Fermer



N

Publié le 12/09/2011 - Dernière mise à jour le 12/09/2011

Nickel (Ni)

Foire aux questions

Qu'est-ce que le nickel ?

Le nickel est un élément abondant dans la nature. Il peut se présenter sous la forme d’un métal blanc-bleuâtre, brillant, malléable et facilement déformable ou sous la forme d’une poudre grise. C’est un bon conducteur électrique et thermique, doué de propriétés magnétiques. À température ordinaire, il n’est pratiquement pas attaqué par l’oxygène.

Quelles sont les utilisations du nickel ?

Le nickel peut être associé à d'autres métaux tels que le fer (par exemple pour former des aciers inoxydables), l’aluminium, le cuivre, le chrome, le cobalt, le molybdène et le zinc, pour former des alliages et améliorer les propriétés mécaniques et la résistance à la corrosion et à la chaleur. Les applications de ces alliages sont très diverses : ustensiles de cuisine, pièces de monnaie, boutons, mécanique automobile, aviation, agroalimentaire, plomberie, équipements ménagers, prothèses dentaires et chirurgicales, etc.
Le nickel sert de revêtement de protection pour les surfaces métalliques et est employé pour la fabrication d'aimants.
Il est utilisé pour la fabrication de batteries, de pigments (émaux, céramiques), etc.
Les ciments contiennent souvent des traces de nickel.
Dans l’Union européenne, depuis juillet 2001, la mise sur le marché ou l’importation des produits destinés à entrer au contact avec la peau tels que boucles d’oreilles, colliers, bracelets, bagues, boîtiers et fermoirs de montre, boutons à rivets, boucles, rivets, fermetures à glissière est réglementée ; elle est interdite, si la libération de nickel au contact avec la peau est supérieure à un certain seuil. Pour les articles de piercing, ce seuil est encore plus bas.

Que devient le nickel dans l'environnement ?

La concentration de nickel dans les sols est très variable : elle dépend du fond géologique et surtout de la pollution. Le nickel est un élément essentiel pour les végétaux supérieurs, mais l’excès de nickel peut induire une toxicité. Certaines espèces végétales sont connues pour accumuler fortement le nickel et sont utilisées pour la dépollution des sols.
La concentration atmosphérique est généralement faible, mais peut être bien supérieure en zone urbaine.
Dans les eaux souterraines et de surface, et dans l’eau destinée à la consommation humaine, sa concentration est généralement comprise entre 1 et 10 µg/L.

Comment puis-je être exposé au nickel ?

Dans la population générale, le nickel pénètre dans l’organisme essentiellement par l'alimentation. Les aliments les plus riches en nickel sont les végétaux (légumes et céréales) et en particulier le cacao et le chocolat, le soja, les légumes secs, les noix et les céréales ; les ustensiles de cuisine et la robinetterie participent aussi à cet apport.
On retrouve également du nickel dans divers implants métalliques (par exemple pour le traitement des fractures, pour les prothèses) et dans le tabac.
Le nickel est présent partout dans notre environnement ; sa présence dans de très nombreux objets de la vie courante le rend très difficile à éviter pour les personnes allergiques.

Comment le nickel pénètre-t-il dans mon organisme et que devient-il ?

Le nickel est faiblement absorbé quelle que soit la voie d'introduction dans l'organisme.
Après absorption, il se distribue dans tout l’organisme. Les concentrations les plus élevées sont mesurées au niveau des reins et du foie (ainsi que dans les poumons, en cas d’inhalation). Il passe la barrière placentaire.
Le nickel est éliminé dans les urines assez rapidement. En cas d’ingestion, la plus grande partie du nickel est éliminée par les selles.

Comment le nickel peut-il affecter ma santé ?

Le rôle physiologique du nickel chez l’homme est mal connu, mais il est possible qu’il joue un rôle dans le métabolisme des glucides et dans le cycle du fer.
L’exposition répétée aux fumées de nickel produit une irritation des voies respiratoires. Des rhinites et des asthmes allergiques ont été rapportés chez des travailleurs exposés au nickel ou à ses dérivés.
Les allergies cutanées au nickel sont très fréquentes dans la population générale et chez les ouvriers exposés. Il s’agit généralement d’eczéma de contact (plus rarement d’urticaire). En Europe, on estime qu’environ 10 % des femmes et 1 à 2 % des hommes sont sensibilisés (susceptibles de développer une allergie) au nickel. Environ 10 % des eczémas des mains sont des eczémas au nickel. Chez les hommes, les eczémas au nickel sont habituellement professionnels ; chez les femmes, ce sont les contacts cutanés répétés avec des bijoux fantaisie, des boutons ou des parties métalliques d’accessoires vestimentaires qui sont les causes les plus fréquentes d'allergie.
Des atteintes rénales ont été rapportées chez des travailleurs exposés au nickel.
Chez l’homme, il n’existe pas de donnée permettant d’évaluer les effets sur la fertilité ou le développement fœtal des composés du nickel, bien que de tels effets aient été observés chez la souris.
Des cancers broncho-pulmonaires, des fosses nasales et des sinus ont été observés chez les travailleurs exposés au nickel, dans divers secteurs d’activité, et l’exposition au nickel est inscrite à ce titre dans le tableau des maladies professionnelles. Les dérivés inorganiques du nickel sont classés cancérigènes certains (cat 1) par le Centre international de recherche sur le cancer . Le nickel métallique est quant à lui classé possiblement cancérigène (cat 2B).

Existe-t-il un dosage biologique pour savoir si je suis exposé au nickel ?

Les concentrations sanguines et urinaires de nickel sont les témoins de l'exposition récente.
En revanche, leur relation avec le risque d’effets sur la santé n’est pas connue. La présence d’une quantité mesurable de nickel dans le sang ou l’urine est un indicateur d’une exposition au nickel, mais ne signifie pas nécessairement qu’il en résultera des effets nocifs sur la santé.

Haut de page