Fermer



C

Publié le 12/09/2011 - Dernière mise à jour le 12/09/2011

Chrome (Cr)

Foire aux questions

Qu'est-ce que le chrome ?

Le chrome est un élément naturel que l’on trouve dans les roches, le sol, la poussière et les gaz volcaniques, lors de productions industrielles et dans le règne animal. Le chrome est présent dans l’environnement sous différentes formes chimiques.

Quelles sont les utilisations du chrome ?

Le chrome sous forme métallique est un métal dur, de couleur gris-argenté qui résiste à la corrosion. Il est utilisé comme constituant d’alliage (par exemple dans l’acier inoxydable). Le chrome est employé pour recouvrir des pièces et les protéger de la corrosion (chromage). Divers dérivés du chrome sont aussi utilisés comme colorants et pigments, pour le tannage des peaux, dans l’industrie textile et la préservation du bois.

Que devient le chrome dans l'environnement ?

L’exposition au chrome peut se produire via l’air, l’eau, l’alimentation et la fumée de cigarette. Il ne reste pas habituellement dans l'atmosphère, mais se dépose sur les sols et dans l'eau. Le chrome est naturellement présent dans le sol à des concentrations très variables. La concentration de chrome dans les eaux de surface et souterraines est généralement faible (inférieure à 10 microgrammes par litre).

Comment puis-je être exposé au chrome ?

Le chrome est partout dans notre environnement moderne : de nombreux objets de la vie courante en contiennent. Les contacts cutanés sont donc fréquents.
Dans la population générale, le chrome absorbé provient principalement de l’alimentation. Les aliments les plus riches en chrome sont par ordre décroissant le chocolat, les céréales et produits céréaliers, les fromages, les abats (foie, rognons) et la charcuterie, les sucres et dérivés, les condiments. Le pain, les biscottes, les boissons non alcoolisées et les plats préparés ont été identifiés comme les sources les plus importantes de l’exposition alimentaire des populations. On en retrouve également dans les fruits de mer. Il semble que l’agriculture intensive et le raffinage (du sucre par exemple) réduisent la teneur en chrome des aliments. Les ustensiles de cuisine peuvent contribuer largement à l’apport.
Dans certaines conditions, les prothèses chirurgicales sont susceptibles de libérer des métaux qui les constituent et d’augmenter, en conséquence, les concentrations de ceux-ci, en particulier celles du chrome, dans les liquides et tissus biologiques.

Comment le chrome pénètre-t-il dans mon organisme et que devient-il ?

L’absorption des dérivés du chrome dépend de divers critères, dont la forme chimique et la voie d’exposition. L’absorption digestive du chrome est faible. Une certaine forme de chrome (les dérivés hexavalents) est absorbée à travers la peau et ce passage est augmenté du fait des lésions induites par ces composés corrosifs.
Le chrome est distribué dans tous les tissus. Les concentrations les plus élevées sont mesurées dans le foie, les reins. L'excrétion du chrome est principalement urinaire.

Comment le chrome peut-il affecter ma santé ?

Le chrome, sous une certaine forme chimique, joue un rôle essentiel pour l’organisme, alors que sous une autre forme (hexavalente), il est connu pour son caractère cancérigène (classé cancérigène certain par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), exposant en particulier au risque de cancer du poumon à fortes doses (milieu professionnel).
En tant qu’oligo-élément, le chrome est surtout connu pour son rôle dans le métabolisme des glucides, des protéines ainsi que des lipides.
Les pathologies non cancéreuses liées à l’exposition prolongée au chrome sont essentiellement cutanées et respiratoires.
Lors d’une exposition cutanée, il est fréquemment responsable d’eczéma de contact. Le ciment est souvent à l’origine d’une allergie au chrome.
Lors d’une exposition aérienne, il peut causer une irritation nasale ainsi que des maladies respiratoires chroniques (asthme, pharyngite, laryngite ou bronchite chronique).
Lors d’une forte exposition orale, les principaux effets observés chez les animaux et chez l’homme sont une irritation digestive et une atteinte rénale.
Le Circ et les experts de l'Union européenne considèrent que les dérivés hexavalents du chrome, quand ils sont inhalés, sont des substances certainement cancérogènes pour l’homme.

Existe-t-il un dosage biologique pour savoir si je suis exposé au chrome ?

Le chrome peut être dosé dans le sang et l'urine. La concentration urinaire de chrome est un bon indicateur de l’exposition à la forme toxique du chrome.
La présence d’une quantité mesurable de chrome dans l’urine est un indicateur d’une exposition au chrome, mais ne signifie pas nécessairement qu’il en résultera des effets nocifs sur la santé. La relation entre la concentration urinaire du chrome et le risque d’effets sur la santé n’est pas connue.

Haut de page