Fermer



V

Publié le 12/09/2011 - Dernière mise à jour le 12/09/2011

Vanadium (V)

Foire aux questions

Qu'est-ce que le vanadium ?

Le vanadium est un composé qu'on trouve dans la nature dans divers minerais, où il est associé à d’autres métaux, ainsi que dans le charbon et le pétrole.

Quelles sont les utilisations du vanadium ?

Lors d’activités humaines, on le trouve également sous forme de déchets ou produits de fabrications industrielles dans la métallurgie (alliages de métaux, dont l’acier), la pétrochimie, dans les bitumes, l’asphalte, les goudrons, les suies et les cendres des centrales thermiques. Le métal est employé dans l’industrie nucléaire (absorption des rayons X).
Il est aussi utilisé dans l’industrie chimique, dans les pots d’échappement catalytique de véhicules à moteur, dans les lampes à mercure, dans l’industrie électrique et électronique ; il est également présent dans des peintures, des laques, des vernis, des encres, des teintures et dans la céramique.

Que devient le vanadium dans l'environnement ?

On le retrouve dans les différents compartiments de l'environnement, principalement en raison de sources naturelles ou par la combustion de charbon et de pétrole. La concentration du vanadium dans le sol peut être beaucoup plus importante, en cas de pollution par des cendres ou des suies.
Les concentrations atmosphériques sont habituellement plus faibles en zone rurale qu'en zone urbaine. Par ailleurs, la concentration de vanadium peut être plus élevée dans les régions volcaniques. La concentration du métal dans les eaux de surface est généralement faible, mais elle peut être beaucoup plus élevée dans les régions volcaniques.

Comment puis-je être exposé au vanadium ?

L’alimentation est la principale source d’exposition de la population générale. L’eau de boisson constitue une source de vanadium moins importante pour la population générale que les aliments solides.
La plupart des aliments présentent de faibles concentrations de vanadium. On peut retrouver du vanadium dans les végétaux, les céréales et les produits animaux. En général, les produits de la mer, notamment les coquillages et crustacés, présentent des concentrations supérieures à celles des animaux terrestres ; cependant des niveaux relativement élevés sont possibles dans les abats, en particulier le foie.
La consommation de suppléments vitaminiques et de minéraux contenant du vanadium peut conduire à un apport supérieur à celui de l’alimentation et de l’eau de consommation. Des suppléments à base de vanadium sont utilisés chez les diabétiques et certains athlètes.
La fumée de tabac contient du vanadium.
L'air atmosphérique contient du vanadium sous forme de poussières provenant de l'écorce terrestre, mais aussi de la combustion du charbon et du mazout. L’exposition de la population générale peut provenir de la pollution de l’air au voisinage des centrales électrothermiques.
Les expositions professionnelles les plus fortes sont observées lors des opérations de maintenance des chaudières, des citernes des raffineries de pétrole et des navires, et lors des travaux de fumisterie et chaudronnerie.

Comment le vanadium pénètre-t-il dans mon organisme et que devient-il ?

L'absorption digestive de vanadium est faible (moins d’1 %). L’absorption respiratoire de poussières a été estimée à 25 %. La voie cutanée est une voie mineure d’absorption.
Après absorption, il est distribué dans tous les tissus et s’accumule notamment dans les reins, le foie, les poumons et les os. Le rein semble constituer le principal organe de stockage. Le passage à travers le placenta semble faible, mais le vanadium s'y accumule.
L'excrétion est principalement urinaire.

Comment le vanadium peut-il affecter ma santé ?

Le caractère d'oligo-élément essentiel du vanadium n'est pas encore formellement démontré. Il pourrait cependant jouer un rôle dans le métabolisme des glucides.
En ce qui concerne ses effets toxiques, le vanadium est essentiellement un irritant pulmonaire et oculaire. Il peut également provoquer des troubles digestifs.
L’exposition répétée aux dérivés du vanadium peut être responsable de rhinite, de pharyngite, de laryngite, de bronchite chronique, d’irritation cutanée et d’une coloration vert sombre de la langue et de la peau.
Quelques cas d’eczéma de contact sont rapportés.
Chez l’animal de laboratoire exposé par voie orale, les principaux effets rapportés sont cardio-vasculaires, rénaux, sanguins, intestinaux, immunitaires et sur le développement.
Des troubles du système nerveux ont été rapportés chez les travailleurs exposés au vanadium.
Le Centre international de recherche sur le cancer considère que le pentoxyde de vanadium est possiblement cancérogène pour l’homme (2B).

Existe-t-il un dosage biologique pour savoir si je suis exposé au vanadium ?

Le vanadium peut être dosé dans les urines et le sang.
Ces dosages ne sont pas faits en routine, c'est-à-dire qu'ils doivent être effectués dans un laboratoire spécialisé.
Les corrélations entre les concentrations sanguines et urinaires de vanadium d’une part l’exposition externe ou les effets sur la santé d’autre part, ne sont pas bien connues.
La présence d’une quantité mesurable de vanadium dans l’urine est un indicateur d’une exposition au vanadium, mais ne signifie pas nécessairement qu’il en résultera des effets nocifs sur la santé.

Haut de page