Fermer



Publications et outils

Publié le 21/12/2012

Maladies chroniques et traumatismes

Mortalité par accident de la vie courante chez les enfants de moins de 15 ans, MAC-15

Étude de faisabilité dans trois régions en France en 2009

Auteur(s) : Lasbeur L, Thélot B
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6964
ISBN : 978-2-11-129794-4
ISBN NET : 978-2-11-129795-1
Citation suggérée : Lasbeur L, Thélot B. Mortalité par accident de la vie courante chez les enfants de moins de 15 ans, MAC-15. Étude de faisabilité dans trois régions en France en 2009. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2012. 38p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Les accidents de la vie courante (AcVC) représentent la première cause de décès chez les enfants de moins de 15 ans : 236 enfants (source CépiDc) sont décédés d’un AcVC en France métropolitaine en 2009. Ces données de mortalité ne permettent pas de décrire les circonstances de l’AcVC ayant conduit au décès.
L’enquête MAC-15 mise en place en 2009, en Ile-de-France, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Provence-Alpes-Côte d’Azur avait pour objectif de comprendre précisément comment ces accidents étaient survenus, et déterminer leurs facteurs de risque. Elle avait comme objectifs secondaires de tester la faisabilité et d’analyser les possibilités d’extension et/ou de généralisation d’une surveillance de ces décès. Le signalement des cas a été réalisé par les certificats de décès, des contacts avec les Agences régionales de santé et une veille médias. Un questionnaire détaillé était rempli par le médecin certificateur.
L’enquête MAC-15 a dénombré en 2009, 76 décès par AcVC d’enfants de moins de 15 ans dans les trois régions. Les victimes étaient plus souvent des garçons. La cause de décès la plus fréquente était la noyade, suivie des suffocations, des chutes et des incendies. L’enquête a effectivement permis de déterminer avec précision les facteurs de risque des AcVC chez l’enfant et, le plus souvent, d’identifier ce qui était à l’origine de l’accident mortel.
Cette enquête a montré que la collecte de données détaillées sur tous les décès par traumatisme d’enfants de moins de 15 ans peut être mise en place. Les modalités pratiques de cette surveillance systématique doivent être discutées avec les intervenants auprès des victimes et avec les autorités sanitaires.

Rapport  [pdf - 445,40 Ko]

Mots-clés :

mortalité, accident, épidémiologie, enfant, France

SUMMARY

Fatal Home and leisure injuries among children under 15 years old, MAC-15

Feasibility study in three French regions, 2009

Home and leisure injuries (HLI) are the leading cause of death among children under 15 years: 236 children (source CépiDc) died of an HLI in metropolitan France in 2009. These mortality data do not allow to describe the HLI circumstances responsible for the death.
The MAC-15 survey was set up in 2009 in France in the following regions: Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais and Provence-Alpes-Côte d'Azur. The main objective of the survey was to understand exactly how these accidents occurred, and determine their risk factors.
Its secondary objectives were to test the feasibility and analyze the possibility of extending and / or scaling-up the monitoring of these deaths. Case reporting was made through death certificates, contacts with the regional health agencies, and media surveillance. A detailed questionnaire was completed by the medical certifier.
In 2009, 76 HLI-related deaths among children under 15 years old were identified by the survey in the three regions. The victims were mostly boys. The most common cause of death was drowning, followed by suffocation, falls and fires. The survey actually contributed to determine precisely the risk factors of HLIs in children and, most often, to identify the cause responsible for the fatal accident.
The survey showed that the collection of detailed data on all deaths due to injuries in children under 15 years was feasible. The practical modalities of such systematic monitoring should be discussed with the stakeholders dealing with the victims as well as with the health authorities.

Haut de page