Fermer



Publications et outils

Publié le 19/07/2017

Environnement et santé

Évaluation quantitative de l’impact sanitaire des sous-produits de chloration dans l’eau destinée à la consommation humaine en France

Auteur(s) : Corso M, Galey C, Beaudeau P
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0311-4
Citation suggérée : Évaluation quantitative de l’impact sanitaire des sous-produits de chloration dans l’eau destinée à la consommation humaine en France. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 44 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La désinfection de l’eau destinée à la consommation humaine est l’une des principales avancées de santé publique du XXe siècle. Cependant, la réaction du chlore sur la matière organique soluble de l’eau engendre des sous-produits de chloration (SPC) indésirables.
Les études montrent une association entre le risque de cancer de la vessie chez l’homme (KVH) et l’exposition aux SPC, estimée par la concentration des trihalométhanes (THM) dans l’eau produite. Une méta-analyse de 2011 propose une relation concentration-réponse (CRF). Notre étude a pour but d’estimer l’exposition actuelle et passée aux THM des personnes résidant en France, ainsi que les impacts sanitaires associés.
L’exposition actuelle de la population française a été estimée à partir des analyses de THM du contrôle sanitaire (2005-2011). L’exposition aux THM entre 1960 et 2000 a été modélisée.
L’exposition moyenne actuelle de la population française est estimée à 11,7 μg.L-1 contre 17,3 μg.L-1 dans le passé. La population alimentée par des eaux de surface est deux fois moins exposée que par le passé, mais reste deux fois plus exposée que la population alimentée par des eaux souterraines. Une grande disparité géographique de l’exposition est observée. Sous réserve de la validité de la CRF, 18 % des cas de KVH seraient attribuables aux SPC (1 600 [500 ; 2 700] cas par an). Si l’exposition ne change pas, elle serait de 16 % dans le futur. L’écrêtage des valeurs d’exposition les plus élevées aurait un effet négligeable sur l’impact de santé.

Rapport  [pdf - 1,49 Mo]

Mots-clés :

eau, sous-produits de chloration, évaluation quantitative d'impact sanitaire, cancer de la vessie, France

SUMMARY

Drinking water disinfection for human consumption is the one of the main public health advance of the 20th century. However, chlorine reaction with soluble organic matter of water produces hundreds of chemicals, known as chlorination by-products (CBP).
Several studies have shown an association between the risk of male bladder cancer and the exposure to trihalomethanes (THM), the main CBP of chlorinated water.
A meta-analysis published in 2011 led the authors to recommend an exposure-risk relation. The aim of this work is to estimate both the current and the earlier THM exposures of people living in France and to evaluate the health impact related to these exposures.
The current exposure of the French population has been estimated from the THM data of the regulated monitoring (2005-2011). The earlier exposure has been modeled.
The current average exposure to THM in France was estimated at 11.7 μg.L-1, vs 17.3 μg.L-1 between 1960 and 2000.The population serviced by treated surface water is 2 times less exposed than in the past but still 2 times more exposed than the population supplied with groundwater. High variations in exposure were observed among the 100 French districts. Subject to the validity of the exposure-risk relation, the proportion of bladder cancer cases due to CBP in tap water is 18% in France (1,600 [500; 2,700] cases per year) and could be 16% in the future if the exposition do not change. Cutting highest exposures would have an insignificant effect on heath impact.

Keywords :

water, chlorination by-products, health impact assessment, bladder cancer, France

Haut de page