Fermer



Exposition professionnelle aux pesticides

Publié le 30/06/2017

Connaissance des expositions professionnelles aux pesticides dans les départements d'outre-mer

Le programme Matphyto a été étendu aux départements de la Guadeloupe, de la Martinique ainsi que de La Réunion depuis décembre 2014. L’agriculture tient une place importante dans l’économie et l’emploi de ces territoires. Deux cultures prépondérantes recouvrent la majeure partie de la surface cultivée de ces régions : la banane et la canne à sucre aux Antilles et la canne à sucre à la Réunion. Les autres productions agricoles sont l’arboriculture, le maraîchage, les cultures vivrières, etc.

Ces départements, tout comme le territoire métropolitain, ont une agriculture consommatrice en produits phytosanitaires. La prévention des risques professionnels via la surveillance et l'étude des effets sanitaires des pesticides nécessite une bonne connaissance des usages passés. Cependant, il n’existe pas à ce jour de bases de données ou de registres historique permettant d’évaluer avec précisions les expositions des agriculteurs aux pesticides pour ces territoires insulaires. Santé publique France a donc étendu le projet Matphyto en décembre 2014 à ces départements dans le but d’évaluer les expositions des agriculteurs selon les principales cultures tropicales. Ce programme est soutenu par le plan national Ecophyto dans le cadre de l’axe 9, du 1er plan, dédié à la prévention des risques professionnels lors de l’utilisation des produits phytosanitaires et de l’axe 3 du 2e plan dédié à la réduction des  risques et des impacts des produits phytopharmaceutiques sur la santé humaine et sur l’environnement.

Surveillance épidémiologique des travailleurs agricoles exposés au chlordécone en Martinique et en Guadeloupe

Le chlordécone est un pesticide organochloré utilisé entre 1973 et 1993 en Martinique et en Guadeloupe comme insecticide dans la culture de la banane. Son utilisation a entraîné une pollution permanente des sols et des eaux et une contamination toujours présente de la chaîne alimentaire et de la population. Considéré comme neurotoxique, reprotoxique, perturbateur endocrinien et cancérogène, et classé sur la liste 2B du Circ (agent possiblement cancérogène) depuis 1979, il est le sujet d’une préoccupation locale et nationale importante. Trois  plans nationaux chlordécone  (2008-2010, 2011-2013 puis 2014-2020) ont été lancés pour identifier et mettre en œuvre des actions utiles sur cette problématique, et améliorer la coordination des acteurs locaux. L’un des volets de ces plans concerne l’amélioration des connaissances sur les effets sur la santé, avec un intérêt particulier pour la population des travailleurs, qui ont pu être exposés à des niveaux non négligeables de chlordécone. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’action 23 du plan chlordécone 1, une étude réalisée par l’InVS a conclu à la faisabilité et à l’intérêt de reconstituer rétrospectivement une cohorte de travailleurs de la banane (exploitants et salariés agricoles), pour initier une surveillance épidémiologique de cette population. Le plan chlordécone 2 a inscrit comme action 13 la reconstitution d’une cohorte de travailleurs ayant été exposés au chlordécone en Martinique et en Guadeloupe et le plan Chlordécone 3 finance l’analyse de la cohorte de travailleurs
L’objectif principal est de reconstituer, rétrospectivement, une cohorte de chefs d’exploitations et de salariés agricoles ayant travaillé entre 1973 et 1993 dans une exploitation bananière en Martinique et en Guadeloupe.

Le principal résultat attendu à l’issue de ce projet sera une base de données portant sur l’ensemble des sujets de la cohorte. La base de données comportera les informations nécessaires pour identifier les décès survenus chez les sujets de la cohorte afin de réaliser par la suite une étude de la mortalité par cause. Elle comportera également pour chaque sujet des informations sur les parcours professionnels, les tailles des exploitations et les postes de travail des salariés. Ces éléments utiles pour l’évaluation des expositions au chlordécone et aux autres produits phytosanitaires pourront être enrichis par l’apport de la matrice culture-exposition de la banane construite dans le cadre de Matphyto aux Antilles et contribuera à faire une étude de morbidité.

Un objectif secondaire est de déterminer les données supplémentaires éventuellement nécessaires pour pouvoir identifier les cas de cancer incidents dans la cohorte, à partir des informations des registres des cancers. Si les données nécessaires déterminées peuvent être recueillies, elles seront intégrées à la base de données.

Ce projet est mené dans le cadre d’un partenariat entre l’Unité 1085 de l’Inserm et Santé publique France.

Haut de page