BEHWeb, l'actualité de l'épidémie en ligne Accueil Institut de veille sanitaire BEHWeb, l'actualité de l'épidémie en ligne

N° 3 • 10 décembre 2009

Grippe A(H1N1)2009 : le point
après six mois

Coordination scientifique : Jean-Claude Desenclos et Hélène Therre, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France

Estimations de l’incidence des consultations liées à la grippe
A(H1N1)2009 en médecine de ville en France métropolitaine : méthodes, avantages et limites

Estimated incidence of visits to private practitioners associated to A(H1N1)2009 influenza in mainland France: methods, benefits and limits
Date de soumission : 29/10/2009 Date of submission : 10/29/2009
  • Pages
  • 1
  • 2
  • 3
  • Grossir les carracteres
  • Réduire les carracteres
  • Imprimer la page

Introduction

En France métropolitaine, les premiers cas de grippe A(H1N1)2009 ont été identifiés dès le mois de mai 2009 [1] et les premiers cas groupés en juin 2009. Au cours de l’été, le virus grippal A(H1N1)2009 a été détecté de plus en plus fréquemment en France métropolitaine, conduisant à adapter les systèmes de surveillance [2]. En juillet 2009, le réseau Sentinelles a mis en évidence un excès de consultations pour grippe clinique en comparaison avec les données historiques [3]. En vue d’évaluer le poids de la grippe A(H1N1)2009 en médecine de ville, des estimations hebdomadaires du nombre de consultations liées à la grippe A(H1N1)2009 sont produites en France métropolitaine à partir des données de deux réseaux de surveillance de la grippe en médecine libérale : le réseau Sentinelles et le Réseau des Grog (Groupes régionaux d’observation de la grippe). Cet article présente les deux approches utilisées ainsi que leurs avantages et limites respectifs.

Approche 1 : estimation à partir des données du réseau Sentinelles

Données produites

Le réseau Sentinelles (http://www.sentiweb.fr) est composé de médecins généralistes qui transmettent chaque semaine, tout au long de l’année, le nombre de patients vus dans leur patientèle présentant une grippe clinique ainsi que les principales caractéristiques de ces patients. La définition de cas d’une grippe clinique est une fièvre supérieure à 39°C d’apparition brutale, accompagnée de myalgies et signes respiratoires. Le réseau fournit une estimation hebdomadaire du nombre de patients avec grippe clinique vus par les médecins généralistes sentinelles avec un intervalle de confiance à 95%. Elle peut être exprimée en incidence (nombre brut de consultations en France) ou en taux d’incidence (nombre de consultations pour grippe clinique pour 100 000 habitants). Cette estimation hebdomadaire permet de suivre la dynamique de l’épidémie et de comparer l’épidémie avec celles des années antérieures. L’application du modèle de régression périodique de Serfling aux données historiques du réseau Sentinelles permet d’estimer l’incidence attendue en l’absence de circulation de virus grippaux. Le seuil épidémique pour chaque semaine est la borne supérieure de l’intervalle de prédiction à 90% de l’incidence attendue. Une épidémie grippale est déclarée par le réseau chaque année lorsque l’incidence des consultations pour grippes cliniques dépasse ce seuil deux semaines consécutives [4].

Calcul de l’excès de consultations hebdomadaires
pour grippe A(H1N1)2009

Une augmentation de consultations pour grippe clinique a été observée durant l’été 2009, période au cours de laquelle les virus grippaux ne circulent habituellement pas, tout en restant inférieure au seuil épidémique. La méthode de Serfling est en effet peu adaptée à la détection d’épidémies l’été : l’intervalle de prédiction est de largeur fixe, assez large pour englober les variations hivernales de l’incidence des cas non grippaux. Or une épidémie d’été commence par moins de cas, nécessitant une méthode de détection plus sensible.
Ainsi, afin de quantifier cet excès estival de consultation, une nouvelle méthode d’estimation a été adaptée par le réseau Sentinelles [3]. Le principe de cette méthode a déjà été validé dans le passé par le CDC (Centers for Disease Control and Prevention, États-Unis) notamment [5]. Sur la base de ses données historiques de surveillance de la grippe entre 1985 et 2008, le réseau Sentinelles a estimé, pour chaque semaine depuis juillet 2009, le nombre attendu de consultations pour grippe clinique en l’absence d’émergence du virus A(H1N1)2009. Ces estimations correspondent à la moyenne des incidences observées, durant ces 24 années, la semaine équivalente et les deux semaines adjacentes. Cette moyenne est assortie d’un intervalle entre le 5ème et le 95ème percentile.
L’excès hebdomadaire de consultations pour grippe clinique est calculé par la différence entre le nombre estimé de consultations pour grippe clinique et le nombre attendu. Cet excès est avéré si l’incidence de la semaine en cours d’observation dépasse la borne supérieure de l’intervalle. En l’absence de circulation significative d’autres pathogènes respiratoires induisant une grippe clinique, l’excès de consultations pour grippe clinique peut être considéré comme reflétant l’augmentation du recours aux soins liée au virus A(H1N1)2009.
Étant donné qu’il est attendu que le virus A(H1N1)2009 vienne se substituer en partie au moins aux virus grippaux saisonniers, cette méthode d’estimation ne peut être appliquée que si les moyennes historiques n’incluent pas les grippes cliniques dues à la grippe saisonnière. Cette méthode est donc abandonnée pour la méthode de Serfling à l’approche de la saison grippale.

À compter de la semaine 38 (semaine du 14 au 20 septembre 2009), une activité épidémique de consultations pour grippe clinique a été observée et la valeur du Serfling a été utilisée comme niveau de base. L’excès de consultations a été estimé comme la différence entre l’incidence observée et la valeur estimée pour le Serfling la même semaine.

  • Sophie Vaux1
  • Camille Pelat2
  • Jean Marie Cohen3
  • Yann Le Strat1
  • Anne Mosnier3
  • Clément Turbelin2
  • Isabelle Bonmarin1
  • Thierry Blanchon2
  • Isabelle Daviaud3
  • Martine Valette4
  • Vincent Enouf5
  • Daniel Levy Bruhl1
  • Christine Saura1

1/ Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France
2/ Réseau Sentinelles, Inserm UPMC UMR S 707, Paris, France
3/ Réseau des Grog, Paris, France
4/ Centre national de référence des virus influenzae région Sud, Lyon Bron, France
5/ Centre national de référence des virus influenzae région Nord, Paris, France

RÉFÉRENCES

[1] Vaux S, Bonmarin I, Enouf V, Valette M, Van der Werf S, Lina B, et al. Cas d’infection par le nouveau virus de la grippe A(H1N1)v en France, situation au 5 juin 2009. BEHWeb 2009(1). Disponible en ligne : www.invs.sante.fr/behweb/2009/01/r-4.htm

"" [2] Influenza A(H1N1)v investigation teams. Modified surveillance of influenza A(H1N1)v virus infections in France. Euro Surveill. 2009;14(29):pii=19276.

"" [3] Turbelin C, Pelat C, Boëlle PY, Lévy-Bruhl D, Carrat F, Blanchon T, et al. Early estimates of 2009 pandemic influenza A(H1N1) virus activity in general practice in France: incidence of influenza-like illness and age distribution of reported cases. Euro Surveill. 2009;14(39):pii=19341.

"" [4] Costagliola D, Flahault A, Galinec D, Garnerin P, Menares J, Valleron AJ. A routine tool for detection and assessment of epidemics of influenza-like syndromes in France. Am J Public Health. 1991;81(1):97-9.

"" [5] Stroup DF, Williamson GD, Herndon JL, Karon JM. Detection of aberrations in the occurrence of notifiable diseases surveillance data. Stat Med.1989:8(3):323-9;
discussion 31-2.

 

  • Pages
  • 1
  • 2
  • 3
  • Grossir les carracteres
  • Réduire les carracteres
  • Imprimer la page