Fermer



Publications et outils

Publié le 21/12/2018

Travail et santé

Prévalences de l’exposition des viticulteurs aux pesticides arsenicaux entre 1979 et 2001

Projet Matphyto

Auteur(s) : Chaperon L, Spinosi J, Jezewski-Serra D, El Yamani M.
Editeur(s) : Santé publique France
ISBN NET : 979-10-289-0465-4
Citation suggérée : Prévalences de l’exposition des viticulteurs aux pesticides arsenicaux entre 1979 et 2001 – Projet Matphyto. Saint-Maurice : Santé publique France, 2018. 28 p.
Publication non disponible au format papier

RÉSUMÉ :

L’évaluation rétrospective des expositions aux pesticides des travailleurs agricoles est une démarche nécessaire pour comprendre et établir des liens entre leurs activités tout le long de leur carrière et de potentielles pathologies graves telles les cancers ou les maladies neurodégénératives. Les outils fiables soutenus par une méthodologie précise et structurée sont peu nombreux.

L’arsenic inorganique est considéré comme un cancérogène avéré pour l’homme par le Circ (Centre international de recherche sur le cancer) et au niveau de l’union européenne ; les principaux dérivés arsenicaux inorganiques utilisés en agriculture sont l’arséniate de plomb, l’arséniate de calcium et l’arsénite de soude. Ils ont une action fongicide et insecticide. L’arsénite de sodium a été particulièrement utilisé sur la vigne dans les traitements contre les maladies du bois.

À travers la construction d’une matrice cultures expositions (MCE) vigne-pesticides arsenicaux, nous avons évalué l’utilisation des dérivés arsenicaux en viticulture en France métropolitaine et déterminé une prévalence d’usage de ceux-ci de 1945 à 2001, date de leur interdiction. Cette prévalence d’usage a permis une estimation de la prévalence d’exposition aux pesticides arsenicaux qui varie de 20 à 35% en viticulture pour les personnes présentes au sein des exploitations professionnelles de la vigne. Le croisement de cette MCE avec les recensements agricoles (RA) de 1979, 1988 et 2000 fournit un nombre d’exposés aux pesticides arsenicaux parmi les travailleurs viticoles pour chaque année du recensement, ainsi qu’un descriptif (âge, sexe, temps de travail etc.) de cette population.

Nos travaux permettent d’estimer, que sur les périodes considérées, entre 60 000 et 100 000 personnes ont travaillé sur des exploitations agricoles utilisant des pesticides arsenicaux pour le traitement de la vigne. Ces personnes travaillaient dans des exploitations viticoles ayant utilisé, d’après la MCE vigne-pesticides arsenicaux, près de 15 kg d’arsenic en 1979, 18,4 kg en 1988 et 26,8 kg en 2000. Ces chiffres sont des quantités moyennes d’arsenic utilisées par exploitation et il est important de noter que l’augmentation de ces quantités n’est pas due à une augmentation de la dose par hectare mais à une surface moyenne de vigne par exploitation qui augmente : 4,2 ha en 1979, 5,3 ha en 1988 et 7,6 ha en 2000.

À notre connaissance, il s’agit du premier travail fournissant des prévalences d’exposition aux pesticides arsenicaux et un descriptif des populations exposées, issus du croisement d’une MCE de dimension nationale avec les données du RA. De telles données permettent la mise en place d’une prévention secondaire et tertiaire ciblée sur la population identifiée, notamment pour éviter le développement ou l'aggravation de certains cancers induits par les dérivés arsenicaux et agir à un stade le plus précoce possible.

Rapport  [pdf - 1,37 Mo]

Mots-clés :

pesticides, exposition professionnelle, agriculture

SUMMARY

Retrospective assessment of exposures to pesticides of agricultural workers is a necessary step to understand and establish links between their past professional activities and potential serious pathologies such cancers or neurodegenerative diseases. There are few reliable tools with a precise and structured methodology.

Inorganic arsenic is considered to be carcinogenic to humans by Iarc (International Agency for Research on Cancer) and by the European Union. The main inorganic arsenic compounds used in agriculture are the lead arsenate, calcium arsenate and sodium arsenite. They have fungicide and insecticide properties. The sodium arsenite was particularly used on grapevines in treatments against diseases of wood.

From the construction of a crop-exposure matrix (CEM), we assessed the use of arsenic derivatives in viticulture in metropolitan France. We determined their prevalence of use from 1945 to 2001, when they were banned. The prevalence of exposure to arsenical pesticides were estimated thanks to this prevalence of use and varies from 20 to 35% in viticulture for people present within professional wine-producing holdings. Crossing this CEM with agricultural censuses (AC) of 1979, 1988 and 2000 provides a number of people exposed to arsenical pesticides among wine workers for each year of the census, as well as a description (age, sex, work time etc.) of this population.

Our work allows to estimate, for these periods, that there were between 60 000 and 100,000 people worked on farms using arsenical pesticides for the treatment of the vines. According to the arsenical pesticides viticulture CEM, these professional wine-producing holdings used about 15.0 kg of arsenic in 1979, 18.4 kg in 1988 and 26.8 kg in 2000. They are average amounts of arsenic used by farm. It is important to note that the increase of these quantities is not explained by an increase in the dose per hectare, but by an average area under vines per farms that increases: 4.2 ha in 1979, 5.3 ha in 1988 and 7.6 ha in 2000.

To the best of our knowledge, it is the first study providing the prevalences of arsenical pesticides exposure and a description of the exposed population from the crossing of a national CEM with the data of the AC. These results allow the implementation of a secondary and tertiary prevention targeted on this population, in order to avoid the development or worsening of certain cancers induced by arsenic compounds and act at the earliest possible stage.

Haut de page