Fermer



Environnement et santé

Publié le 30/01/2019 - Dernière mise à jour le 13/03/2019

Bilan de la déclaration obligatoire des mésothéliomes 2012-2017

30/01/2019

Télécharger Télécharger Acrobat Reader

Bilan 2012-2017 (pdf- 355,70 Ko)

Points clés

  • 3 992 cas de mésothéliomes diagnostiqués entre 2012 et 2017 ont été notifiés jusqu’au 15 août 2018. Ces cas sont principalement localisés à la plèvre (90 %) ou au péritoine (8 %).
  • Plus de la moitié des cas ont été notifiés par un pathologiste uniquement (54 %), près d’un quart par un pathologiste et un clinicien (23 %) et près d’un quart par un clinicien uniquement (23 %).
  • Le taux d’exhaustivité de la DO mésothéliomes (calculé en prenant comme référence les données du Programme national de surveillance du mésothéliome pleural couvrant 21 départements) a nettement augmenté entre les périodes 2012-2014 et 2015-2016 (respectivement 44 % et 65 %). Il a fortement diminué en 2017 (47 %) et reste très variable selon les régions.
  • Des enquêtes d’exposition ont été réalisées dans le cadre d’une étude pilote menée dans 8 régions. Un déploiement progressif des enquêtes sur l’ensemble du territoire national a été recommandé. Il devrait débuter en 2020.
  • Suite au travail d’un groupe d’experts, un dispositif national de surveillance des mésothéliomes, des expositions aux facteurs de risque connus et de la reconnaissance médico-sociale (DNSM) est en cours de construction à partir des systèmes existants (PNSM, DO, MESOPATH…). Ce dispositif vise à unifier, optimiser, moderniser et adapter la surveillance aux nouveaux enjeux. Le DNSM sera testé au second semestre 2019 pour un fonctionnement en 2020.
Haut de page