Fermer



Publications et outils

Publié le 30/03/2018

Maladies infectieuses

Surveillance des infections nosocomiales en réanimation adulte

Réseau REA-Raisin, France, Résultats 2016

Auteur(s) : Raisin
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0422-7
Citation suggérée : Surveillance des infections nosocomiales en réanimation adulte, Réseau REA-Raisin, France, résultats 2016. Saint-Maurice (Fra) : Santé publique France, 2018, 69 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La surveillance des infections nosocomiales (IN) est prioritaire en réanimation, secteur à haut risque du fait de l'état critique des patients et de leur exposition aux dispositifs invasifs. Depuis 2004, la surveillance nationale REA-Raisin, coordonnée par le Réseau d’alerte, d’investigation et de surveillance des IN, cible en réanimation adulte les infections associées à un dispositif invasif pour lesquelles une démarche de prévention est essentielle : pneumonie (PNE), colonisation ou infection ou bactériémie (COL/ILC/BLC) liée au cathéter veineux central (CVC) et bactériémie (BAC). Depuis 2015, les services volontaires recueillent les données de manière continue de janvier à décembre (versus 6 mois auparavant) concernant tout patient hospitalisé plus de 2 jours.
De janvier à décembre 2016, 200 services ont inclus 67 899 patients (âge moyen : 64,3 ans), hospitalisés en moyenne 11,0 j et dont 70,5% relèvent à l'admission de la médecine, 17,5% de chirurgie urgente et 12,0% de chirurgie réglée ; 7,7% des patients sont traumatisés, 15,3% immunodéprimés et 57,2% ont reçu un traitement antibiotique à l’admission. Le score IGS II moyen est de 46,0 et la mortalité intra-service de 17,2%. L’exposition à un dispositif invasif est fréquente : intubation (61,2%), CVC (64,3%) et sonde urinaire (85,8%). Parmi les 67 899 patients, 10,35% ont présenté au moins une infection surveillée.
Les micro-organismes les plus fréquemment isolés sont P. aeruginosa (19,9%), S. aureus (13,5%), S. epidermidis (12,1%). Depuis 2004, la résistance aux antibiotiques diminue pour les souches de S. aureus (15,2% SARM en 2016). Le phénomène de résistance reste élevé pour EBLSE (16,8% de souches productrices de BLSE avec 1,8% I/R à l'imipenème) mais semble stabilisé depuis quelques années.
Les taux d’incidence sont de 15,22 PNE pour 1000 j-intubation, 3,39 BAC pour 1 000 j d’hospitalisation, 0,76 ILC et 0,55 BLC pour 1 000 j-CVC. Ces taux varient fortement d’un service à l’autre en lien avec les caractéristiques des patients.
Au cours des cinq dernières années (2012 à 2016) sur l’ensemble du réseau, certains facteurs de risque varient (hausse de IGS II, moins de traumatisés et d’antibiothérapie à l’admission, moins de chirurgie réglée et urgente) et les ratios d’exposition aux dispositifs invasifs diminuent. On observe une diminution des taux d'incidence pour 1 000 j d'exposition : significative pour BLC (-19,1%) non significative pour BAC (-2,3%) et ILC (-3,8). L'analyse multivariée met en évidence une baisse non significative en 2016 des PNE liées à l'intubation (OR ajusté: 0,95 ; IC95: 0,89-1,00). Par contre elle confirme la baisse significative des BLC (OR ajusté: 0,73 ; IC95: 0,60-0,90), à mettre en relation avec l'amélioration des pratiques professionnelles associées aux dispositifs invasifs en réanimation.
Avec une participation s'élevant à 45,6% des lits de réanimation de France, les données de REA-Raisin constituent une référence nationale pour mieux connaître les IN en réanimation et permettre aux services participants de se comparer, d’évaluer et orienter leurs actions de prévention.

Mots-clés :

réanimation, infection nosocomiale, surveillance, incidence, France

SUMMARY

Nosocomial infection surveillance in intensive care units

REA-Raisin network, France – Results 2016

Nosocomial Infection (NI) surveillance in Intensive Care Units (ICU) is a priority as patients are at higher risk of infection due to their critical status and invasive procedures they are exposed to. Since 2004, the REA-Raisin surveillance network targets device-associated infections, for which prevention measures are essential: Pneumonia (VAP), Central Venous Catheter (CVC) colonisation with or without CVC-Related Infection or Bacteraemia (COL/CRI/CRB) and Blood stream infection (BSI). Continuously from January to December, on a voluntary basis, ICUs collected data for each patient hospitalised more than two days.
From January to June 2016, 200 ICUs included 67,899 patients (mean age: 64.3 years) whose average length of stay was 11.0 days. At admission, 70.5% of patients were medical, 17.5% had emergency surgery and 12.0% scheduled surgery; 7.7% had trauma, 15.3% an impaired immunity and 57.2% received antibiotic treatment at admission. The mean SAPS II severity score was 46.0, with 17.2 of mortality during the stay. Exposure to invasive devices was frequent: intubation (61.2%), CVC (64.3%) and indwelling urinary catheter (85.8%). Among 67,899 patients, 10.35% had at least one infection. The most frequently isolated micro-organisms were P. aeruginosa (19.9%), S. aureus (13.5%), S.epidermidis (12.1%); since 2004, antimicrobial resistance is decreasing among S. aureus strains (15.2% MRSA), high but now stable among Enterobacteriaceae (16.8% ESBL-producing and 1.8% imipenem-resistant). Overall NI incidence rates were as follows: 15.22 VAP /1,000 intubation-days, 3.39 BSI /1,000 ICU-days and finally 0.76 CRI and 0.55 CRB /1,000 catheter-days. Patients’ characteristics and NI rates greatly varied from one ICU to another.
During the 5 last years (2012 to 2016), variations appeared in patient characteristics (higher SAPSII, less trauma and antibiotics at admission, less surgical patients) with a significant decrease in device utilisation ratio. Incidence rates decreased, significantly for CRB (-19.1%) but not for BSI (-2.3 %) or for CRI (-3.8%). Multivariate analysis shows a non-significant decrease in 2016 for VAP (adjusted OR: 0.95; CI95: 0.89-1.00) and significant for CRB (adjusted OR: 0.73; CI95: 0. 60-0.90), to be related to care practices improvement.
With a participation corresponding to 45.6% of the French ICU beds, these results serve as a national reference to better document NIs in ICUs and to allow ICU wards to assess and prioritize their infection control measures.

Keywords :

Intensive care unit, healthcare associated infection, surveillance, incidence, France

Haut de page