Fermer



Auvergne-Rhône-Alpes

Publié le 03/06/2011 - Dernière mise à jour le 07/09/2017

Actualités / Publications

Bulletin de veille sanitaire

Le dernier numéro : n°1 - Mai 2016 - Enquête 2015 sur la surveillance et la gestion des cas groupés d'Infections Respiratoires Aiguës (IRA) et Gastro-Entérites Aigues (GEA) en Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Rhône-Alpes

Sommaire

  • Introduction
  • Le dispositif de signalement et de surveillance des cas groupés d'IRA et de GEA en collectivités de personnes âgées
  • Bilan de la surveillance des IRA et des GEA en Ehpad, saison 2014-2015
  • Enquête auprès des Ehpad, sur le dispositif de surveillance et de gestion des cas groupés d'IRA et de GEA
  • Références

Point épidémiologique

Le dernier point : Bilan de la vague de chaleur du 31 juillet au 8 août 2017 en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Après les 2 vagues de chaleur du début d’été (juin-juillet 2017), une troisième vague de chaleur déclenchant les niveaux de vigilance jaune et orange mentionnés dans le Plan National Canicule (PNC) a concerné les régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), Corse, Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes en France entre le 31 juillet et le 8 août 2017. Cette vague de chaleur a touché la région Auvergne-Rhône-Alpes du 31 juillet au 6 août, avec :

  • Un épisode caniculaire, dans quatre départements de la région (Ardèche, Drôme, Isère, Rhône),
  • Un nombre observé de décès (toutes causes confondues) qui a augmenté tout en restant dans les variations habituellement observées pour la population générale (tous âges). Quelle que soit la classe d’âge, aucun excès significatif n’a été observé.
  • Un impact modeste sur le recours aux soins pour pathologies en lien avec la chaleur :
    - 154 passages aux urgences majoritairement chez les personnes âgées de 75 ans et les 15-64 ans ; 70% des passages ont été suivis d’une hospitalisation (79% pour les 75 ans et plus)
    - 34 consultations SOS Médecins également majoritairement chez les personnes âgées de 75 ans et plus et chez les 15-64 ans.

Rapport et synthèse

Le dernier rapport :

Mouly D, Jusot JF, Bérat B, Goria S, Stempfelet M, Beaudeau P. Étude de la relation entre l'exposition chronique à l'arsenic hydrique d’origine naturelle et la survenue de cancers en Auvergne. Rapport d'étude. Saint-Maurice: Institut de veille sanitaire; 2011. 75 p.

L’arsenic inorganique a été classé comme cancérigène pour l’homme (groupe 1) par le Centre international de recherche sur le cancer. L'Auvergne est une région géologiquement favorable à la présence d'arsenic hydrique. En 2001, plus de 140 000 personnes étaient desservies par des réseaux d’eau dont la teneur en arsenic était supérieure à 10 μg.L-1 (limite de qualité en vigueur depuis 2003). L’objectif de cette étude était de rechercher une association entre la survenue de certains cancers et l'exposition chronique à l'arsenic hydrique à faibles doses. Il s’agit d’une étude de corrélation écologique réalisée dans la population résidant dans trois départements de la région Auvergne. Les indicateurs d'exposition et sanitaires ont été recueillis au niveau de la commune. Les localisations cancéreuses sélectionnées étaient le mélanome cutané, le cancer du rein, le cancer de la vessie et des voies excrétrices, le cancer du poumon. Une relation entre survenue de cancer et exposition à l'arsenic hydrique a été recherchée par une analyse spatiale faisant appel à un modèle de régression de Poisson. [...]

Auvergne-Rhône-Alpes

Haut de page