances behind this aggregate.
The objective of this study was to evaluate and compare the performance of two detection methods of AGE outbreaks from Health Insurance data to identify the DZs concerned. The methods evaluated are the Kulldorff space-time scan statistic and the method of geographic comparison of incidence rates.
The simulation study was inspired by the Noufaily method. Three districts were used to support the analysis: Puy-de-Dôme, Isère and Gironde. One thousand simulations per district were carried out. Health Insurance data were used as baseline data for the simulation of the baseline of acute gastroenteritis.
Then, the detection methods were applied to the simulated data. The sensitivity and the proportion of false alarms were used to compare the performance of the 2 detection methods.
This work allowed us to choose a detection method: the Kulldorff space-time scan statistic. The results of this study suggest a good detection capacity, whatever the time of year for outbreaks involving at least 10 waterborne mAGE cases. The detection capacity is very low below 5 cases of mAGE attributable to water.
The method chosen will be applied to actual data in a pilot study and a working group "Connection between the detection of aggregates of mAGE cases and field surveys". The identification of an effective method for the detection of waterborne outbreaks and the pilot study to test the implementation of field monitoring, including the linkage with environmental surveys by the Regional Health Authorities, make it possible to consider a retrospective monitoring of waterborne AGE outbreaks throughout the territory using Health Insurance data

Keywords :

cluster detection, medicalized acute waterborne gastroenteritis, space-time scan statistic, health insurance data, waterborne outbreaks

Haut de page