Fermer



Publications et outils

Publié le 10/07/2015

Maladies infectieuses

Surveillance des bactéries multiresistantes dans les établissements de santé en France

Réseau BMR-Raisin – Résultats 2013

Auteur(s) : Arnaud I, Jarlier V, groupe de travail BMR-Raisin
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 979-10-289-0150-9
Citation suggérée : Surveillance des bactéries multirésistantes dans les établissements de santé en France. Réseau BMR-Raisin – Résultats 2013. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2015. 104 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes (BMR) dans les établissements de santé (ES) est une priorité du programme national de lutte contre les infections nosocomiales (IN). Depuis 2002, le Raisin coordonne une surveillance des Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (SARM) et des entérobactéries productrices de béta-lactamases à spectre étendu (EBLSE) isolés de prélèvement à visée diagnostique dans les ES français.
En 2013, 1 347 ES ont participé à la surveillance soit une augmentation de 182 % depuis 2002 pour une couverture de 78,3 % des lits d’hospitalisation de France. Pour les SARM, la densité d’incidence (DI) globale était de 0,30 pour 1 000 journées d'hospitalisation (JH) et variait entre 0,26 et 0,37 selon l’interrégion. Elle était plus élevée en court séjour (0,40) et en réanimation (1,06) qu’en soins de suite et de réadaptation – soins de longue durée (SSR-SLD) (0,20). Depuis 2002, la DI des SARM a diminué de 53 % globalement et de 58 % en réanimation.
Pour les EBLSE, la DI globale était de 0,55 pour 1 000 JH, variant de 0,33 à 0,69 selon l’inter-région. Elle était deux fois plus élevée en court séjour (0,76) qu’en SSR-SLD (0,33). Depuis 2002, la DI des EBLSE a été multipliée par 4 (+325 %) et la proportion de l’espèce Escherichia coli (E. coli) au sein des EBLSE a augmenté de 19 à 59 %.
La diminution de l’incidence des SARM suggère un impact positif des actions de prévention instituées dans les services participants au réseau. Le nombre annuel d’IN à SARM est toutefois estimé entre 31 000 et 45 000, dont environ 4 000 à 5 000 bactériémies et celui des EBLSE entre 40 000 et 83 000, dont entre 4 000 et 9 000 bactériémies. Enfin, l’augmentation de l’incidence des EBLSE, en particulier des E. coli, est préoccupante et peut servir de réservoir potentiel pour l’émergence de nouvelles souches résistantes aux carbapénèmes.

Rapport  [pdf - 3,02 Mo]

Mots-clés :

résistance aux antibiotiques, réseau surveillance, incidence épidémiologie, SARM, EBLSE

SUMMARY

Surveillance of multidrug resistant bacteria in French healthcare facilities

BMR-Raisin network – Results 2013

Control of multidrug resistant bacteria (MDR) cross-transmission is part of the French national nosocomial infection control program. Since 2002, methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA) and extended-spectrum beta-lactamase-producing enterobacteriaceae (ESBLE) are the targets of the national surveillance coordinated by the Raisin.
In 2013, 1,347 healthcare facilities (HCF) participated, increasing by 182% since 2002, corresponding to 78.3% of French HCF beds. For MRSA, the global incidence density (ID) was 0.30 per 1,000 pds and ranged from 0.26 to 0.37 according to geographic area. It was higher in acute care (0.40), and in intensive care (1.06) than in rehabilitation and long term care facilities (RLTCF, 0.22). Since 2002, MRSA ID decreased by 53% globally and by 58% in ICUs.
For ESBLE, the global ID was 0.55 per 1,000 pds and ranged from 0.33 to 0.69 according to geographic area. It was twice higher in acute care (0.76) than in RLTCF (0.33). Since 2002, ESBLE ID was multiplied by 4 (+325%) and the proportion represented by Escherichia coli within ESBLE increased from 19 to 59%.
The efforts made by HCF begin to have a positive impact on MRSA incidence. However, the nationwide number of MRSA cases in French HCF is estimated between 31,000 and 45,000 par year, including 4,000 to 5,000 cases of bacteraemia, and the number of ESBLE cases is estimated between 40,000 and 83,000, including 4,000 to 9,000 cases of bacteraemia. Finally, the increase in ESBLE incidence, especially E. coli BLSE incidence, is nowadays a cause of concern because of its ability to serve as a reservoir for the emergence of new carbapenem-resistant strains.

Haut de page