Fermer



Indicateurs sanitaires - Incidence et analyses épidémiologiques

Publié le 31/05/2017

Malformations urogénitales (cryptorchidies, hypospadias)

La cryptorchidie et l’hypospadias sont des malformations congénitales du jeune garçon :

  • La cryptorchidie est le positionnement des testicules en dehors de leur enveloppe naturelle, le scrotum, à la naissance. On parle de testicules « non descendus ». C’est un facteur de risque du cancer du testicule.
  • L’hypospadias se manifeste par une localisation anormale de l’ouverture de l’urètre (le méat urinaire) sur la surface ventrale de la verge ou au niveau du scrotum ou du périnée.

Les études menées par Santé publique France montrent une augmentation des taux d’interventions chirurgicales observée pour les cryptorchidies, ce qui peut témoigner d’une augmentation de la prévalence à la naissance ou de l’incidence de cette pathologie (certaines cryptorchidies pouvant se manifester après la naissance). Les dernières données sur les hypospadias ne mettent pas en évidence d’augmentation de l’incidence chirurgicale de cette malformation en France. Ces résultats doivent être interprétés avec prudence, puisqu’ ils peuvent également être le reflet de modifications des pratiques médicales ou de codage du PMSI au cours de la période, ou encore d’une combinaison de ces deux facteurs. De plus, pour les hypospadias, cette malformation étant plus rare que les cryptorchidies, les variations de pratique médicale peuvent influencer plus fortement les tendances observées. 
Les variations d’incidence régionales n’ont pas pu être expliquées à ce stade.

On dispose de très peu d’autres données ou études sur la prévalence ou l’incidence de la cryptorchidie. Cette malformation n’est pas recensée par les registres français des malformations congénitales, ni par le réseau européen de surveillance des malformations congénitales Eurocat.

En revanche, les cas d’hypospadias sont recensés dans les registres français des malformations congénitales. D’après ces sources, les taux de prévalence des hypospadias à la naissance varient selon la région et la période :

  • entre 13,58 et 30,65/10 000 enfants nés vivants entre 1998 et 2006 pour le registre d'Alsace ;
  • entre 11,98 et 16,98/10 000 entre 2001 et 2008 pour le registre de Paris ;
  • entre 9,37 et 13,50/10 000 entre 1998 et 2004 pour le registre Centre-Est.

Selon les données des registres français, ces taux, calculés sur le total des naissances, sont relativement stables au cours des différentes périodes d’étude. En revanche, selon les données d’Eurocat à l’échelle européenne, le taux de prévalence des hypospadias à la naissance était en augmentation entre 1999 et 2008 (Loane et al., 2011), alors qu’il était stable entre 2001 et 2010 (Bergman et al., 2015).

Cryptorchidies et hypospadias opérés en France, actualisation des analyses de 2002 à 2013

Suite au signalement d’un regroupement de cas d’hypospadias en Languedoc-Roussillon, l’agence a réalisé, en 2004, une étude de l'évolution des taux d’interventions chirurgicales pour cryptorchidies et hypospadias chez des enfants de moins de 7 ans domiciliés en France, à partir des données du Programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI). La période d’étude était 1998-2001. L’identification des cas s’est effectuée à partir d’un algorithme spécifique pour chaque malformation. Cette étude avait été réalisée en sélectionnant tous les séjours hospitaliers comportant un diagnostic correspondant à la définition de cas (classification CIM 10) combiné à un code de chirurgie.

Dans les premiers résultats obtenus, une variabilité géographique avait déjà été observée et des estimations d’incidence avaient été réalisées. Les résultats actualisés pour la période 2002-2013, chez les garçons de moins de 7 ans opérés pour cryptorchidie ou hypospadias, domiciliés en France, métropole et départements d’outre-mer compris, sont :

  • Pour les cryptorchidies, le taux d’interventions chirurgicales en France métropolitaine sur la période 2002-2013 était de 2,5 pour 1 000 garçons de moins de 7 ans et l’augmentation est de 2,68 % par an, avec un intervalle de crédibilité à 95 % de [2,28 ; 3,09]. Ces données confirment donc les résultats précédents pour les cryptorchidies. Concernant la variabilité spatiale, l’incidence la plus élevée était observée en Auvergne. Une incidence relativement faible était observée en Île-de-France, de même qu’en Poitou-Charentes et Aquitaine. Les incidences les plus faibles étaient observées dans les régions ultra-marines.
  • Pour les hypospadias, le taux d’interventions chirurgicales en France métropolitaine sur la période 2002-2013 était de 1,03 pour 1 000 garçons de moins de 7 ans. Une augmentation de l’incidence des hypospadias pris en charge chirurgicalement n’est plus perceptible à l’échelle nationale sur la période 2002-2013. Ces résultats diffèrent donc de ceux publiés pour la période précédente (1998-2008). Ce changement de tendance est par ailleurs superposable à celui qui est observé au niveau européen par Eurocat pour deux périodes similaires. Concernant la variabilité spatiale, les incidences chirurgicales les plus élevées étaient observées en Alsace et dans trois régions du sud (anciennes régions avant janvier 2016): Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon (incidence maximale) et Paca. L’incidence en Île-de-France était légèrement supérieure à la moyenne. Les incidences les plus faibles étaient observées en Limousin et dans les régions ultra-marines.

En savoir plus

Rambourg-Schepens MO, Pascal L, Lasalle JL. Les malformations congénitales du petit garçon en Languedoc-Roussillon. Étude des cryptorchidies et des hypospadias opérés à partir des données du PMSI de 1998 à 2001. Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2004. 84 p.

Paty AC, Gomes do Espirito Santo E, Suzan F. Étude des cryptorchidies et hypospadias opérés en France de 1998 à 2008 chez le petit garçon de moins de 7 ans à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI). Saint-Maurice : Institut de veille sanitaire ; 2011. 60 p.

Loane M, Dolk H, Kelly A, Teljeur C, Greenlees R, Densem J, et al. Paper 4: EUROCAT statistical monitoring: identification and investigation of ten year trends of congenital anomalies in Europe. Birth Defects Res A Clin Mol Teratol. 2011;91 Suppl 1:S31-43.

Suzan F, Paty AC, Gomes do Espirito Santo E. Cryptorchidies et hypospadias opérés en France chez le garçon de moins de 7 ans (1998-2008). Bull Epidémiol Hebd 2012;(7-9):103-6.

Bergman JE, Loane M, Vrijheid M, Pierini A, Nijman RJ, Addor MC, et al. Epidemiology of hypospadias in Europe: a registry-based study. World J Urol. 2015;33(12):2159-67.

Le Moal J, Rigou A, de Crouy-Chanel P, Goria S, Rolland M, Wagner V, Kudjawu Y, De Mouzon J, Le Tertre A. Monitoring TDS indicators nationwide in France in the context of EDC exposure: results. International Society of Environmental Epidemiology (ISEE), Rome, Italie, août 2016.

Haut de page