Fermer



Publications et outils

Publié le 20/09/2011

Maladies infectieuses

Pratique du signalement externe des infections nosocomiales : une étude sociologique

Novembre 2010

Auteur(s) : Quelier C
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 978-2-11-128250-6
Citation suggérée : Quelier C. Pratique du signalement externe des infections nosocomiales : une étude sociologique - Novembre 2010. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire; 2011. 72 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Le signalement des infections nosocomiales est un dispositif d’alerte, orienté vers l’action, mis en place réglementairement en 2001. Si la plus-value de ce système en termes de sécurité sanitaire a été démontrée, plusieurs évaluations conduites par les Centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CClin) ou l’Institut de veille sanitaire (InVS) ont montré que son fonctionnement n’était pas optimal. Une évaluation qualitative a donc été conduite en 2009 pour mieux comprendre la dynamique de son fonctionnement dans les établissements de santé (ES) et proposer des pistes d’amélioration. Elle a été confiée par le Raisin à une sociologue et était basée sur des observations et des entretiens semi-directifs auprès de professionnels de santé de 12 ES des interrégions Ouest et Sud-Ouest et de quelques experts nationaux.L’étude a mis en évidence des dynamiques de signalement variées, organisées autour de deux piliers (président de Clin et équipes opérationnelles d’hygiène (EOH)) avec une faible intégration à la gestion des risques. Les freins au signalement externe étaient d’abord ceux du signalement interne : discussion du caractère nosocomial de l’infection (difficulté diagnostique, association à une faute), faible implication des cliniciens ou des paramédicaux, représentation négative du système ou insatisfaction de certaines EOH. Le système de SE souffrait aussi d’un manque de lisibilité, d’outils adaptés et d’objectifs clarifiés. Plusieurs facteurs paraissaient à l’inverse faciliter les bonnes pratiques de signalement : l’existence de professionnels motivés, la proximité des EOH avec les services de soins, l’automatisation des alertes au sein des ES ou l’acceptation des démarques qualité. Cette étude permet de proposer certaines pistes d’amélioration : accroitre la lisibilité du dispositif en clarifiant ses objectifs, ses circuits et en précisant les définitions d’infection nosocomiale, adapter sa déclinaison aux réalités de terrain, renforcer les formations à destination des établissements de santé et développer les espaces d’échanges entre professionnels. La mise en oeuvre récente de retours d’expérience formalisés par les CClin et la dématérialisation du signalement (e-SIN) conduite par l’InVS vont dans ce sens.

Rapport  [pdf - 919,39 Ko]

Mots-clés :

signalement, infection nosocomiale, évaluation, veille sanitaire, amélioration qualité

SUMMARY

Reporting practice for health care acquired infections: a sociological study - November 2010

The external reporting of healthcare-associated infections (HAI) is an early warning and response system implemented statutorily in 2001. The added value of this system has been demonstrated for health safety but several evaluations conducted by Regional Infection Control Coordinating Centres (CClin) or the French Institute for Public Health Surveillance (InVS) showed that its processes could be improved. A qualitative assessment was then conducted in 2009 to better understand its dynamics in healthcare facilities (HCF) and to suggest ways of improvement. The HAI Alert, Investigation and Surveillance Network (Raisin) entrusted a sociologist to conduct the assessment, which was based on observations and semi-structured interviews with healthcare professionals from 12 western and south-western HCFs and some national experts. The study revealed various reporting approaches, organized around two pillars (presidents of infection control committees [Clin] and infection control teams [EOH]) with a low integration of risk management. Obstacles to external reporting (ER) of HAI were primarily those of internal reporting (IR): discussion on the healthcare-associated origin of the infection (difficulty of establishing a diagnosis, association with a fault); low involvement of clinicians or paramedical staff; negative representation of the system or dissatisfaction of certain EOH. The ER system also suffered from a lack of legibility, appropriate tools and clear objectives. Conversely, several factors appeared to encourage good reporting practices: motivated professionals, EOHs’ proximity with clinical wards, automated alerts in HCFs or the acceptance of quality approaches. This study contributed to propose some ways of improvement: to increase the legibility of the system through the clarification of its objectives and its information flow, to clarify the definition of a healthcare-associated infection, to adapt its application to field realities, to strengthen training programs for healthcare professionals, and to develop areas of exchange between professionals. The recent implementation of formal experience feedbacks by the CClin or the implementation of a web-based reporting system (e-SIN) by InVS all contribute to these goals.

Haut de page