Fermer



Publications et outils

Publié le 17/10/2018

Travail et santé

Document technique pour la construction de la matrice culture exposition de la Banane dessert aux Antilles

Projet Matphyto DOM

Auteur(s) : Gentil C, Spinosi J, Cahour L, Chaperon L, El Yamani M.
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0483-8
Citation suggérée : Gentil C, Spinosi J, Cahour L, Chaperon L, El Yamani M. Document technique pour la construction de la matrice culture exposition de la Banane dessert aux Antilles. Projet Matphyto DOM. Saint-Maurice : Santé Publique France, 2018, 44 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

La direction santé travail de Santé Publique France a mis en place le projet Matphyto, qui développe une méthode pour l’évaluation rétrospective des expositions professionnelles aux produits phytopharmaceutiques en agriculture consistant à réaliser des matrices culturesexpositions (MCE) (Spinosi, 2008). Ces MCE sont des bases de données qui, à partir d’une culture ou d’un groupe de cultures, donnent des indicateurs d’exposition pour les différents types de pesticides concernés. Chaque MCE liste de manière historisée les familles chimiques et/ou substances actives (SA) utilisées, sur les 50 dernières années, accompagnées de 3 indicateurs d’exposition : une probabilité, une fréquence et une intensité d’utilisation. Développé initialement en métropole, Matphyto est aujourd’hui mis en oeuvre dans trois DOM et notamment en Guadeloupe et en Martinique (Gentil, 2015). La culture bananière, du fait de son poids socio-économique a fait l’objet de la première MCE Matphyto développée aux Antilles.

Ce guide technique décrit la MCE banane qui concerne exclusivement les bananes dessert d’exportation des Antilles françaises (Guadeloupe et Martinique). Il présente les spécificités agricoles de la production bananière aux Antilles et les pratiques phytopharmaceutiques associées. Les résultats montrent que 62 substances actives réparties dans 29 familles chimiques ont été appliquées en production bananière aux Antilles de 1960 à 2015. Les fongicides sont utilisés par 100 % des planteurs de bananes depuis les années 1970, avec une fréquence moyenne au cours du temps de l’ordre de 8 traitements par an. Les 6 SA fongicides les plus utilisées (100 % d’utilisation au moins sur une période depuis les 40 dernières années) appartiennent aux familles chimiques des triazoles (difénoconazole, flusilazole et propiconazole), des benzimidazoles (bénomyl), des imidazoles (imazalil) et des morpholines (tridémorphe). Les herbicides sont également largement utilisés par près de 95 % des planteurs depuis les années 1970, avec une fréquence moyenne au cours du temps de l’ordre de 5 traitements par an. Les 5 SA herbicides les plus utilisées (entre 70% et 90 % d’utilisation au moins sur une période depuis les 40 dernières années) appartiennent aux familles chimiques des aminophosphinates (glufosinate d’ammonium), des aminophospho-nates (glyphosate), des ammoniums quaternaires (diquat et paraquat) et des triazines (amétryne). Les insecticides ont été utilisés par plus de 90 % des planteurs entre les années 1960 et 1990. Leurs usages ont ensuite régulièrement diminué, concernant environ 50 % des exploitants. Les fréquences de traitement sont très changeantes au cours du temps avec près de 4 traitements dans les années 1970 et moins de 0,5 traitement en 2015. Les 8 SA les plus utilisées (entre 50 % et 90 % d’utilisation au moins sur une période depuis les 40 dernières années) appartiennent aux familles chimiques des organophosphorés (ethoprophos, fosthiazate, isazophos et phénamiphos), des organochlorés (chlordécone, HCH et dibromochloropropane) et des carbamates (oxamyl).

La matrice culture exposition de la banane dessert aux Antilles présentée dans ce document technique a été utilisée pour des travaux ayant donné lieu à la publication d’une synthèse et d’un rapport (Spinosi, 2018 ; Gentil, 2018).

Rapport  [pdf - 1,37 Mo]

Mots-clés :

exposition, pesticides, banane, matphyto, agriculteurs

SUMMARY

Retrospective pesticides exposure assessment in banana crops by using cropexposure matrices: the Matphyto program in the French West Indies – Technical guide

Matphyto DOM Project

The health and Work Department of The French national public health agency has set up the Matphyto program which develops a method for retrospective evaluation of occupational exposures to plan protection products in agriculture, using Crop Exposure Matrices (CEMs) (Spinosi, 2008). CEMs have been created in response to a lack of historic data on the use of pesticides on French crop production. CEMs are databases that assess exposure to pesticides used on different crops since the 1960s. Three exposure indicators for each active substance and chemical family are defined for each period and each geographical area: a probability, a frequency and an intensity of use. To cover exhaustively the French territory and within the framework of Ecophyto plan, CEMs were extended to French overseas departments; in particular in Guadeloupe and Martinique. The banana production, due to its socioeconomic weight, is the first CEM developed in the French West Indies.

This technical guide describe the CEM banana with concerned only the dessert bananas exported from Guadeloupe and Martinique. Plan protection and agricultural practices for banana production is presented. The results show that 62 actives substances in 29 chemical families were spread on banana production between 1960 and 2015. Fungicides are used by 100% of banana growers since 1970, with an average frequency over time of about 8 treatments per year. The 6 most used fungicides (100% used at least over a period of 40 years) belong to the chemical families of triazole (difenoconazole, flusilazole, propiconazole), benzimidazole (benomyl), imidazole (imazalil) and morpholin (tridemorph). Herbicides are also widely used by nearly 95% of growers since the 1970s, with an average frequency over time of about 5 treatments per year. The 5 most used herbicides (between 70 % and 90% used at least over a period of 40 years) belong to the chemical families of aminophosphinate (glufosinate), aminophosphonate (glyphosate), quaternary ammonium (diquat, paraquat) and triazine (ametryn). Insecticides were used by over 90% of growers between 1960 and 1990. Their uses declined continuously, involving only 50% of growers. Treatment frequencies are very variable over time with almost 4 treatments in the 1970s and less than 0,5 treatments in 2015. The 8 most used insecticides (between 50 % and 90% of used at least one period over a period of 40 years) belong to the chemical families of organophosphorus (ethoprophos, fosthiazate, isazofos, fenamiphos), organochlorus (chlordecone, HCH, DBCP) and carbamate (oxamyl).

Keywords :

exposure, pesticides, banana, matphyto, farmers

Haut de page