Fermer



Publications et outils

Publié le 06/06/2019

Maladies infectieuses

Évaluation épidémiologique de la campagne de rattrapage vaccinal chez les enfants de moins de 6 ans à Mayotte, mai-juin 2018

Auteur(s) : Subiros M, Barbail A, Larsen C.
Editeur(s) : Santé publique France
ISSN : 2609-2174
ISBN NET : 979-10-289-0565-1
Citation suggérée : Subiros M, Barbail A, Larsen C. Rapport d’évaluation épidémiologique de la campagne de rattrapage vaccinal chez les enfants de moins de 6 ans à Mayotte, mai-juin 2018. Saint-Maurice : Santé publique France, 2019. 72 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

Contexte

En 2017, en réponse à l’alerte lancée par Santé publique France (SpF) sur la menace épidémique qui pesait sur l’île de Mayotte en raison de la défaillance des services de la protection maternelle et infantile (PMI), le directeur général de la santé a chargé l’Agence de santé Océan Indien (ARS OI) de mener une campagne de rattrapage vaccinal à destination des enfants de moins de 6 ans.

Méthode

L’ARS OI a effectué une demande d’appui auprès de SpF pour la mise en oeuvre d’un dispositif de rattrapage vaccinal au bénéfice de la population d’enfants de moins de 6 ans à Mayotte. Les trois vaccins retenus comme prioritaires pour ce rattrapage étaient l’hexavalent (diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Haemophilus influenzae b (Hib), hépatite B), le ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et le pneumocoque. La campagne vaccinale s’est déroulée du 22 mai au 30 juin 2018 ; 39 centres de vaccination temporaires ont été installés successivement sur le territoire ; 110 réservistes sanitaires de SpF ont été mobilisés ; 90 000 doses de vaccins ont été acheminées vers l’île. L’objectif était de vérifier le statut vaccinal des enfants selon le calendrier vaccinal 2018 de Mayotte et de le mettre à jour pour les trois vaccins proposés. L’information de la population a été réalisée via tous les médias y compris communautaires. L’intervention a reposé sur l’implication des partenaires locaux : conseil départemental et centre hospitalier de Mayotte (CHM), élus, associations et médiateurs religieux.

Résultats

Sur les 23 955 enfants s’étant présentés dans les centres de vaccination, plus de la moitié ont nécessité un rattrapage vaccinal pour un à trois des vaccins proposés. La couverture vaccinale (CV) était insuffisante, quel que soit l’âge des enfants. Elle atteignait des taux inquiétants chez les moins de 2 ans (plus de 80% des enfants non à jour). Les taux de CV pour les premiers rappels étaient insuffisants pour tous les antigènes chez les 15 mois et plus : 76% pour le DTPC, 70% pour Hib, 77% pour l’hépatite B et moins de 50% pour le pneumocoque. Seuls 70% des enfants de 24 mois et plus avaient reçu les deux doses de ROR. La vaccination contre le BCG, majoritairement administrée au CHM à la naissance, était la seule à montrer des résultats satisfaisants : 89% des enfants avaient reçu une dose.

Conclusion

En 2019, malgré les rattrapages vaccinaux effectués pendant cette campagne, le risque lié aux maladies à prévention vaccinale persiste et le réarmement fonctionnel de la PMI de Mayotte demeure un enjeu majeur de santé publique.

Rapport  [pdf - 2,81 Mo]

Mots-clés :

évaluation, vaccination, rattrapage, campagne, enfants, Mayotte

SUMMARY

Background

In 2017, in response to the alert issued by Santé publique France (SpF) on the epidemic threat posed to the island of Mayotte due to the failure of maternal and child health services (MCHS), the Director General of the agency commissioned the Indian Ocean Health Agency (ARS IO) to conduct a vaccination catch-up campaign for children under 6 years old.

Method

The ARS OI has requested support from SpF for the implementation of a vaccination catch-up operation for the population of children under 6 years of age in Mayotte. The three vaccines identified as priorities for this catch-up were hexavalent (diphtheria, tetanus, whooping cough, poliomyelitis, Haemophilus influenzae b and hepatitis B), MMR (measles, mumps, rubella) and pneumococcus. The vaccination campaign ran from 22 May to 30 June 2018; 39 temporary vaccination centers were installed successively in the territory; 110 SpF health reservists were mobilized; 90,000 doses of vaccine were transported to the island. The objective was to check the immunization status of children according to the Mayotte 2018 vaccination schedule and to update it for the three vaccines proposed.
The information of the population was carried out via all media including in the community. The intervention was based on the involvement of local partners: Departmental Council, Mayotte Hospital Center (MHC), elected officials, associations and religious mediators.

Results

Of the 23,955 children who attended vaccination centers, more than half required a catch-up vaccination for one to three of the proposed vaccines. Vaccination coverage (VC) was inadequate, regardless of the children’s age. It reached worrying rates in children under 2 years of age (more than 80% of children not up to date). The VC rates for the first boosters were insufficient for all antigens in 15 months and older: 76% for DTPC, 70% for Hib, 77% for hepatitis B and less than 50% for pneumococcus. Only 70% of children aged 24 months and over received two doses of MMR.
Vaccination against BCG, mainly administered at the MHC at birth, was the only one to show satisfactory results: 89% of the children had received a dose.

Conclusion

In 2019, despite the vaccine catch-up carried out during this campaign, the risk linked to vaccinepreventable diseases persists and the functional rearmament of the MCHS of Mayotte constitutes a major public health issue.

Keywords :

evaluation, vaccination, catch-up, campaign, children, Mayotte

Haut de page