Fermer



Biosurveillance

Publié le 30/12/2008 - Dernière mise à jour le 20/12/2016

  • photo tube
  • photo environnement
  • photo usine
  • photo laboratoires
  • photo famille
  • photo medecin patient
  • image fruits et légumes

La biosurveillance humaine permet de surveiller la présence, dans l’organisme, des substances chimiques de notre environnement ou de leurs produits de dégradation. La biosurveillance peut aussi consister à surveiller certains effets précoces des substances chimiques sur l’organisme. Les dosages peuvent être faits dans le sang, l’urine les cheveux, le lait maternel… Les substances ainsi dosées sont appelées "biomarqueurs". La biosurveillance intègre les parts respectives de tous les modes d’exposition, de toutes les sources, quelles que soient les voies d’entrée des substances dans le corps humain, quels que soient le lieu d’exposition, l’activité ou la nature des produits consommés. Elle fournit des informations aux acteurs de santé publique, médecins et scientifiques pour les aider à identifier l’existence d’une exposition à certains polluants de l’environnement, faciliter l’identification des sources d’exposition et prévenir les maladies ou symptômes pouvant provenir d’une telle exposition.

Après un bref rappel sur la biosurveillance, la définition des biomarqueurs, les étapes de la mise en œuvre d'une étude et l'interprétation des données de biosurveillance, sont présentés le contexte, les enjeux de la biosurveillance et le rôle de Santé publique France.
Un index de A à Z permet de trouver facilement les études de biosurveillance réalisées par Santé publique France, des questions-réponses concernant diverses substances chimiques et des compléments d'informations.
Les exemples d’application de la biosurveillance en santé environnementale sont nombreux. La biosurveillance permet de répondre à une question spécifique concernant une exposition à un polluant particulier ou une situation particulière (pollution par le mercure, le plomb, les dioxines rejetées par les incinérateurs, les PCB…). Elle sert également à fournir des valeurs de référence de l’exposition des Français à divers polluants, d’étudier les déterminants et de suivre les variations géographiques et temporelles de ces expositions.

Ce dossier présente les activités de biosurveillance menées ou coordonnées par Santé publique France en quatre grands volets :

  • des études réalisées au niveau local ou régional (par exemple sur l'exposition au mercure en Guyane),
  • des études nationales ciblées sur une substance chimique (par exemple : plomb, dioxines, PCB) ou sur une population particulière (ex.: exposition au plomb des enfants),
  • des études nationales portant sur plusieurs polluants (ENNS sur les métaux, pesticides et PCB et le programme national de biosurveillance constitué de l’analyse des biomarqueurs dans les études Esteban et Elfe),
  • la biosurveillance au niveau européen et international (avec ses enjeux, les expériences de biosurveillance à l'étranger et le travail d'harmonisation européenne via les projets COPHES, DEMOCOPHES et maintenant HBM4EU).

Sommaire du dossier

Haut de page