Fermer



Environnement et santé

Publié le 15/03/2017

Surveillance des intoxications au monoxyde de carbone. Bulletin au 14 mars 2017.

15/03/2017
Réseau de surveillance des intoxications au monoxyde de carbone

bandeau bulletin retro-information intoxication CO n°10

Faits marquants au 14 mars 2017

Au cours des deux dernières semaines :

  • 11 épisodes d’intoxication en lien avec un groupe électrogène ont été déclarés dont 6 en lien avec les coupures en alimentation électrique consécutives à la tempête de vents violents en Bretagne. Des outils de prévention existent pour prévenir ces intoxications  en amont de conditions météorologiques à risque de pics d’intoxication (vents violents, grands froids ou neige/verglas).

Toute personne ayant connaissance d’une intoxication au CO, suspectée ou avérée, à l’exclusion des intoxications par incendie, la signale à l’Agence régionale de santé (ARS) ou au Centre antipoison et de toxicovigilance (CAPTV) qui recueille les premières informations sur les personnes concernées et les circonstances de survenue pour déclenchement des enquêtes médico-environnementales par les services compétents.

Les signalements d'intoxication

Depuis le 1er septembre 2016,

935 signalements ont été transmis au système de surveillance, exposant 3 216 personnes dont :

  • 2 047 ont été prises en charge par un service d’urgence hospitalier,
  • 400 ont été dirigées vers un service de médecine hyperbare.

Au cours de la même période de la saison de chauffe précédente, 793 signalements avaient été rapportés, exposant 3 421 personnes au CO dont 2 015 transportées vers un service d’urgence hospitalier. Trois cent neuf personnes avaient été dirigées vers un service de médecine hyperbare.

Depuis le 1er septembre 2016, 18 personnes sont décédées d’une intoxication accidentelle au CO. Au cours de la même période de la saison de chauffe précédente, le nombre de personnes décédées était équivalent.

Au cours des deux dernières semaines,

Cinquante-et-un signalements, exposant 132 personnes dont 80 transportées vers un service d’urgence hospitalier, ont été rapportés. Au cours des mêmes semaines de l’année 2016, 56 épisodes avaient exposé 259 personnes parmi lesquelles 190 avaient été transportées vers un service d’urgence hospitalier.

Répartition hebdomadaire (depuis le 1er septembre 2015) du nombre de signalements d’intoxication par le CO, suspectée ou avérée, et du nombre de personnes exposées et transportées vers un service d’urgence hospitalier

figure1_intox_CO_140317

Les intoxications au CO en lien avec un groupe électrogène ou un brasero/barbecue

Depuis le 1er septembre 2016, 66 épisodes d’intoxication par brasero/barbecue ont été signalés au système de surveillance, exposant 252 personnes au CO dont quatre personnes sont décédées. Au cours de la même période de la saison de chauffe précédente, 46 épisodes avaient été déclarés exposant 164 personnes dont deux personnes sont décédées.

Depuis le 1er septembre 2016, 63 épisodes d’intoxication accidentelle domestique en lien avec l’utilisation inappropriée d’un groupe électrogène, c’est-à-dire en milieu clos, exposant 168 personnes, ont été signalés au système de surveillance dont deux personnes sont décédées. Entre le 1er septembre 2015 et le 12 février 2016, 54 épisodes avaient été déclarés.

Au cours des deux dernières semaines, onze épisodes dont 6 en Bretagne, et cinq en Auvergne-Rhône-Alpes ont été en lien avec un groupe électrogène, exposant 29 personnes au CO.  Ces épisodes en Bretagne sont survenus au cours de la vague de vents violents (5-6 mars 2017).

Les intoxications au CO au sein d’un établissement recevant le public (ERP)

Depuis le 1er septembre 2016, 23 épisodes d’intoxication impliquant 315 personnes sont survenus au sein d’un ERP.

Au cours des deux dernières semaines, un épisode survenu dans un restaurant en région Grand-Est a exposé six personnes aux émanations de monoxyde de carbone. La source n’a pas encore été  déterminée.

En région

Depuis le 1er septembre, plus de la moitié des signalements au CO se concentrent en :

  • Ile-de-France (18 %),
  • Hauts-de-France (15 %),
  • Grand-Est (13 %),
  • Auvergne-Rhône-Alpes (9%)
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur (8%).

Le nombre d’intoxications par rapport à la période de chauffe précédente a augmenté au sein des quatre régions : Ile-de-France (172 vs 118), Hauts-de-France (143 vs 123), Grand-Est (126 vs 107) ainsi que  Provence-Alpes-Côte d’Azur (73 vs 56) et a diminué en Auvergne-Rhône-Alpes (83 vs 98).

Au cours des deux dernières semaines, les régions Grand-Est (11), Auvergne-Rhône-Alpes (10), Bretagne (6) et Pays de la Loire ont concentré plus de la moitié du nombre d’épisodes.

Principaux déclarants

Depuis le 1er septembre 2016, les principaux déclarants ont été :

  • les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) : 51 % des signalements ;
  • les services d’urgence hospitaliers : 17 % des signalements ;
  • les services de médecine hyperbare : 7 % des signalements.

De la surveillance à la prévention

La direction générale de la santé (DGS) et Santé publique France rappellent les conseils destinés à éviter la survenue d’intoxication au CO.

Ne jamais se chauffer avec des appareils non destinés à cet usage (braseros, barbecues) :    

tout comme les groupes électrogènes, ils doivent impérativement être placés à l’extérieur des bâtiments.

Santé publique France propose différents outils pour prévenir les intoxications par groupe électrogène

Dépliant grand public

Spot radio

depliant_intox_co_140317

spot_radio_intox_co_140317

Haut de page