Fermer



Publications et outils

Publié le 21/08/2014

Maladies infectieuses

Surveillance des épidémies d’infections respiratoires aiguës et de gastro-entérites aiguës dans les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes des Pays de la Loire, 2010-2013

Auteur(s) : Chiron E, Barataud D, Hubert B
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN : 979-10-289-0047-2
ISBN NET : 979-10-289-0048-9
Citation suggérée : Chiron E, Barataud D, Hubert B. Surveillance des épidémies d’infections respiratoires aiguës et de gastro-entérites aiguës dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes des Pays de la Loire, 2010-2013. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2014. 78 p.
Publication disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Un dispositif de surveillance des cas groupés d’infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastro-entérites aiguës (GEA) survenant dans les Établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) a été mis en place dans la région des Pays de la Loire en 2010. Les deux premières saisons de surveillance ont permis d’améliorer des outils opérationnels de surveillance et de gestion dans la région, en s’appuyant sur deux évaluations réalisées en 2011 et 2012 auprès des Ehpad et des structures partenaires.
Les résultats de la troisième saison de surveillance 2012-2013 ont confirmé la bonne appropriation du dispositif par les Ehpad et son impact positif sur les pratiques mises en oeuvre pour la gestion de ces épisodes.
Entre 2010 et 2013, 824 foyers de cas groupés, responsables de près de 15 000 cas, ont fait l’objet d’un signalement : 401 foyers d’IRA et 423 foyers de GEA. Près des deux-tiers des Ehpad de la région ont effectué au moins un signalement au cours des trois saisons. Le taux d’exhaustivité des signalements a été estimé à 81 %, à la fois pour les IRA et les GEA. L’analyse a permis de dégager trois types d’indicateurs complémentaires portant sur les caractéristiques intrinsèques des épidémies, la culture de signalement et la gestion des épisodes dans les Ehpad. Des pistes de travaux méthodologiques complémentaires sur ces données ont été proposées (exploitation des courbes épidémiques, estimation de l’efficacité vaccinale contre la grippe, suspicion d’une origine alimentaire plutôt qu’une transmission interhumaine dans les épisodes de GEA).

Rapport  [pdf - 3,29 Mo]
Synthèse  [pdf - 738,50 Ko]

Mots-clés :

infections respiratoires aiguës, gastro-entérites aiguës, personne âgée, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, surveillance épidémiologique, signalement, évaluation, toxi-infection alimentaire collective, courbe épidémique, efficacité vaccinale, Pays de la Loire, Cire

SUMMARY

Acute respiratory infections and acute gastroenteritis outbreaks surveillance in nursing homes in the Pays de la Loire region, 2010-2013

A surveillance system of clusters of acute respiratory infections (ARI) and acute gastroenteritis (AGE) occurring in nursing homes was set up in the Pays de la Loire region in 2010. Operational tools for monitoring in the region had been improved during the first two seasons of surveillance, based on two evaluations conducted in 2011 and 2012 from nursing home and partner organizations. The results of the third season 2012-2013 of surveillance confirmed the compliance of the system by nursing homes, and its positive impact on the practices implemented to manage these episodes.
Between 2010 and 2013, 824 outbreaks responsible for nearly 15,000 cases, were reported : 401 episodes of ARI and 423 episodes of AGE. Nearly two-thirds of nursing homes in the region reported at least one outbreak during the three seasons. The exhaustivity rate of reports was estimated at 81% for both ARI and AGE. The analysis identified three types of complementary indicators on the intrinsic characteristics of epidemics, culture reporting and management of episodes in nursing home. Complementary methodological work on these data was developped (epidemic curves analysis, influenza vaccine effectiveness estimate, tools for suspicion of foodborne rather than human transmission in AGE episodes).

Haut de page