Fermer



Publications et outils

Publié le 19/07/2017

Environnement et santé

Relation entre l’incidence des cancers de la vessie et l’exposition aux sous-produits de la chloration présents dans l’eau du robinet en France.

Une étude écologique géographique

Auteur(s) : Galey C, Corso M, Guillet A, Le Tertre A
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0339-8
Citation suggérée : Relation entre l’incidence des cancers de la vessie et l’exposition aux sous-produits de la chloration présents dans l’eau du robinet en France : une étude écologique géographique. Saint-Maurice : Santé publique France, 2017. 69 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Une étude écologique géographique a été réalisée sur les 11 départements couverts par un registre général de cancers entre 1998-2011 (plus de 4 400 communes et 18 000 cas de cancers) pour analyser la relation entre l’incidence des cancers de la vessie et l’exposition aux sous-produits de la chloration (SPC) présents dans l’eau du robinet, par sexe.
L’exposition aux SPC a été approchée par la concentration moyenne en trihalométhanes (THM) entre 1955 et 1995, estimée à partir des concentrations actuelles et d’hypothèses sur les évolutions des pratiques de la chloration. Un ajustement a été effectué sur le tabagisme et les facteurs de risques reconnus pour ce cancer.
La forme des relations entre la concentration et le risque de cancer change de sens avec la concentration en THM. Une analyse stratifiée sur l’origine de l’eau (eau de surface ou souterraine) montre deux qualités d’eau différentes en termes de risque sanitaire, avec une association positive pour les THM des eaux de surface, à la limite de la significativité. Le risque observé est moins élevé d’un facteur 4 environ, que les risques individuels publiés.
L’impact sur l’estimation du risque des biais les plus importants est difficile à déterminer, mais la non prise en compte de l’histoire résidentielle pourrait le sous-estimer.
Le contexte d’incertitudes sur la nature des produits toxiques impliqués dans le risque de cancer de la vessie et sur leur impact sanitaire montre les besoins toujours existants en recherches toxicologiques et épidémiologiques sur les SPC. La cohorte Constances ouvre des perspectives prometteuses pour l’étude de ce risque en France.

Rapport  [pdf - 2,86 Mo]

Mots-clés :

eau, sous-produits de chloration, cancer de la vessie, étude épidémiologique écologique, France

SUMMARY

A geographical ecological study was carried out on the 11 districts covered by a general cancer registry between 1998-2011 (more than 4,400 municipalities and 18,000 cases of cancers) to analyze the relationship between bladder cancer incidences and exposure to chlorination by-products (CBPs) in tap water by sex. Exposure to CBPs was approached by the mean concentration of trihalomethanes (THM) between 1955 and 1995, estimated from current concentrations and assumptions on changes in chlorination practices. An adjustment was made on smoking and the recognized risk factors for this cancer.
The shape of the relationships between concentration and the risk of cancer changes with THM concentration. A stratified analysis of the origin of water (surface or underground water) reveals two different water qualities in terms of health risk, with a positive association for surface water THMs, at the limit of significance. The observed risk is about 4 times lower than the individual published risks. The impact on the risk estimation of substantial biases is difficult to determine, but the fact of not considering the residential history could underestimate it.
The context of uncertainty about the nature of the causative CBP(s) for bladder cancer and their impact on health shows the ongoing needs for toxicological and epidemiological research on CBPs. The Constances Cohort opens up promising prospects for the study of this risk in France.

Keywords :

water, chlorinated by-products, bladder cancer, ecological epidemiological study, France

Haut de page