Fermer



Exposition professionnelle aux pesticides

Publié le 30/06/2017

Données d'exposition et système d'information géographique

Estimation de l'exposition environnementale aux pesticides d'origine agricole

La France est l’un des principaux utilisateurs européens de pesticides et l’agriculture concentre à elle seule 90 % des ventes. Si une très grande diversité de substances actives est répertoriée, l’usage de chacune est très fortement corrélé à un type de culture. Ainsi, par exemple, 4 cultures ne représentant que 40 % de la surface agricole (céréales à paille, maïs, colza et vigne) concentrent 80 % des pesticides utilisés.

Les conséquences sur la santé humaine, attestées ou présumées, de l’exposition aux produits phytosanitaires d’origine agricole sont nombreuses ; toutefois, les programmes de surveillance et les études épidémiologiques butent sur la difficulté à étudier cette exposition de façon rétrospective, en l’absence de bases de données historiques des usages de pesticides en France. Le programme Matphyto de l’Institut de Veille Sanitaire vise à permettre de pallier ces difficultés en permettant de construire un indicateur pertinent de l’exposition des populations, utilisable en tout point du territoire national :

  • en choisissant des données permettant de reconstituer des historiques d’exposition ;
  • en croisant des informations géographiques locales (sur la nature et la surface des zones cultivées) avec des matrices nationales reliant la nature des cultures au type et à la quantité de pesticides utilisés à différentes périodes historiques.

Des données sur la localisation des cultures en France, couplées à l’utilisation des matrices cultures-expositions Matphyto, peuvent-être un moyen d’approcher les expositions aux pesticides, tant pour les professionnels exploitants que pour les populations demeurant à proximité des cultures. En France, il n’existe pas de base de données unique, exhaustive et rétrospective de localisation des cultures. Nous avons combiné différentes bases de données nationales pour élaborer un indicateur de présence de certaines cultures pour différentes périodes historiques.

Trois bases de données nationales permettant, directement ou indirectement, de localiser les cultures, ont été recensées : Corine Land Cover (CLC), le Registre parcellaire graphique (RPG) et le Recensement agricole (RA). L’ensemble des données a ensuite été combiné dans un Système d’information géographique (SIG).

Le croisement des données a abouti à la construction d’un indicateur de présence vraisemblable des cultures. Cet indicateur est catégorisé en 4 niveaux : 0, si aucune base de données ne recense ce type de culture, puis de 1 à 3 pour une à trois bases recensant la culture sur un même lieu donné. Cet indicateur est géo-référencé, il est possible d’en réaliser une cartographie. La précision géographique de cet indicateur est fine et peut aller jusqu’à l’îlot de culture.

Nous avons d’ores et déjà montré la faisabilité de construction d’un indicateur permettant de positionner géographiquement et à un niveau parfois assez fin les cultures à partir de plusieurs bases de données françaises historisées. Cet indicateur pondère, en fonction du lieu, la vraisemblance de la présence effective de la culture agricole considérée. Cet indicateur est une première étape permettant d’approcher les expositions aux pesticides au niveau national. C’est un indicateur ouvert, qui pourra intégrer de nouvelles sources de données plus pertinentes ou plus précises quand elles seront disponibles. Il sera croisé prochainement avec les matrices Matphyto permettant l’amélioration de l’évaluation des expositions aux pesticides en France. Il pourra être croisé ou complété avec des données sanitaires ou autres dans le cadre d’études épidémiologiques, par exemple.

Les matrices cultures-expositions permettent d’évaluer l’exposition aux pesticides sur des populations assez larges et d’aborder une évaluation rétrospective par connaissances de l’historique des cultures réalisées. Bien que principalement destinées à une évaluation rétrospective des expositions professionnelles, elles peuvent également documenter les expositions environnementales en renseignant l’usage des pesticides sur les cultures agricoles. Dans cette optique, le couplage avec des données de géoréférencement des cultures agricoles en France est d’intérêt.

Haut de page