Fermer



Publications et outils

Publié le 30/03/2016

Maladies infectieuses

Épidémie de gastro-entérites d’origine hydrique sur la commune de Laruns, Pyrénées-Atlantiques

Mars 2014

Auteur(s) : Fischer A, Castor C, Bonilla P, Noussitou M, Rolland P
Editeur(s) : Institut de veille sanitaire
ISSN : 1956-6956
ISBN NET : 979-10-289-0208-7
Citation suggérée : Fischer A, Castor C, Bonilla P, Noussitou M, Rolland P. Épidémie de gastro-entérites d’origine hydrique sur la commune de Laruns, Pyrénées-Atlantiques. Mars 2014. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2016. 26 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Fin mars 2014, la Cellule de l’Institut de veille sanitaire (InVS) en région (Cire) et l’Agence régionale de santé (ARS) d’Aquitaine ont été informées d’une épidémie de gastro-entérites aiguës (GEA) et d’une non-conformité des analyses d’eau non traitée dans une commune des Pyrénées-Atlantiques. Des investigations épidémiologiques et environnementales ont été menées afin d’identifier la source de contamination et proposer des mesures de contrôle.
Sur la commune, une enquête de cohorte a été réalisée au collège ainsi qu’un recueil de données d’absence scolaire et des analyses microbiologiques sur les selles de personnes malades. Des investigations sur le réseau d’eau ont également été menées. Afin de décrire l’impact sanitaire de l’épidémie, une analyse a été réalisée à partir des remboursements de médicaments de l’Assurance maladie (AM).
Au collège, un taux d’attaque de 93,1 % a été observé, avec de nombreux cas ayant déclaré plusieurs épisodes de GEA. L’épidémie s’est étendue de février à avril, avec une résurgence en juin. Les données d’absence scolaire et les ventes de médicaments ont conforté ces résultats. Plusieurs virus entériques et parasites ont été retrouvés dans les selles des malades. Une contamination du réseau d’eau, alimentant le collège, a été identifiée et s’est poursuivie plusieurs mois, malgré une chloration continue. Fin juin, un retour d’eau au niveau de la station d’épuration en l’absence de disconnecteurs a été retrouvé.
Ces investigations ont confirmé l’origine hydrique de l’épidémie. Cet exemple montre la nécessité, pour les communes, de traiter et d’installer des dispositifs de protection anti-retour sur les réseaux d’eau.

Rapport  [pdf - 1,03 Mo]

Mots-clés :

gastro-entérite aiguë, contamination hydrique, station d’épuration, réseau d’eau, virus entérique, giardia

SUMMARY

Waterborne acute gastroenteritis outbreak in Laruns village, Pyrénées-Altantiques, France

March 2014

In March 2014, an acute gastroenteritis (AGE) outbreak in a French mountain village was reported to the Regional Health Agency (ARS) as well as non conformities of the untreated tap water. Epidemiological and environmental investigations were carried out by the regional office of the French Institute for Public Health Surveillance (InVS) to determine the source of contamination and adapt control measures. A cohort study was conducted among high school students. School absence data were analyzed for all schools of the village. Microbiological analyses were performed on patients’ stool samples and on samples from the water supply.
To evaluate the magnitude of the outbreak we retrospectively analyzed AGE drug reimbursement data of the health insurance.
An attack rate of 93% for AGE was found at the High School with many recurrences among cases. The outbreak lasted for 3 months (February until April). Resurgence was observed in June. School absence and drug reimbursement data confirmed the episode. Different enteric viruses and parasites were isolated from cases’ stool samples. Despite chlorination, a sustained contamination was identified in the water supply connected to the High School’s water system. The contamination of water was related to dysfunctioning of the water treatment plant.
The investigations confirmed a large waterborne outbreak. This highlighted the need to treat water and install protective devices at the level of the water plant.

Haut de page